Plan de circulation : la pilule ne passe toujours pas

Deux ans après sa mise en service, le plan de circulation newlook de Lille ne passe pas. C'est le constat qui ressort d'un sondage réalisé par Opsio, pour le compte de la fédération indépendante du commerce de la Mel (Ficomel) sur l'attractivité commercialede Lille, et dont Eco121 a obtenu une synthèse. 4 « shoppers » sur 10 déclarent venir moins souvent à Lille depuis les 12-18 derniers mois, et prennent moins de plaisir à y faire leurs courses. Le sondage met en avant d'abord le sentiment d'insécurité, et les difficultés de circulation automobile mais aussi piétonne pour les raisons exogènes, et la disparition de certaines enseignes ou le manque d'attractivité des prix pour les causes endogènes. « La principale conséquence de cette baisse de fréquentationse traduit par une nette évasion des shoppers au profit des centres commerciaux », écrit Opsio.

Concernant le Vieux Lille, les métropolitains relèvent une amélioration des vitrines et des façades des commerces, mais pointent une dégradation sur plusieurs items : propreté, sécurité des rues, confort de circulation à pied, facilité à s'y rendre, s'y déplacer, s'y garer.

Des résultats qui corroborent ceux de l'observatoire mis en place par la Ficomel (qui représente 300 commerces), qui enregistreunrecul continu des chiffres d'affaires (encore -9,5% en juin par rapport à l'an passé qui était déjà en recul 13,2%). Si la petite restauration et les bars tirentleur épingle du jeu, l'équipement de la personne, la déco et le plus haut de gamme souffrent beaucoup. 10 pas de porte sont à vendre ou louer sur les rues Basse et Lepelletier alors que tout était plein il y a deux ans, note la Ficomel.

« Contrairement à ce qu'on aurait pu penser, les gens ne se sont pas du tout habitués au plande circulation, auquel a en outre succédé une phase de travaux. On demande une prise de conscience des pouvoirs public pour améliorer les choses, ou mieux communiquer, car les commerçants eux-mêmes ne peuvent pas tout faire», juge Hélène Natier, présidente de la Ficomel, qui souligne, entre autres initiatives, le magazine lancé par les commerçants et prochainement une web TV.

De son côté, Martine Aubry est revenue sur les difficultés du commerce dans le coeur de ville lors de sa conférence de presse de rentrée. "Le commerce alimentaire a chuté de 2,5% sur les 6 premiers mois de l'année, selon les chiffres dévoilés par le Procos. La baisse est encore plus importante pour le commerce de l'habillement", déclare le maire de Lille, qui y voit là l'impact du commerce en ligne, de la baisse du pouvoir d'achat et des changements des habitudes de consommation. "Nous avons encore beaucoup d'efforts à faire même s'il y a eu des progrès évidents notamment dans certains quartiers comme Wazemmes, poursuit Martine Aubry avant d'ajouter : Nous avons un taux de vacance de 5%. C'est le double sur la plan national ! On est l'une des rares villes qui n'est pas en crise profonde... ce qui ne nous empêche pas de considérer les difficultés du secteur."

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Un exemple de rénovation : la cité Bruno, à Dourges
Publié le 27/06/2018 Olivier Ducuing Développement Local

Maisons & Cités s'adosse à la CDC

Douai. CDC Habitat prend 34% du premier bailleur social de la région. Qui pourra doubler son programme de rénovation.

Le délégué régional Laurent Cantat-Lampin (à droite).
Publié le 17/05/2018 Julie Kiavué Développement Local

RTE investit 500 M€ en Hauts-de-France pour la transition énergétique

Le délégué régional Laurent Cantat-Lampin a présenté ce 17 mai, dans le showroom de RTE Hauts-de-France à Euratechnologie, le bilan électrique 2017 et les projets à venir.

Publié le 15/05/2018 Olivier Ducuing Développement Local

Wilmotte signe un ambitieux projet résidentiel à Saint-André

Le programme de réhabilitation de la friche Ulysse Trelat devrait compter plus de 400 logements

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 08/02/2017 Développement Local

e-Valley de Cambrai : Union sacrée pour trouver une nouvelle dynamique

Mercredi, les services de l'’Etat et plusieurs collectivités se sont réunis à la Préfecture du Nord pour accélérer le projet de reconversion de la BA 103 en hub e-commerce, porteur de 1500 emplois.