Poittemill appuie sur l'acce?le?rateur international

En 18 mois, Poittemill vient de passer de 30 a? 40 salarie?s, dont une moitie? d'inge?nieurs. Son dirigeant Jean-Franc?ois Mare?chal, repre?sentant de la 3e ge?ne?ration, vise le cap des 50 personnes d'ici fin 2018 et voit de?ja? plus loin. L'entreprise d'inge?nierie, spe?cialiste du traitement me?canique des poudres – c'est a? dire toutes les solutions de broyage jusqu'a? l'e?paisseur du micron, connai?t en effet une croissance spectaculaire, autour d'une technologie pointue prote?ge?e par plusieurs brevets. L'entreprise, ne?e en 1911 via son activite? Forplex, avait de?ja? pris un premier virage international dans les anne?es 60. Depuis sept ans, celui-ci s'acce?le?re sous l'effet d'une structuration commerciale plus forte. L'an dernier, Poitemill est alle?e plus loin en cre?ant deux premie?res filiales internationales, a? Moscou et Bangkok. La socie?te? re?alise 80% de son chiffre d'affaires de 9 M€ a? l'export. Elle vise 12 M€ en 2017 et s'attend a? une monte?e en puissance dans les prochaines anne?es. Ce qui a d'ailleurs valu a? Poittemill d'e?tre laure?ate du prix de l'international de la Socie?te? industrielle du nord de la France il y a quelques semaines.

 


Les leviers de la croissance sont la?. Techniquement, la socie?te? enrichit son portefeuille a? travers des ame?liorations constantes mais aussi de nouveaux proce?de?s, a? l'instar d'une nouvelle gamme de machines destine?es a? traiter des produits fibreux qui doit e?tre sortie prochainement, avec de nouveaux brevets a? la cle?. Une re?flexion est en cours aussi pour proposer un nouveau concept d'usine, de?ja? teste? avec succe?s aupre?s de certains clients. Poittemill joue aussi de sa dimension familiale, face a? des concurrents souvent filiales de majors mondiaux. La relation directe et surtout durable avec des entrepreneurs du monde entier est un atout crucial, que la socie?te? met en œuvre notamment dans les petits salons spe?cialise?s, de?daignant les grands salons juge?s trop chers. Commercialement, l'entreprise va ouvrir prochainement un bureau d'e?tudes en Inde pour y chercher des marche?s inaccessibles aujourd'hui avec la sous-traitance franc?aise. « Couler des pie?ces de 30 a? 40 tonnes en Europe et les vendre et les transporter en Inde n'est pas se?rieux. On va faire un relais sur certaines fabrications pour adapter les prix au marche? asiatique », souligne Jean-Franc?ois Mare?chal. Ce qui n'empe?che pas Poittemill de re?aliser de grosses ope?rations a? domicile : c'est elle qui conc?oit les plus gros broyeurs pendulaires du marche? – plus de 100 tonnes - qui e?quiperont l'usine Ecophos de Dunkerque.

 

 

Dimension familiale
Autre axe strate?gique : le de?veloppement des ventes de lignes cle?s en main (EPCM), une tendance lourde du marche? industriel. Poittemill n'exclut pas non plus d'ope?rer des croissances externes, pluto?t a? l'e?tranger, pour e?largir son spectre au-dela? du seul broyage et dans des zones ge?ographiques comple?mentaires. L'entreprise, tre?s implante?e dans l'industrie lourde, a aussi un potentiel conside?rable dans des secteurs tels que l'agroalimentaire, la pharmacie ou la chimie. Pour aller plus vite, le dirigeant ne?gocie actuellement l'entre?e au capital de Bpifrance, dont il vante la capacite? d'expertise et de conseil. « Notre ambition est de devenir une ETI. Ca peut aller vite », anticipe le dirigeant. Olivier Ducuing

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/05/2017 Eco121

Edito n°71- Mai 2017

Publié le 01/05/2017 Eco121

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Verbatims

Les phrases glanées au mois d'avril.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Portraits express

Publié le 01/05/2017 Eco121

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Fiscalité locale: 3,5 mds€ prélevés sur les entreprises en 2015

Le Medef Hauts-de-France vient de publier son barome?tre de la fiscalite? locale. Constat inquie?tant : la contribution des entreprises aux collectivite?s a grimpe? de 13,3 % entre 2011 et 2015.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Antonio Molina: "Innover, c'est pour tout le monde !"

Le fondateur du groupe Ma?der, devenu leader mondial des peintures ferroviaires, est aussi pre?sident du po?les de compe?titivite? des mate?riaux Matikem, de l'institut d'excellence IFMAS, du nouvel Institut Ceebios sur la biomime?tique a? Senlis, et membre du think tank « La Fabrique de l'industrie ». Il vient aussi de faire l'objet d'un livre, “la saga de l'innovation”. Cet ardent de?fenseur de la troisie?me re?volution industrielle de?plore le manque de moyens pour de?velopper le chai?non manquant dela preuve de concept entre la recherche et l'industrie.

Publié le 01/05/2017 Eco121

Hauts-de-France: La résilience au coeur

Lille et le désert des Hauts-de-France? Oui et non. Derrière la dynamique métropolitaine, qu'on rencontre ailleurs en France et en Europe, les territoires secondaires peuvent trouver leur voie. La Région a montré dans le passé une incroyable capacité de rebond. Entre les contrats territoriaux signés par l'Etat, une stratégie régionale qui se met en place, le volontarisme d'élus locaux et l'expérimentation, le rebond est possible. La preuve par l'exemple.

Publié le 01/05/2017 Eco121

“Il faut de l'inge?nierie, des moyens, et une vision strate?gique”

Vale?rie Le?tard, premie?re vice pre?sidente du Conseil re?gional, de?le?gue?e aux solidarite?s avec les territoires, se?natrice du Nord, ancienne pre?sidente de Valenciennes me?tropole.