Questions à Alain Lefebvre, DG de Ports de Lille : "On vise la place de numéro 3 français"

 

Comment se positionne l'hinterland français par rapport aux infrastructures belges, alle- mandes ou néerlandaises ? Les Ports de Lille ont-ils une carte à jouer face aux grands ?Malgré une année 2018 record en terme de trafic total (près de 8 MT, tous modes confondus, ndlr), on ne sera jamais l'équivalent d'un port maritime. On ne peut pas comparer. Au niveau européen, les trois plus grands ports intérieurs sont Duisbourg en Allemagne, Liège et Paris. Et en France, Paris suivi de Strasbourg et Lyon. On ne pourra jamais atteindre le niveau de deux premiers, on ne joue pas dans la même cour. Mais on vise la place du numéro 3 avec, dès 2020-2021, les 9 MT. On travaille bien, notamment sur le port de Santes, donc on peut y arriver !

Vous attendez beaucoup de ce dernier pour votre développement...

C'est le plus important de la Métropole européenne de Lille et nous lui consacrons près de 50 M€, pour la construction de deux entrepôts de 48 000 et 12 000 m2, la modernisation de quatre autres et, surtout, la construction d'un terminal à conteneurs, embranché fer et fleuve. Tout cela, c'est du jamais vu dans l'histoire des Ports de Lille !

Une question se pose quant au développement de notre trafic fluvial : celle de la hauteur de nos ponts qui culminent à 5,25 m. C'est un frein, que faire ?

Il faut être cohérent entre la volonté de développer la façade maritime et nos capacités de déstockage des marchandises. Le canal Seine Nord est normalement pensé pour les barges à trois niveaux de conteneurs, mais pas notre réseau. Aujourd'hui, nos ponts sont faits pour des barges à deux niveaux de conteneurs, pas plus. Pour qu'il y ait une vraie dynamique, nous avons besoin d'une vraie homogénéité. Lorsque l'on a de grandes ambitions maritimes, il faut se donner les moyens organisationnels et financiers pour y parvenir... Nous avons du boulot !

Le canal Seine Nord est annoncé pour 2028. Quel pourrait être son impact sur les ports métropolitains ?

Nous espérons que ce projet améliorera l'accessibilité fluviale vers les zones agricoles picardes, permettra une augmentation des expéditions des terres recyclées vers l'Île-de-France et surtout qu'il tire vers le haut nos tonnages et améliore la valeur ajoutée de nos ports. On peut aussi imaginer la création de nouvelles activités... la question est posée. Mais nous n'avons pas encore de réponse aujourd'hui.

Recueilli par J.K.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 27/03/2019 Olivier Ducuing Interview

Interview de Laurent Degallaix : “ On n ' a plus besoin de montrer nos papiers !”

Le président de l'agglo, très probable candidat à sa succession, souligne la fierté retrouvée d'un territoire résilient. Et ouvre des perspectives d'unification institutionnelle du Valenciennois.

Publié le 29/11/2018 Olivier Ducuing Interview

Christian VALETTE, nouveau DG du Crédit Agricole Nord de France : "Faire de nos agences des lieux créateurs de lien "

Arrivé depuis deux mois à peine, le nouveau Directeur Général de la Caisse régionale de Crédit Agricole nous a reçus, en compagnie du président de la banque verte, Bernard Pacory. L'occasion de découvrir cet homme au verbe très maîtrisé, et d'évoquer les perspectives de la banque dans le contexte social si particulier du moment en France.

Hélène Natier, présidente de la Ficomel, membre du Ceser
Publié le 27/11/2018 Olivier Ducuing Interview

Hélène NATIER "Il faut un écosystème pour susciter l'attractivité de la ville"

La présidente de la Fédération indépendante du commerce de la métropole (Ficomel), également membre du Ceser, n'est pas une adepte de la langue de bois. Très critique sur le plan de déplacement lillois, elle analyse pour Eco121 les difficultés du commerce de proximité. Avec trois grandes réponses, l'union des forces, le « phygital » et l'articulation avec la culture et le tourisme. Rencontre.

Publié le 18/10/2018 Olivier Ducuing Interview

"Nous voulons donner plus de subsidiarité aux régions"

Les clubs APM de la région tenaient leur rencontre interclubs bisanuelle à Entreprises & Cités le 18 octobre. L'occasion pour Eco121 d'interroger Béatrice Castaing de Longueville, directrice générale du réseau APM

Publié le 24/08/2018 Olivier Ducuing Interview

Patrice Vergriete : "On ne peut pas rester qu'un bassin industriel!"

Le maire de Dunkerque et président de la communauté urbaine veut emmener son territoire vers de nouveaux modèles, entre économie circulaire, transition énergétique, industrie du futur, tourisme, tertiarisation et valeur ajoutée. Autour d'une stratégie partagée. Rencontre.

Publié le 28/03/2018 Olivier Ducuing Interview

Philippe Depasse : “Les collectivités doivent être plus proactives !"

Le président régional des promoteurs investisseurs juge que le temps d'aboutissement des dossiers pourrait être raccourci

Publié le 01/03/2018 Olivier Ducuing Interview

André Dupon, Vitamine T : "On a choisi l'entreprise comme modèle"

Ce militant de l'insertion par l'économique évoque la réussite du modèle hybride de Vitamine T, devenue en 40 ans la première structure française dans son domaine, au profit des publics les plus éloignés de l'emploi. Il soutient aussi les changements profonds qui s'annoncent dans le sillage du rapport Borello auquel il a contribué.

Publié le 01/03/2018 Guillaume Roussange Interview

Aline Doyen, présidente du Pôle Hydraulique et Mécanique d'’Albert (PHMA) "“Il faut pouvoir suivre la cadence"

La représentante du Système Productif Localisé unissant une cinquantaine d’entreprises souligne les enjeux forts d'une filière exigeante et en pleine expansion, mais sous-estimée régionalement. Et en appelle à jouer collectif pour rester compétitif.

Publié le 01/12/2016 Olivier Ducuing Interview

Stéphane Raison, président du directoire du port de Dunkerque: “Les ports ne réussiront pas sans être partenaires les uns des autres"

Le président du directoire du 3e port français affiche une démarche très volontariste pour chercher les trafics et développer le tissu industriel. Avec un plan massif d'investissements, dont l'aménagement de 300 ha, et une volonté de travailler toujours plus en réseau. Rencontre.