Questions à Michel Crépin, secrétaire régional CFDT Hauts de France

Le patron régional de la CFDT, syndicat favorable de longue date au télétravail, estime qu'une bonne organisation permettrait à des centaines de milliers de travailleurs régionaux de s'inscrire durablement dans cette nouvelle forme de travail. 

 

La crise sanitaire a entraîné un développement considérable du télétravail, pas toujours très bien vécu. Comment la CFDT, qui dé- fend le télétravail depuis long- temps, voit-elle cette évolution rapide ?

Le télétravail a connu par obligation un coup d'accélérateur extraordinaire, notamment lors du premier confinement. En France on est passé de 600 à 700 000 salariés en télétravail auparavant à 5 millions de personnes. C'est une modalité de travail qu'il faut absolument explorer. Nous avions déjà négocié avec un premier ANI (accord national interprofessionnel) en 2005. Nous ne sommes pas aveugles, on vit la révolution numérique, son impact sur l'organisation de travail du salarié, c'est un chantier à explorer. La difficulté, c'est comment on y va ? A l'arrache, avec ce que ça a de bon mais aussi de négatif, ou de manière réfléchie, coordonnée ? C'est ce qu'on a fait en exigeant un nouvel ANI, signé le 26 novembre dernier. Cette négociation a été faite à reculons par le patronat, et les autres organisations syndicales avaient des niveaux de réflexion plus ou moins avancés sur le sujet.

Oui mais le télétravail imposé en urgence dans les entreprises par la crise n'a pas toujours été très bien vécu...

C'était plus facile lors du second confinement, on était mieux préparés, les protocoles étaient écrits, ça s'est géré de manière moins chaotique. Mais il est vrai que ceux qui sont passés à 100% en télétravail vivent une coupure du lien social, qui génère des problématiques à dominante psychologique qui peuvent relever des risques psychosociaux (RPS). C'est très lié aux conditions dans lesquelles vous exercez le télétravail. C'est bien plus sympa dans une grande maison sans enfants que dans un petit appartement avec des enfants à garder. Une étude récente fait d'ailleurs apparaître que les personnes les plus sensibles aux difficultés du télétravail étaient les femmes avec des enfants à la maison. La cassure du lien social peut aussi poser d'autres questions. Il faudra être très vigilant avec certains salariés qui ont pris leurs distances : le jour où on reprendra une vie normale, ça risque d'être compliqué pour certains.

L'ANI du 26 septembre n'est qu'un cadre non prescriptif. Com- ment transformer l'essai au sein des entreprises ? C'est le pari de la CFDT ,car il y a là un enjeu de dialogue social. L'ANI donne déjà un cadre, définit les conditions d'éligibilité, proscrit le télétravail à 100%, suppose un accord des deux parties mais aussi la réversibilité du dispositif. Il ne faut pas que cet ANI reste un accord dans les mots. Dans notre région, le télétravail peut concerner des centaines de milliers de salariés. Autant être volontariste, nous les partenaires sociaux, pour assumer notre responsabilité de faire vivre cet accord en région. Cela peut être un accord gagnant pour les salariés comme pour les entreprises.

 

A lire aussi

Covid : la crise sanitaire a permis de reserrer la cohésion sociale 

des patrons au bord de la rupture

La troisième crise sera-t-elle psychologique ? 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 11/12/2020 Olivier Ducuing Interview

Bertrand Fontaine, BPI : "L'envie d'investir reste là !"

Bpifrance, bras armé de l'Etat en direction des entreprises, a joué un rôle moteur depuis le début de la crise sanitaire. Alors que la fin du second confinement se précise, son directeur régional- qu’on dit sur le départ - Bertrand Fontaine se montre résolument optimiste : après la phase d'urgence pour sécuriser la trésorerie des entreprises, les projets sont prêts à repartir.

Publié le 25/11/2020 Olivier Ducuing Interview

« L'envie d'investir reste là !»

Bpifrance, bras armé de l'Etat en direction des entreprises, a joué un rôle moteur depuis le début de la crise sanitaire. Alors que la fin du second confinement se précise, son directeur régional Bertrand Fontaine se montre optimiste : après avoir sécurisé la trésorerie des entreprises, l'heure est aux opportunités à saisir.

Publié le 28/08/2020 Olivier Ducuing Interview

Eric Feldmann : "Nous sommes en avril 1940 !"

Après la violence du choc du confinement sur l'économie, quelles en seront les conséquences ? En cette rentrée de grande incertitude, nous sommes allés à la rencontre du Président du sixième tribunal de commerce de France. Au-delà de la réponse immédiate, il en appelle à une réflexion en profondeur pour gagner en maturité et en solidité.

"Les entreprises centenaires sont capables de voir loin "
Publié le 26/06/2020 Olivier Ducuing Interview

Gilles Bernard "Une entreprise centenaire se fait moins surprendre »

Trois questions au président du Club des Entreprises centenaires, qui réunit une cinquantaine d'entreprises régionales.

Rania Labaki, directrice du centre de l'Edhec sur les entreprises familiales : “Une vision court termiste est une catastrophe pour les entreprises familiales”
Publié le 26/06/2020 Olivier Ducuing Interview

Rania Labaki "Les crises permettent de construire une résilience dans le temps"

Pour la chercheuse de l'Edhec, la vision de long terme des entreprises familiales est aussi gage de capacité très forte d'innovation et d'adaptation pour construire de nouveaux modèles.

Publié le 26/03/2020 Olivier Ducuing Interview

Comité régional des banques : "On va vous accorder la trésorerie qui va bien"

Les banques sont très attendues face aux besoins urgents des entreprises confrontées à la crise sanitaire. Trois questions au président du Comité régional des banques, Laurent Roubin.

"En Hauts-de-France, j'évalue entre 100 et 120 M€ les montants investis par les acteurs régionaux, hors opérations exceptionnelles"
Publié le 27/01/2020 Olivier Ducuing Interview

Au moment où le capital inversement régional monte en puissance, Philippe Traisnel, président d'Ambition Capital, directeur exécutif de Crédit Mutuel Equity (ex CM-CIC Investissements) à Lille, répond à nos questions.

Publié le 26/11/2019 Olivier Ducuing Interview

Aurélie Vermesse : "Avec notre image de bassin minier et de difficultés, on s'est auto-censurés"

La fondatrice du 5 étoiles Le Clarance à Lille, ouvert il y a cinq ans, juge que le luxe est un secteur porteur dans une métropole riche de nombreux atouts, même s'il restera une activité de niche.

Publié le 27/06/2019 Julie Kiavué Interview

“Nous avons besoin du monde économique !”

A moins d’un an des municipales, fragilisé par des procédures judiciaires -interview réalisée quelques jours avant sa mise en garde à vue le 2 juillet, le président de la MEL Damien Castelain revient sur ses 5 premières années de mandat. Il estime avoir assaini en profondeur les finances pour permettre de nouvelles ambitions en terme de développement et d’attractivité. Tour d’horizon.

Publié le 28/05/2019 Julie Kiavué Interview

Questions à Alain Lefebvre, DG de Ports de Lille : "On vise la place de numéro 3 français"

Le patron du port de Lille évoque le lourd programme d'investissement de l'établissement et ses ambitions stratégiques. Rencontre.