Rev3 : à quand le grand décollage ?

Derrière l'affichage, que devient le projet régional rev3 ? Né il y a six ans d'une intuition partagée par Philippe Vasseur et Daniel Percheron, alors présidents de CCI et de Région, le concept de Troisième Révolution Industrielle a quitté les pupitres des discours pour prendre corps à l'échelle d'une grande région.

Si le citoyen ignore tout de rev3, le mouvement n'en est pas moins parti, avec un bon millier d'initiatives au compteur. Certains à enjeux locaux très modestes, d'autres porteurs de métamorphoses profondes. Entre biométhanisation, hydrogène, recyclage des métaux rares ou rénovation thermique du bassin minier, la troisième révolution industrielle sera-t-elle le levier proclamé du rebond de l'économie régionale ? Notre enquête.

Octobre 2013. Jeremy Rifkin, l'économiste prophète de la troisième révolution industrielle brandit un document de 200 pages à la clôture du 7e World Forum. Il s'agit du premier masterplan au monde sur la troisième révolution industrielle à l'échelle d'une région, le Nord-Pas-de-Calais. Séduits par le concept, Philippe Vasseur, alors président de la CCI de Région, et Daniel Pecheron, à la tête de la Région, parient ensemble qu'il peut devenir un levier de transformation : passer du modèle du XIXe siècle de l'économie de Zola, destructrice des ressources, des paysages et des hommes, à celle du développement durable et connecté du XXIe siècle. Le masterplan n'y va pas par quatre chemins : à horizon 2050, “le Nord-Pas-de-calais aura réduit de 60% sa consommation énergétique et divisé par quatre ses émissions de gaz à effet de serre (...) et acquis un avantage compétitif incomparable en matière d'efficacité énergétique”, peut-on lire. Le texte anticipe qu'à cette échéance, 200 mds € auront été mobilisés et 165 000 emplois créés.

2050 c'est loin, mais six ans après, où en est-on vraiment ?

Rev3 s'enorgueillit de plus de 1000 projets suivis, 16 territoires démonstrateurs, 300 entreprises accompagnées chaque année. Le moment clé fut l'alternance politique à la Région couplée à une fusion traumatisante pour les Picards. Mais Xavier Bertrand, pourtant ardent opposant du tout éolien, a emboîté sans coup férir le pas de son prédécesseur. Et il porte lui-même cette politique depuis la disparition en juillet 2018 du regretté Philippe Rapeneau. Il ne rate au demeurant aucune occasion de porter la bonne parole sur le terrain, comme ces dernières semaines à Arques chez Astradec : un dossier emblématique d'une entreprise familiale de recyclage qui s'est d'abord ouverte au fonds d'investissement dédié Cap3RI avant de signer un financement de 3 M€ avec le fonds national ISIA pour ses équipements.

Pour autant, il est bien difficile d'établir un bilan de rev3 tant les projets sont hétérogènes. Quoi de commun entre une future usine d'hydrogène à 250 M€ à Dunkerque et le changement de 74 chasses d'eau à la prison d'Arras, ou entre l'énorme programme de rénovation thermique du parc de logements miniers et la naissance d'une pépinière d'entreprises dévolue aux énergies renouvelables entre Abbeville et le Tréport ? 

L'appropriation du concept est toutefois très perceptible dans l'univers public : les collectivités font la queue auprès de la mission rev3 présidée par Philippe Vasseur, pour obtenir le label de territoire démonstrateur. L'ancien ministre en espérait 10, ils devraient être 22 début 2020. Parmi eux, Fourmies, des communautés de communes du sud de l'Oise, le Pays de Saint-Omer, les villes de Roubaix et de Tourcoing, demain le Grand Calais et Laon... « Nous devons être pionniers », plaide Mickaël Hiraux, maire de Fourmies, qui voit dans rev3 un vecteur de rebond d'une commune ouvrière où un tiers de la population était sans emploi, et près de 40% en précarité énergétique.

La CCI Hauts-de-France accompagne aussi le mouvement aussi fortement que ses moyens le permettent. Ses équipes déléguées à la mission rev3 travaillent aux côtés de celles de la Région, au 8e étage de la tour CCI International. Elle a commencé à déployer un réseau d'« accélérateurs rev3». Après le tout premier ouvert à Douai en décembre 2017, ce sont 10 structures qui auront vu le jour sur toute la région d'ici à la fin 2020. A raison de 10 entreprises accompagnées par entité, l'effet d'entraînement peut rapidement faire masse. « C'est pour nous majeur, concret et au cœur de nos missions », souligne Louis-Philippe Blervacque, président intérimaire de la CCI Grand Lille.

> A lire aussi : Rev3 - L'interview de Philippe Vasseur "Le principal est d'avoir des projets et des gens pour les porter"

Démarrage très inégal

Arrivé à la tête de la mission fin 2017, Philippe Vasseur lui avait fixé une feuille de route ambitieuse avec dix grands « projets structurants ». Leur démarrage est très inégal. Certains ne sont même pas encore à l'ordre du jour comme la transformation de l'A1 en une infrastructure de mobilité durable et connectée. « L'Internet de la logistique » est également une belle formule mais encore dans les limbes. La biométhanisation, sur laquelle les Hauts-de-France visent la première place européenne, a connu un démarrage en trombe. Avant de connaître deux coups durs : les difficultés de Chaumeca mais surtout les perspectives de baisse de 30% des tarifs de rachat à horizon 2020-2021. Or ceux-ci étant déterminants dans les équilibres économiques, « cela risque de mettre un coup de frein sur les projets », concède Arnaud Etienne, référent de la Chambre d'Agriculture sur le dossier.

La filière hydrogène, elle, commence à frémir. Au-delà de la liaison en bus à hydrogène dans le bassin minier avec le réseau Tadao, c'est surtout à Dunkerque que se jouent les plus gros enjeux : après l'expérimentation en cours menée par Engie, c'est le groupe H2V qui se positionne pour construire une très grosse unité d'hydrogène vert. L'on pourrait ainsi poursuivre une énumération à la Prévert, des biomatériaux aux campus zéro carbone en passant par les mobilités douces.

> A lire aussi : Rev3, où en sont les projets initiaux ? Focus

“Entrer en résonance”

« Les entreprises comme les collectivités se revendiquent aujourd'hui rev3, c'est une sacrée victoire. cette dynamique collective d'acteurs est unique en France mais il faut absolument entrer en résonance avec les citoyens », estime Hervé Pignon, directeur régional de l'Adème, partenaire de la première heure de rev3. « La transition énergétique ne pourra pas être vraiment efficace sans participation citoyenne », confirme Philippe Esposito, président de Dhamma Energy, qui porte un projet de méga parc solaire sur une ancienne base de l'OTAN près de Laon. Et qui vient de clore une levée de fonds par crowdfunding réservée aux habitants de la région pour participer au projet. Le World Forum for a responsible economy, qui se tient du 15 au 17 octobre à Lille, ne dit pas autre chose sur le thème du pou- voir de chacun de faire bouger le monde (« ego imperium »). « Dans la sphère des initiés, on peut difficilement faire mieux », note Philippe Vasseur, ex président du World Forum, qui passe la main à Jean-Pierre Letartre. « Mais l'idée aujourd'hui est de faire rentrer rev3 dans la population des Hauts-de-France ».

Un arsenal d'outils financiers

Pour rev3 comme pour tout autre enjeu, le financement est le nerf de la guerre. Toute une batterie d'outils, déployés sous l'impulsion de la Région et de la CCI notamment, permet aujourd'hui de financer ses projets. La montée en régime est encore lente.

 

Cap3RI est le plus ambitieux. Doté de 40,5 M€ (Région, BEI, Crédit Agricole Nord de France, Groupama Nord Est), il investit 1 à 3M€ par dossier. Il détient à ce jour 7 participations, mais en vise 12 d'ici la fin 2019. Une recapitalisation est envisagée en 2020. Le fonds a notamment investi dans : Log's (notamment dans la logique du développement de la logistique fluviale) ; Drekan (reconditionnement des machines tournantes dont les éoliennes) qui s'implante à Beautor, près de Saint-Quentin, 105 emplois prévus ; Gazonor, pour mettre en place la cogénération à partir de l'exploitation du gaz de mine ; Astradec, spécialiste de l'économie circulaire (Arques). Chaumeca, finalement repris par Reg Technology.

 

Livret d'épargne rev3 : monté avec le Crédit Coopératif, ce produit collecte l'épargne populaire, la rémunère (1% jusqu'à 15 000 euros), et l'affecte à des projets écologiques et sociaux innovants dans la région. Plus de 17 M€ avaient été collectés fin 2018 et 21 projets financés. Parmi les dossiers soutenus : l'imprimerie Malengé, à Flers-en-Escrebieux, Etnisi, société dédiée à la valorisation des matériaux, ou encore les éoliennes horizontales d'Uneole.

 

Fonds de financement d'équipements ISIA (Idinvest) : Depuis avril 2019, la Région a comblé un « trou dans la raquette » en signant un partenariat avec le fonds ISIA, dédié au financement en leasing d'équipements de production. Le premier dossier signé l'a été chez Astradec en septembre. « Avec ce premier dossier, on espère un effet catalyseur pour attirer plus d'entreprises vers nous. Le côté environnemental est un des critères qui nous intéresse en tant que financier », souligne Sylvain Makaya, associé d'Idinvest, qui révèle à Eco121 son ambition de mobiliser 40 M€ en direction des sociétés industrielles des Hauts-de-France.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Crédit photos Sébastien Jarry
Publié le 27/09/2019 Guillaume Roussange Grand Angle

Dans les coulisses de CMD à Cambrai

Comme chaque mois, Eco121 vous propose de découvrir les entreprises qui font la richesse et la diversité du tissu économique régional. Coup de projecteur ce mois-ci sur CMD, filiale de CIF, spécialiste mondial des systèmes de transmission de puissance, à Cambrai.

Ci-dessus l'hydrolienne à membrane de la société Eel Energy
Publié le 26/09/2019 Julie Kiavué Grand Angle

Rev3 : Où en sont les projets initiaux ? Focus

Parmi les 1000 initiatives rev3 enregistrées depuis six ans, Eco121 en a choisi six emblématiques, pour voir comment elles ont mâturé et progressé depuis leur lancement.

"Le principal est d'avoir des projets et des gens pour les porter"
Publié le 26/09/2019 Olivier Ducuing Grand Angle

Philippe Vasseur : "Le principal est d'avoir des projets et des gens pour les porter"

Philippe Vasseur préside depuis 2017 un ovni institutionnel, la mission rev3, partagée entre Région et CCI de région. Six ans après le masterplan de Jeremy Rifkin sur la troisième révolution industrielle à l'échelle d'une région, où en est-on aujourd'hui ? Rencontre.

Crédit : Newton Offices
Publié le 27/08/2019 Julie Kiavué Grand Angle

Newton Haute Borne, le coworking XXL

Le marseillais Newton Offices fait ses premiers pas en région avec un immeuble de bureaux de 4 200 m2 attendu à Villeneuve d'Ascq fin 2020.

Publié le 27/08/2019 Julie Kiavué Grand Angle

Christophe Burckart : "Il y a un vrai dynamisme entrepreneurial à Lille"

Sa société s’apprête à ouvrir son 6e centre de coworking au Nouveau Siècle à Lille en 2020.

Publié le 27/08/2019 Guillaume Roussange Grand Angle

Dans les coulisses d'Ugepa

Chaque mois, Eco121 vous propose d'aller à la découverte d'un fleuron de l'économie de la grande région. Ce mois-ci : direction la Somme pour une visite d'Ugepa, la dernière usine française de papier peint.

Publié le 27/08/2019 Anne Henry Castelbou Grand Angle

Le coworking prend racine en région

Depuis trois ou quatre ans, les ouvertures d’espaces de coworking se multiplient dans la région, avec une course à l’emplacement.

Publié le 26/08/2019 Olivier Ducuing Grand Angle

Philippe Lamblin : "Plus il y a de proximité, plus ça marchera"

Face à l'équation d'un chômage de masse et d'une pénurie de main d'oeuvre, les pouvoirs publics ont confié une mission ad hoc à l'ex-DRH du groupe Avril et de Lesaffre. Un an après, Philippe Lamblin en tire les premiers enseignements pour Eco121.

Publié le 27/06/2019 Guillaume Roussange Grand Angle

Dans les coulisses du Parc Astérix

­Direction ­le­ sud pour­ lever­ le ­voile­ sur ­les coulisses­ du ­Parc ­Astérix. Depuis ­trente­ ans, l'irréductible petit ­Gaulois tient­ tête ­aux­ géants ­du secteur.

Publié le 30/05/2019 Julie Kiavué Grand Angle

« Le premier enjeu est le rajeunissement des golfeurs »

Trois questions à Jean-Louis Lignier, président de la Ligue de Golf Hauts-de-France, et membre de la fédération française de golf.