Cutii : le nouvel assistant des personnes âgées

Cutii et son fondateur Antoine Bataille. Cutii et son fondateur Antoine Bataille.

Conçu par la société Care Clever, ce robot mobile espère retarder l’entrée en Ehpad de ses utilisateurs. 

Rompre l’isolement grâce à l’intelligence artificielle, l’entrepreneur roubaisien Antoine Bataille y croit dur comme fer. En 2016, il crée Cutii, un robot compagnon au visage sympathique et à l'allure humanoïde. Son but : aider au maintien à domicile des personnes âgées isolées, et parallèlement éviter une degradation de leur santé. Tout cela en créant (ou recréant) un lien social entre elles et le monde extérieur via une plateforme web. Cutii se veut plus qu’un écran sur roulettes. Doté de la reconnaissance faciale et vocale, il est capable par exemple de lancer une vidéoconférence en moins de deux minutes entre son propriétaire et sa famille ou des aidants pour assister à distance à des activités, voire mettre en relation avec un médecin généraliste ou contacter les secours en cas de chute !

Le pari est ambitieux, mais fait mouche : il y a deux ans, Antoine Bataille est lauréat de l’appel à projet Silver Surfer d’Eurasanté. L’année suivante, il reçoit un Award au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas. « Nous avons aussi été approchés par Samsung et Sony », confie le dirigeant de Care Clever, la société qui porte Cutii et emploie huit ingénieurs. Il révèle même un partenariat en cours avec Boulanger et son réseau de 138 boutiques.

L’international à court terme

Pendant deux ans, Antoine Bataille a co-construit Cutii avec son coeur de cible. 18 prototypes ont vécu quelques jours chez une cinquantaine de personnes âgées. « Les retours étaient très positifs... bien plus qu’on ne l’imaginait. Comme toutes les nouvelles technologies, cutii effrayait au début mais nos utilisateurs tests s’y sont habitués petit à petit. Certains voulaient même le garder chez eux ! », sourit le fondateur. Il prévoit la commercialisation de 500 robots dès l’an prochain en France et en Suisse, avant de s’attaquer au Canada, au Japon et aux Etats-Unis. Il vise sans ciller les 47 M€ de chiffre d’affaires à horizon 2022. L’entrepreneur a investi 1,5 M€ depuis 2016 (dont 450 K€ de fonds bancaires) pour développer et mettre au point son robot compagnon. Il a également pu bénéficier de 700K€ du groupe roubaisien de protection sociale Ircem et de 500 K€ d’investisseurs historiques dont il tait le nom. Sécurisant ainsi 1,2 M€ sur les 2 M€ recherchés pour l’industrialisation et l’évolution de Cutii.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 26/09/2018 Julie Kiavué Entreprendre

Saneco tisse sa croissance dans le monde

Depuis 2017, la société dessine et exporte son linge de maison en lin made in France. L'international, stratégie historique, représente 80% de son chiffre d'affaires.

Publié le 26/09/2018 Julie Kiavué Entreprendre

Le e-learning monte en puissance

Les établissements sont toujours plus nombreux à proposer des formations en ligne. Parmi lesquels l'Edhec, qui vise 1 000 diplômés à distance par an à horizon 2025.

Damien Vandorpe, Dg de Floralys résidence, Christophe Itier, Haut commissaire à l’ESS, Gregory Lelong, vice-président de Valenciennes métropole, et Olivier Ducuing directeur de la rédaction d’ECO121.
Publié le 26/09/2018 Julie Kiavué Entreprendre

Entre vocation sociale et exigence de rentabilité, quel avenir pour l'ESS ?

Crédits publics en berne, demande sociale forte dans un cadre réglementaire toujours plus contraignant : le secteur de l'économie sociale et solidaire vit depuis des années un gros effet de ciseaux.

Damien Vandorpe, Christophe Itier, Grégory Lelong, invités du club Eco121 à Valenciennes, animé par O. Ducuing.
Publié le 07/09/2018 Julie Kiavué Entreprendre

Christophe Itier dévoile ses projets de réformes pour l'ESS

Le haut commissaire à l'Economie Sociale et Solidaire était l'invité d'honneur du dernier Club Eco121, le 6 septembre.

Publié le 24/08/2018 Julie Kiavué Entreprendre

M Naturellement s'invite à votre table... de bureau

Sébastien Wylleman et Bertrand Leclercq proposent aux professionnels un service traiteur de repas sains et équilibrés.

Publié le 24/08/2018 Julie Kiavué Entreprendre

Batka joue les incubateurs

La structure d'Antoine et Manuel Perruchot vise à mieux valoriser les ressources humaines en entreprises.

"Tout se fera petit à petit. Je ne veux surtout pas brusquer mes équipes."
Publié le 24/08/2018 Julie Kiavué Entreprendre

Max Verlinde : de la finance à la plomberie

Depuis novembre 2017, l'ex-directeur financier est l'heureux dirigeant de Meersschaert. Pour laquelle il prévoit une cure de rajeunissement.

Publié le 24/08/2018 Entreprendre

BIEN-ÊTRE AU TRAVAIL : comment soutenir ses salariés en difficulté?

Publireportage Humanis. Que faire quand un salarié est en situation de surendettement, est fatigué par l'accompagnement d'un proche dépendant ou vit une séparation compliquée ?

Publié le 27/06/2018 Julie Kiavué Entreprendre

Fromages Olivier : l'international, coûte que croûte

L'export est une stratégie historique de l'affineur. En 2017, il a représenté 25 % de son chiffre d'affaires.

Crédit: Jean-Brice Lemal/Planimonteur
Publié le 27/06/2018 Julie Kiavué Entreprendre

Véhicules électriques : Renault appuie sur l'accélérateur

Le constructeur automobile a passé la seconde pour son plan "Drive the future". Il investira un milliard d'euros en France, notamment sur ses sites de Douai, Maubeuge et Ruitz.