Sdez poursuit sa croissance tambour battant

«  L’idée est de tendre doucement vers une couverture nationale d’ici 15 ans  ». Sébastian Sdez, président du groupe 100% familial (30M€ de CA) a commencé à déployer son ambition dès 1993. Spécialiste de la location-entretien de vêtements de travail, linge professionnel et équipement d’hygiène, il traite 400 tonnes de linge par semaine grâce à ses 400 salariés. Parmi ses clients,  Macopharma, Match, le groupe Accor ou encore une centaine d’établissement hospitalier, pour l'essentiel au nord de la ligne Rouen-Gap. Sa stratégie  ? Grandir pas à pas par croissance externe tous les 2 ou 3 ans. Le temps que la nouvelle entreprise intègre les process de fonctionnement maison... et devienne profitable. En 2010, l'entreprise d'Annecy Carmin est entrée dans le giron de l’ETI. Une implantation qui lui a ouvert le marché rhônalpin. Mais Carmin était présente sur deux sites obsolètes  : Sdez lui consacre aujourd'hui 4M€ d’investissement pour de nouveaux locaux, portant l’ensemble du groupe à sept usines  (Bondues, Wallers, Amiens, Reims, deux à Paris et Annecy). Sans doute davantage bientôt puisque la direction vise une nouvelle acquisition cette année.

 

Familiale, de taille intermédiaire et proche des clients

 

Sur un marché concurrentiel, surclassé par le géant Elis (55% de part de marché), Sdez pointe à la 5ème place. Pour Sébastian Sdez, les ingrédients de sa recette se trouvent en premier lieu dans sa structure  : familiale, de taille intermédiaire et proche de ses clients. Sdez «  s’est très tôt engagée dans des démarches de certifications qualité en étant l’une des premières à obtenir le label ISO 9000, régulièrement mis à jour  ». Elle doit obtenir  en 2013 la norme RABC et poursuit son partenariat avec l’Institut Pasteur qui réalise fréquemment des analyses bactériologiques. Pour faciliter la gestion des stocks de ses clients, elle a implanté une puce RFID sur ses vêtements, permettant traçabilité et  rapidité de tri. Dans le même esprit, Sdez a mis en place un système d’approvisionnement permettant de connaître en permanence le niveau de stock et d'approvisionner les clients selon leurs besoins. Le tout dans une démarche développement durable  : «  nous proposons un usage, pas un bien. Notre système de lavage consomme cinq fois moins d’eau qu’un usage domestique  ». De quoi envisager un avenir durable.
J.D.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 31/01/2013 Eco121

Calais : Tessenderlo cède son usine Calaire à ICIG

Les 200 salariés de l'usine chimique de Calais passent sous le pavillon d'ICIG.

Publié le 31/01/2013 Eco121

Gilberto d'Annunzio, l'Avventura nordiste de la gastronomie italienne

La Bottega, In Bocca al Lupo, La Bottega Pizza, Via Ristorante, El Ultimo ?... Depuis 15 ans, ce fils d’immigré italien enchaîne les ouvertures de restaurants. Plein d’appétit, Gilberto d’Annunzio et double la surface de sa pizzeria, l’unique deux toques au Gault Millau de France. Alléchant.

Publié le 31/01/2013 Eco121

Savime met l’innovation sur le tapis (roulant)

Dans un contexte de réduction constante des emballages, la Pme familiale révolutionne le convoyage industriel. Elle a déjà conquis Coca-Cola et la Brasserie de Saint-Omer. Prometteur.

Publié le 31/01/2013 Eco121

PH Expertise inocule le virus du business aux acteurs de la santé

Martin Blachier, José Guerra, Henri Leleu, Kevin Zarca. Quatre médecins innovent avec une offre d’évaluation de l’impact des dispositifs médicaux.

Publié le 31/01/2013 Eco121

Hervé Pignon, directeur de l'Ademe NPDC. "Ne ratons pas le virage de l'économie circulaire!"

Le directeur régional de l'Ademe souligne l'extrême acuité des enjeux environnementaux et n'en occulte pas les difficultés. Mais il développe avec conviction une vision pionnière pour basculer vers un nouveau modèle. Une mutation dont la région Nord-Pas-de-Calais pourrait se servir comme levier économique historique.

Publié le 31/01/2013 Eco121

Etoile +, moins de papier, plus de business

Développer le business transfrontalier grâce à la dématérialisation, voilà le but du programme Etoile +, qui entre dans le quotidien des entreprises. Ses instigateurs ont créé une communauté d’intérêt au sein de la filière numérique wallonne et nordiste.

Publié le 31/01/2013 Eco121

FP System réchauffe les espaces industriels

Fabien Prouvez. Il a imaginé des chaudières biomasse pour bâtiments industriels.

Publié le 31/01/2013 Eco121

Le soleil d’Opale, le défi sucré de cinq copains patrons

Alain Ducamp. Il croque le créneau du gâteau régional avec La biscuiterie d’Opale.

Publié le 31/01/2013 Eco121

Airflux veut souffler sur toute la France d’ici 2015

Lille. A l’aube de ses 30 ans, le pro de l'air comprimé prévoit de créer 75 emplois et de doper son chiffre d'affaires de 50%.