Sirs ouvre son capital pour attaquer les émergents

[caption id="attachment_34090" align="alignleft" width="400"]Jean-Paul Gachelin montre une carte satellitaires d'inondation en Birmanie. Jean-Paul Gachelin montre une carte satellitaire d'inondations en Birmanie.[/caption]

 

 

Gros contrats, levée de fonds, nouvelles ambitions : 2017 démarre sous les meilleurs auspices pour SIRS. La société spécialiste des analyses d'images satellitaires, a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 4 M€, essentiellement auprès d'acteurs publics français, et de l'Union européenne. Aujourd'hui, SIRS entend chercher de nouveaux marchés à l'export, notamment dans les pays émergents où le potentiel est jugé élevé. C'est pour financer cette stratégie de conquête que son fondateur Jean- Paul Gachelin a finalisé une levée de fonds d'1,5 M€, marquée par l'arrivée de BNP Développement (pour 17%), et par la consolidation des positions de l'IRD (28%), entré il y a quelques années.

Après quelques difficultés passagères il y a trois ans, qui ont retardé son plan d'expansion, «la croissance arrive maintenant », se félicite Jean-Paul Gachelin (photo), qui énumère les contrats majeurs décrochés récemment : la commission européenne lui avait confié la cartographie urbaine des villes européennes de plus de 100 000 habitants il y a quelques années. SIRS en a obtenu la mise à jour, mais aussi l'extension aux villes de plus de 50 000 habitants (soit un potentiel de 600 villes au lieu de 300), et désormais aussi aux villes des Balkans hors UE (Serbie, Montenegro...) et de la Turquie. Un contrat de 2,5 M€.

 

trame verte européenne

 

Sirs  a aussi décroché la cartographie de la trame verte européenne sur 6 M de km2 (2 M€) et s'est vu renouveler un contrat de suivi des catastrophes naturelles pour l'UE, sorte de service public avec système d'astreinte. Si un volcan entre en éruption aux Canaries, qu'un feu de forêt frappe la Suède ou qu'une inondation paralyse la Birmanie, où pourrait intervenir la sécurité civile européenne, SIRS envoie en temps réel une analyse des images avec une approche des dégâts (fondée sur une comparaison avec les images précédant le sinistre). Ces développements ainsi que le maintien d'un flux important d'activité avec les collectivités territoriales (50% du chiffre d'affaires) devraient se traduire par un volume d'activité de 10 à 15 M€ dans les 4-5 ans, table le dirigeant. L'effectif suivra dans une moindre proportion, le métier étant très automatisé. De 45 personnes aujourd'hui, il devrait atteindre alors la soixantaine O.D.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/06/2017 Accueil

Indiscrétions

Les indiscrets glanés dans le mois.

Publié le 01/06/2017 Accueil

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/06/2017 Accueil

Verbatims

Les phrases glanées au cours du mois de mai.

Publié le 01/06/2017 Accueil

Portraits express

Publié le 01/06/2017 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/06/2017 Accueil

Logistique : les Hauts-de-France montent en cadence

Externalisation massive de la pre?paration des commandes jusqu'au transport, explosion du e-commerce, course a? la re?duc- tion des de?lais, concentration : le moins qu'on puisse dire est que la logistique est sur une vague porteuse. Avec sa position ge?o- graphique de porte de l'Europe du Nord, la re?gion Hauts-de- France connai?t depuis quelques anne?es un ve?ritable a?ge d'or lo- gistique. Aujourd'hui, l'heure est aux me?ga-entrepo?ts, aux grands projets, et a? la cre?ation d'emplois a? gros bouillons. Notre enque?te.

Publié le 01/06/2017 Accueil

Hervé Montagne, le roi des toilettes mobiles

A 47 ans, Hervé Montagne ouvre une nouvelle phase dans le développement de son groupe Enygea, leader des toilettes autonomes en France. Ce passionné de chasse a le cap des 30 M€ dans le viseur.

Publié le 01/06/2017 Accueil

Les filiales à l’étranger de nos entreprises régionales

La CCI de Région Hauts-de-France a analysé le rayonnement des sièges sociaux de la région à l’international en répertoriant l’implantation de leurs filiales à l’étranger... La Chine monte en puissance.

Publié le 01/06/2017 Accueil

" Ce territoire a de belles choses à faire valoir ”

Françoise Paillous, ingénieure de formation, est la déléguée régionale du CNRS sur les Hauts-de-France depuis 2011. Eco121 a voulu rencontrer cette femme discrète pour mieux comprendre les enjeux de la recherche en région. Recueilli par Olivier Ducuing