Télécom Lille et Mines Douai s’unissent face à la révolution numérique

mines douaiLoin d’être une discipline à part, le numérique s’est invité dans toutes les filières industrielles. Et par ricochet dans leur enseignement. «Il y a trois ans, nous nous sommes posés la question d’intégrer l’arrivée du numérique dans des applications domestiques et industrielles que ce soit dans les voitures, ou les usines. C’est un développement tellement important dont il est impossible de se passer. Dans un contexte budgétaire contraint, il était illusoire d’attendre des renforts en personnel. La seule solution passait par un partenaire compétent », confie Daniel Boulnois, ancien directeur de Mines Douai aujourd’hui à la tête de la nouvelle entité. La réflexion stratégique a été entamée dès 2014. Dans la recherche du partenaire idéal, Lille Télécom sort très vite du lot. « Nous appartenions avec Lille Télécom à l’Institut Mines Télécom », poursuit Daniel Boulnois. Le mariage est consommé depuis le 1er janvier. IMT Lille Douai rassemble désormais sur ses campus de la Cité Scientifique et de Douai 2000 étudiants. Entre 500 et 550 ingénieurs diplômés sortiront chaque année de ses bancs.

Première rentrée prévue en septembre 2018. L’ex-école d’ingénieur spécialisée dans les NTIC dépend par ailleurs de l’Université Lille 1. Un lien que la nouvelle équipe dirigeante a tenu à conserver dans le cadre de la fusion. Une demande satisfaite : IMT Lille Douai dépendra à 100% de l’Institut Mines Telecom qui partagera la
gouvernance avec l’université de Lille, appelée à siéger dans un comité d’orientation stratégique paritaire. D’ici la première rentrée, il reste à l’équipe dirigeante à peaufiner les nouveaux programmes d’enseignement et les faire valider par la Commission des titres d’ingénieurs. Les deux anciens cursus devraient cohabiter dans la nouvelle école jusqu’à 2022 pour être progressivement remplacées. L’IMT Lille Douai délivrera un diplôme généraliste à haute teneur numérique ainsi que des formations par apprentissage dans les domaines télécommunications et informatiques, génie industriel, plasturgie et matériaux composites, génie civil et systèmes ferroviaires. Les étudiants devront passer un semestre à l’étranger et l’école proposera un M1 et un M2 en langue anglaise pour étoffer son attractivité.

E.V.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 31/01/2017 Accueil

Bruno Bonduelle: "Lille inaudible"

Bruno Bonduelle exhorte les décideurs à valoriser les atouts de la métropole lilloise auprès des jeunes talents et des investisseurs.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Xavier BERTRAND : “J'ai une obligation de re?sultats"

Un an apre?s la fusion entre Nord-Pas-de- Calais et Picardie, l'hyperactif pre?sident des Hauts-de-France revient sur cette premie?re anne?e de mise en place, sur sa politique voulue la plus « pro-business » possible, et sur les perspectives de notre re?gion. Entretien.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Top et Flop

Le top et le flop du mois.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Verbatims

Les phrases glanées en décembre-janvier.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Portraits express

Publié le 31/01/2017 Accueil

La Compagnie des Ve?te?rinaires va investir 26 M€ dans son de?veloppement

Villeneuve d’Ascq. Le groupe nordiste, spe?cialiste de la fin de vie animale, signe le tout premier pre?t obligataire du nouveau fonds Humanis Croissance

Publié le 31/01/2017 Accueil

Roquette se?me 300 M€ dans une une usine de prote?ines de pois au Canada

Lestrem. Le groupe familial lance la plus grosse usine de prote?ines de pois au monde. Un produit aux grandes vertus nutritionnelles et culturales appele? a? nourrir la croissance du groupe.

Publié le 31/01/2017 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.