Unither met le cap sur l'Orient

unitherDe?but mars, Unither a boucle? le quatrie?me LBO de son his- toire. Le spe?cialiste mondial des unidoses est repris aupre?s d'Equistone Partners par le fonds Adrian, adosse? a? trois co-investisseurs, Keensight Capital, Parquest Capital et le re?gional de l'e?tape, Picardie Investissement. L'ope?ration doit permettre au groupe de consolider ses positions a? l'international. Le fac?onnier pharmaceutique a en effet pris pied aux E?tats-Unis en 2013, puis au Bre?sil deux ans plus tard. Aujourd'hui, il ambitionne de mettre le cap a? l'Est, en Chine plus pre?cise?ment, ou? la re?glementation autorise depuis quelque mois des sous-traitants pharmaceutiques a? produire pour le compte de laboratoires. «Le marche? pharmaceutique chinois est de?sormais le deuxie?me mondial, derrie?re les Etats-Unis et devant le Japon. Il continue de progresser de 15% par an. Pour profiter de ses opportunite?s, nous avons cre?e? une fi- liale et imaginons lancer une unite? de production a? terme », avance E?ric Goupil, Pdg d'Unither. Ne? en 1993 a? Amiens de la reprise d'un site Sanofi, Unither re?alise 260 M€ de chiffre d'affaires, dont un quart aux E?tats-Unis et au Bre?sil.

400 M€ dans 5 ans

Le groupe y emploie 400 personnes, soit pre?s du tiers de ses effectifs. En Ame?rique du Nord, il a acquis l'usine du belge UCB dans l’e?tat de New-York, dans laquelle il a investi 20 M$ pour de?velopper ses deux technologies phares, le Blow Fill Seal (BFS) et les sticks packs li-quides. Au Bre?sil, il a aussi dote? son usine de Barretos, dans l'e?tat de Sa?o Paulo, d'une machine sticks packs. «La conque?te de ces marche?s prend du temps du fait des re?glementations. Nos pre?visions sont pour l'heure conformes a? nos objectifs», se fe?licite Eric Goupil. Unither affiche de grosses ambitions. A horizon cinq ans, le groupe – dont la performance ope?rationnelle a double? au cours des cinq dernie?res anne?es – compte franchir le cap des 400 M€ de chiffre d'affaires. Pour Eric Goupil, cette monte?e en puissance s'appuiera e?videmment sur le centre de R&D du groupe, base? a? Bordeaux, et sur les quatre usines franc?aises dont les capacite?s de production augmentent re?gulie?rement. Cette anne?e, 10 M€ seront notamment investis dans de nouvelles lignes de production, a? Coutances, dans la Manche. «Nous sommes des gagnants de la mondialisation. Unither n'aurait jamais pu connai?tre un tel de?veloppement si le groupe e?tait reste? a? l'e?troit dans nos frontie?res nationales », estime le Pdg.

Guillaume Roussange

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/05/2017 Accueil

Indiscrétions

Les indiscrets du mois.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Verbatims

Les phrases glanées au mois d'avril.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Portraits express

Publié le 01/05/2017 Accueil

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Fiscalité locale: 3,5 mds€ prélevés sur les entreprises en 2015

Le Medef Hauts-de-France vient de publier son barome?tre de la fiscalite? locale. Constat inquie?tant : la contribution des entreprises aux collectivite?s a grimpe? de 13,3 % entre 2011 et 2015.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Antonio Molina: "Innover, c'est pour tout le monde !"

Le fondateur du groupe Ma?der, devenu leader mondial des peintures ferroviaires, est aussi pre?sident du po?les de compe?titivite? des mate?riaux Matikem, de l'institut d'excellence IFMAS, du nouvel Institut Ceebios sur la biomime?tique a? Senlis, et membre du think tank « La Fabrique de l'industrie ». Il vient aussi de faire l'objet d'un livre, “la saga de l'innovation”. Cet ardent de?fenseur de la troisie?me re?volution industrielle de?plore le manque de moyens pour de?velopper le chai?non manquant dela preuve de concept entre la recherche et l'industrie.

Publié le 01/05/2017 Accueil

Hauts-de-France: La résilience au coeur

Lille et le désert des Hauts-de-France? Oui et non. Derrière la dynamique métropolitaine, qu'on rencontre ailleurs en France et en Europe, les territoires secondaires peuvent trouver leur voie. La Région a montré dans le passé une incroyable capacité de rebond. Entre les contrats territoriaux signés par l'Etat, une stratégie régionale qui se met en place, le volontarisme d'élus locaux et l'expérimentation, le rebond est possible. La preuve par l'exemple.

Publié le 01/05/2017 Accueil

“Il faut de l'inge?nierie, des moyens, et une vision strate?gique”

Vale?rie Le?tard, premie?re vice pre?sidente du Conseil re?gional, de?le?gue?e aux solidarite?s avec les territoires, se?natrice du Nord, ancienne pre?sidente de Valenciennes me?tropole.