Actus

> International

Les Hauts-de-France lorgnent le trésor numérique chinois

Le 6 janvier 2017


Face à l'explosion de la demande pour les produits occidentaux, les géants chinois du Web multiplient les opérations séduction en direction des entreprises françaises. Dans quelques jours Alibaba, l'Amazon chinois, viendra à Lille, exposer les opportunités de ce marché de plus de 450 millions de e-consommateurs.


 Face à l’explosion de la demande pour les produits occidentaux, les géants chinois du Web multiplient les opérations séduction en direction des entreprises françaises. Mi-janvier, Alibaba, l’Amazon chinois, viendra à Lille exposer les opportunités offertes par ce marché de plus de 450 millions de e-consommateurs. 

 

 

AlibabaLe nouvel Eldorado du commerce numérique est chinois. En 2016, l’ex-patrie du communisme triomphant a – c’est historique – doublé les Etats-Unis avec un chiffre d’affaires online de plus de 700 milliards de dollars. Désormais, 15% des achats se font en ligne, notamment via les smartphones, contre 3% seulement en Europe. Le phénomène devrait encore s’accélérer : les spécialistes estiment que le e-commerce représentera 42% de la croissance du retail en Chine en 2020. Mode, produits cosmétiques, vins, alimentation pour enfants… Les produits les plus recherchés sur les sites marchands – le mastodonte AliBaba et son challenger JD.com – témoignent de l’appétence des consommateurs chinois pour des produits internationaux,  notamment français.

 

 

200 entreprises françaises sur Alibaba 

 

Le phénomène a d’ailleurs poussé Alibaba à s’implanter, en décembre 2015, en France pour convaincre les groupes et PME nationales de travailler en Chine. 200 d’entre elles, dont Décathlon ou Cache-Cache, sont déjà présentes sur la plateforme, de même que la région Provence-Alpes-Côte d’Azur qui y promeut des produits locaux.

«Le phénomène est tel que nous voulons, nous aussi, pousser les PME de la région Hauts-de-France à exporter sur ce marché. Ce qui est moins compliqué qu’il n’y paraît à première vue », explique Alexis Richez, conseiller Grande Chine, au sein de la Chambre de Commerce et d’Industrie Régionale. Des solutions simples existent en effet pour simplifier les obligations douanières. Parmi elles : l’e-commerce « cross-border » ou transfrontalier, qui autorise la vente en ligne de 1142 types de produits (selon la liste officielle) sans enregistrement préalable,  avec des taux de taxe à l’importation et de TVA réduits. «En outre, les produits n’ont pas obligatoirement besoin d’être stockés en Chine pour y être vendus», souligne Alexis Richez.

 

Le DG France d’Alibaba à Lille 

 

Afin d’inciter les PME de la région, la CCIR compte multiplier les rencontres et les actions de sensibilisation. Pour ouvrir l’année 2017, la chambre reçoit, le 18 janvier, (à son siège) Sébastien Badault, directeur général d’Alibaba France pour présenter les places de marché du groupe, mais également ses services Cloud intégrés. «L’exploitation du big data du cloud d’Alibaba constitue un outil supplémentaire pour ajuster le marketing digitale aux pratiques d’achat des Chinois», conclut le conseiller.

La Chine est aussi un enjeu majeur pour Euratechnologies qui compte le mettre en lumière lors d’une conférence le 7 février sur le thème « Chine 2017 : comment réussir sur le premier marché digital mondial ? » où sera à nouveau présent le dirigeant d’Alibaba France, au côté, entre autres de Stéphane Monsailler, fondateur de System in Motion, et Président de la FrenchTech Shanghaï, Parrain de la 2nde promotion d’Euratech in China.

Signe que la Chine est devenue clairement une priorité régionale, et un levier de développement économique puissant, Xavier Bertrand va fêter le nouvel an chinois le 25 janvier prochain, en présence de l’ambassadeur de Chine en France, Jun Zhai, et des membres de la communauté chinoise de la région.