Banques-Pme : le vote de défiance – Réactions à notre sondage, suite

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France

Eco121 a publié le mois dernier un sondage exclusif réalisé par Market Audit sur le lien de confiance banques-entreprises.

Une consultation qui mettait en exergue une altération de ce lien, avec un vrai consensus sur le fait que l'accès au crédit se serait durci (pour 85 % des réponses), mais aussi une distanciation de plus en plus nette entre la Pme et l'institution bancaire en général. Ainsi 66 % des décideurs de la région ne font pas ou plutôt pas confiance aux banques en général, et 51 % à leur propre banque.

En revanche, ils étaient nettement majoritaires (55%) à marquer leur confiance envers leur conseiller. ?

 

 

Nous publions les réactions de deux dirigeants régionaux de banques, une mutualiste à travers Eric Charpentier, et une banque généraliste avec Nicolas Draux.

 

 

« Il ne doit pas y avoir un bon projet qui ne trouve pas de financement »

Nicolas Draux, directeur régional de BNP Paribas

« Au travers de votre sondage, les chefs d’entreprise expriment leur sentiment d’une restriction dans l'accès au crédit. Ce thème, c’est un peu un “canard sans tête”, qui revient à chaque période de crise : vous entendez immédiatement parler de credit crunch. Entre la crise économique, la crise financière, la crise de l'euro, l'évolution de la réglementation bancaire, les occasions sont régulières de revenir sur ce thème.

Face à cela, il ne faut pas de discours, mais un langage de preuves que le crédit est bien le cœur de notre métier. Concrètement, en ce qui concerne BNP Paribas dans le Nord-Pas-de-Calais, le niveau d’activité ne confirme pas le ressenti exprimé dans votre enquête. Notre production de crédits aux Pme a atteint 791 millions d'euros l'an dernier dans la région, soit une hausse de 14 %. Et la tendance de janvier-février laisse apparaître des volumes similaires à période comparable. Notre encours de crédit est en progression de 5,8 % à fin 2011.

Nous avons par ailleurs ouvert quatre Maisons des Entrepreneurs dans le Nord-Pas-de-Calais : Valenciennes, Lille, Arras et Boulogne-sur-Mer, qui sont venues s'ajouter à notre centre d'affaires entreprises de Lille. Crise ou pas, nous avons voulu nous renforcer localement pour faire profiter ici de l'expertise de l’une des toutes premières banques de la zone euro.

Pour moi, il ne doit pas y avoir un bon projet qui ne trouve pas de financement. D'ailleurs, j'observe que le dispositif de médiation du crédit, qui avait fonctionné au départ, est aujourd'hui quasiment inactif. Il n'y a plus de dossiers.

La régulation bancaire, Bâle III, les ratios de solvabilité et de liquidité nous contraignent, comme toutes les banques à réduire la taille de notre bilan. Mais cela ne se fait absolument pas en pesant sur le marché domestique. Je note en passant que la crise financière est née aux Etats-Unis avec les subprimes, mais que la réglementation et Bâle III ne s'appliquent pas outre-Atlantique. Il faut bien entendu des règles et il faut que tout le monde les respecte.

Je voudrais également souligner un des enseignements de votre sondage. Le degré de satisfaction des entreprises envers leur banque est bien meilleur quand on interroge les chefs d’entreprise sur leur gestionnaire bancaire que sur leur banque et surtout que sur l’ensemble du système bancaire. L'institution fait peur. Je suis donc convaincu que c'est le chargé d'affaires en relation avec l'entreprise qui, par sa présence et sa compréhension de l’entreprise, va améliorer l'image de la banque.

D'une manière générale, on parle des entreprises qui ferment et pas assez de celles qui portent des projets. Les chefs d'entreprises fourmillent d'idées, d'initiatives, il faut véhiculer des messages plus positifs plutôt que d'attiser les peurs et de ressortir “le canard sans tête” !

 

 

« Notre vocation reste de développer le territoire »

Eric Charpentier, directeur général du Crédit Mutuel Nord Europe

« Les tendances qui émanent de cette consultation ne sont pas particulièrement surprenantes. Nous avions déjà eu connaissance de sentiments similaires au sein de notre clientèle de particuliers. Les résultats ne sont pas non plus si contradictoires qu’ils peuvent le paraître. Nous vivons, en plus de la crise économique et financière, une crise de confiance. Les banques étant très décriées, il est normal que les Français déclarent ne pas les aimer. Mais on constate finalement que les entreprises rejettent, certes, les banques mais aiment la leur, elles rejettent l’institution bancaire mais aiment leur conseiller.

J’en tire personnellement un enseignement majeur : les clients privilégient la relation de proximité, le rapport humain, l’échange direct avec une personne identifiée.

Cette étude montre le besoin du client d’une relation de proximité et en même temps la nécessité absolue pour les banques de la renforcer si elles veulent remonter leur “côte de popularité”. C’est en tout cas, pour nous au Crédit Mutuel Nord Europe, une certitude et un objectif clairement affiché.

Cependant, si la “relation client” est sans le moindre doute la clé pour redonner confiance, le conseiller n’est pas pour autant le seul responsable de cet enjeu. Nous sommes en réalité tous dépositaires de la confiance de chacun de nos clients. En matière de relation avec les entreprises, il nous faut, dans nos politiques, montrer que le CMNE et, plus précisément, que la BCMNE, son pôle Entreprises, continue de soutenir l’économie locale.

Notre vocation reste de développer le territoire sur lequel nous sommes résolument ancrés. Pour cela nous apportons aux entreprises, et essentiellement aux Pme, une offre de financement la plus large possible de manière à pouvoir répondre à toutes les problématiques. »

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 03/04/2012 Eco121

Le Design se structure

Une marque « volontairement » discre?te, pour une filie?re a? haut potentiel.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 03/04/2012 Eco121

TEREOS : Alexis Duval

Un HEC au profil international pour succe?der a? son pe?re

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 03/04/2012 Eco121

VILLE DE ROUBAIX : Pierre Dubois

Le « deuxie?me de corde?e » aux manettes

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 03/04/2012 Eco121

DUNKERQUE-PORT : Christine Cabau Woehrel

25 ans d’expe?rience du transport maritime

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France