Numéros

Publié le 29/09/2021

Numéro #114

Edito

Surchauffe

Mettez le pied au plancher avec non pas un, mais plusieurs plans de relance dans de nombreux pays, à commencer par le booster américain à 1200 milliards de dollars. Le moteur de la croissance repart au galop, servie par un énorme effet de base du choc sanitaire l'an dernier. Dans le même temps, votre réservoir n'est pas assez plein : pas de nouvelles recrues à l'horizon, ou pas assez, des matières premières dont les prix montent en flèche quand elles ne sont pas en pénurie, des coûts en amont qui s'affolent alors que l'aval vous empêche de les répercuter. Et des premières tensions à la hausse sur les salaires qui pourraient enclencher un cycle inflationniste que nous n'avions plus connu depuis des décennies... Voilà l'improbable scénario qui est en train de se dessiner, y compris dans notre région où pourtant, le chômage plus élevé que la moyenne semblait nous donner des marges.

Trésors d’imagination

Que nenni ! Pas un jour sans qu'un de nos interlocuteurs se désole de ne pouvoir embaucher, avec parfois 5,10, voire davantage de postes ouverts. Les mêmes disent déjà renoncer à des marchés, faute de pouvoir les

honorer. On se prend à imaginer le cercle incroyablement vertueux qui se produirait si tous les blocages se desserraient et libéraient ces forces vers le champ de l'emploi, allégeant d'autant les coûts faramineux de la protection sociale et générant une providentielle moisson de cotisations.
Un scénario de pure science fiction. Avec 130 000 décrocheurs par an en France, des jeunes qui privilégient massivement les formations longues (pas toujours couronnées d'emploi), des formations pas toujours adaptées aux besoins, un

rapport au travail très perturbé par le confinement, le marché du travail apparaît comme tout sauf fluide. Avec un chômage structurel particulièrement élevé.
Résultat : les entreprises, souvent épaulées par les collectivités et les acteurs de l'emploi, doivent déployer des trésors d'imagination pour attirer, sélectionner non plus par le diplôme mais par le savoir-être et la motivation, comme le montre notre dossier de ce mois. Un vrai défi collectif d'une ambleur inédite. Mais convenons qu'il est plus encourageant de devoir gérer le suremploi que le surchômage.

Olivier Ducuing

Directeur de la rédaction

Anciennes parutions :

Dernière édition :

Publié le 29/09/2021

Numéro #114

Télécharger