Numéros

Publié le 29/11/2022

Numéro #126

Edito

Industrie périphérique

"Energie : forme et fermeté dans l'action, qui rend efficace." La définition du Petit Robert souligne en creux l'acuité de la crise actuelle. Sans énergie, pas d'économie. Si tout un chacun sera concerné par une hausse de sa facture et de potentielles coupures cet hiver, la première première victime sera d'abord l'industrie et plus largement les entreprises dont l'énergie représente une part importante du prix de revient.

Or notre pays ultra-tertiarisé a complètement oublié combien l'industrie est indispensable dans notre économie : c'est elle qui génère de la valeur ajoutée, de la productivité, et de l'innovation. Mais aussi de l'emploi et du lien social : on admet généralement qu'un emploi industriel en génère trois dans les services.

Reléguée dans la France périphérique théorisée par le géographe Christophe Guilluy, hors des grandes métropoles, dévalorisée dans l'opinion, elle a subi la première vague des hausses de prix des matières premières et de l'énergie sans beaucoup d'émotion dans le pays. Le gouvernement s'est certes, et fort heureusement, occupé des énergo-intensifs, les plus directement sensibles.

Mais aujourd'hui c'est la grande masse des petites industries, qu'on appelait jadis les PMI, qui s'apprêtent à prendre de plein fouet la vague, à l'occasion des renouvellements de leurs contrats d'énergie. Le gouvernement - celui-ci comme les précédents - n'a plus le tropisme industriel de ses prédécesseurs d'après-guerre, des fameuses 30 glorieuses, lorsque la reconstruction du pays s'accompagnait de la présence d'ingénieurs et de vrais connaisseurs dans les sphères dirigeantes. Aujourd'hui les élites sont souvent composées d'excellents rhétoriciens, de bons technocrates, mais complètement déconnectés des réalités techniques. Ce qui a conduit à des décisions funestes comme l'abandon du nucléaire ou encore au maintien d'impôts de production délétères. Comme la population périphérique, il est plus qu'urgent de reprendre la main sur notre avenir industriel et de préserver ce tissu vital, aujourd'hui menacé par des secousses dont il n'est en rien responsable. Et de suivre par exemple la voie de l'Espagne qui a su très vite découpler les prix de l'électricité de ceux du gaz.

Olivier Ducuing

Directeur de la rédaction

Anciennes parutions :

Dernière édition :

Publié le 29/11/2022

Numéro #126

Télécharger