La logistique, sur la terre comme au ciel

La logistique constitue un facteur clé de la filière aéronautique. Pour assurer le transport des pointes avant achevées, Airbus, alors propriétaire de l'usine de Méaulte, a demandé le concours des collectivités locales pour qu'elles financent la construction d'une piste capable d'accueillir le fameux Beluga (photo d’ouverture), le super avion cargo capable d'emporter une charge de plus de 50 tonnes sur une distance maximale de 2 779 km. Aujourd'hui, le cargo assure la liaison deux fois par semaine avec les autres usines Stelia, remplaçant les 1 300 convois exceptionnels qui parcouraient chaque année la Somme.

Cette activité représente 20% environ du chiffre d'affaires de l'aéroport d'Albert, qui se diversifie également dans le fret et l'aviation d'affaires. Autour de l'équipement, d'autres entreprises sont également spécialisées dans la logistique. Parmi les principales : Blondel, le spécialiste des solutions logistiques et du transport de gros volumes, dont le siège est à Saint-Quentin (Aisne). Grâce à son expertise et a ses solutions de stocks avancés, qui permettent à un fournisseur de stocker des pièces au plus près de l'usine, le logisticien s'est imposé comme un partenaire de premier plan de Stelia Aerospace. Il y a quelques mois, le partenariat a été renouvelé jusqu'en 2023 pour les sites de Méaulte, mais aussi de Mérignac, Saint Nazaire, Toulouse, ainsi qu’en Tunisie et au Maroc.

Le groupe Blondel, qui vient de racheter les transports Grimonprez, réalise 170 M€€ de chiffre d’affaires et emploie 1 800 collaborateurs

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/03/2018 Olivier Ducuing L'enquête

L'AERONAUTIQUE REGIONALE EN PILOTE AUTOMATIQUE ?

Un marché plus que porteur, des investissements nombreux, des grands noms prestigieux comme Airbus, Dassault, Matra, demain Safran, et une kyrielle d'équipementiers. Qui sait que l'aéronautique régionale pèse près de 10000 salariés ? Mais la force d'entraînement de ce secteur d'excellence n'est mise à profit par aucune politique de filière, notamment pour inciter les Pme à se diversifier dans cette direction ou chasser en meute. Revue des troupes aéroportées de l'économie régionale

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 29/08/2014 L'enquête

Qui sont nos start-up les plus prometteuses ?

Ils s'appellent Charles Smadja, Frédérique Grigolato ou Ludwig Czelecz. Seront-ils demain les futurs Steve Jobs ou Mark Zuckerberg français ? Qui sait ? Qui aurait imaginé l'ascension fulgurante d'OVH ou d’Ankama ? Eco121 a voulu pour cette rentre?e mettre en exergue la flamme entrepreneuriale nordiste. Avec l'aide de nos réseaux et notre regard transverse, nous avons choisi de mettre en lumière dix jeunes entreprises du Nord-Pas-de- Calais porteuses de grandes promesses. Rupture technologique, révolution dans notre quotidien, nouveaux modèles économiques, les dix portraits qui vous sont présentées affichent un potentiel magnifique. Comme toute sélection, celle-ci est arbitraire même si nous avons tenté d'être le plus honnête possible. Bien sûr, d'autres parcours exceptionnels mériteraient aussi d'être mis en lumière ici. Mais nous nous y employons déjaà dans chaque numéro. Découvrez avec nous un échantillon d'entrepreneurs hors pair qui portent en eux des avancées "disruptives" comme disent les experts. Baisser de 70% la consommation des véhicules avec un simple kit, pénétrer la pensée des consommateurs pour mieux adapter l'offre des marques, personnaliser le son pour chacun en s'affranchissant du casque, miniaturiser les micro-interrupteurs des téléphones pour avoir enfin des batteries qui durent, mais aussi soigner enfin la douleur des patients incapables de s'exprimer...Sans oublier un nouveau modèle de média professionnel qui trouve enfin la clé de la rentabilité de la presse sur le web... Focus sur les dix start-up les plus prometteuses de la région.