330 ETI au compteur régional

On connait la chanson : les Entreprises de taille intermédiaire (ETI) apportent une contribution majeure à l’économie nationale, avec 23% de l’emploi, 27% du chiffre d’affaire et 34% des exportations. Pour autant, elles sont trop peu nombreuses en France : 4 600 contre 12 500 en Allemagne, 10 500 au Royaume-Uni ou encore 8 000 en Italie du Nord. A l’échelle des Hauts-de-France, la CCI de région a établi le premier recensement de ces moteurs de croissance pour notre territoire : 330 ETI qui emploient 164 000 salariés, soit 11,5% des emplois régionaux.

 

Qui sont-elles ? On en distingue trois types. 114 ETI dites « régionales » ont leur siège social en région; elles comptent 56 068 salariés. Parmi elles, 65 ETI sont familiales (soit 20% du total). 2e catégorie, les ETI dites « nationales » sont des filiales d’entreprises dont le siège est français mais hors région. Elles sont 104 pour 52 084 salariés. Enfin, les ETI dites « internationales » (112 établissements et 55 875 salariés) sont des ETI filiales d’entreprises à capitaux étrangers.

Que font-elles ? Elles sont essentiellement tournées vers la sphère productive (81%). 52% de nos ETI régionales (soit 171) sont des établissements industriels et emploient 77 598 salariés (soit 47% des effectifs totaux des ETI). 11% sont dans le secteur des services aux entreprises, 10% dans le transport et logistique et 8,5% dans le commerce interentreprise.

Où sont-elles ? Elles sont plutôt concentrées dans les métropoles. On en dénombre 65 dans la zone d’emploi de Lille, 31 dans celle de Roubaix-Tourcoing, 25 dans celle d’Amiens, 21 à Compiègne et 20 à Beauvais. En termes d’emplois, les zones d’emplois de Lille, Roubaix-Tourcoing et Lens-Hénin comptabilisent 52% des emplois.

Mon ETI ne connaît pas la crise ! Entre 2008 et 2017, nos 330 ETI régionales ont créé 10 600 emplois et cela dans les trois catégories d’ETI. Saluons également la performance de nos 65 ETI familiales qui ont créé 2 200 emplois entre 2008 et 2017. Interrogées en début d’année, les ETI se montraient bien plus optimistes que les TPE/PME sur les perspectives 2018. 45% envisageaient d’investir contre 22% pour les TPE/PME et 31% à vouloir recruter contre 17% pour les TPE/PME.

Et le digital ? Le baromètre de la CCI de région sur le degré de maturité des entreprises régionales montre que le taux de maturité digitale des ETI régionales est de 51% contre 33% pour les TPE/PME. Près de la moitié d’entre elles ont défini une feuille de route de leur transformation digitale (contre 15% pour les TPE/PME). Elles sont 46% à avoir fait évoluer leur organisation interne avec la mise en place du digital (contre 16% pour les TPE/PME).

Leur stratégie à cinq ans ? Résultat intéressant, elles privilégient avant tout l’agilité : 50% mettent en avant la flexibilité et la réactivité de l’entreprise dans l’organisation du travail tandis que la mise en place d’outils de gestion de données et l’amélioration de l’expérience client ne sont citées que par 25% d’entre elles

 

L’étude complète de la CCI de région est sur son site hautsdefrance.cci.fr/actualites/eti-hautsde-france
A noter également que le fichier des 330 ETI analysées est accessible mais payant (contact :
c.herbet@hautsdefrance.cci.fr)