Le nouveau port de Calais largue les amarres

Calais. Au terme de six années d'un chantier colossal perturbé par la pandémie et le Brexit, le port s'offre une extension majeure propre à lui ouvrir un nouvel avenir. Une ouverture en cycle très creux mais qui engage pour de nombreuses décennies.

 

 

Est-ce un « game changer », un changement de nature à bouleverser les cartes de l'avenir économique de Calais voire bien au-delà ? L'avènement du nouveau port de Calais, dix-sept ans après les premières discussions, 6 ans après les premiers coups de pioche, et au terme de 863 M€ d'investissement, offre en tout cas au territoire un écrin de dimension XXL.

Il n'y avait pas le choix, dit en subs- tance Natacha Bouchart, maire de Calais et présidente de l'agglo. « Dans dix ans, nous n'aurions pas pu accueillir les nouvelles générations de ferries », lance-t-elle. D'ailleurs P&O va déjà opérer deux nouveaux bateaux en 2022 de 235 mètres de long, plus grands encore que le « Côte d'Opale » que vient de lancer l'armateur DFDS le 4 août dernier (215 mètres). Le manque d'espaces terrestres aurait aussi empêché le développement au moment où les contraintes de contrôles se sont multipliées. Le consensus était donc général le 9 septembre pour le « geste inaugural » : un concert de cornes de brume.

Contre-cycle

Ce projet, porté à son terme avec une énergie farouche par l'ex-président de CCI et désormais Pdg de la société d'exploitation des ports du détroit (SEPD), Jean-Marc Puissesseau, bascule le port dans une nouvelle dimension. Les chiffres sont d'ailleurs impressionnants (ci-dessous). La capacité de l'infrastructure va lui permettre aisément d'absorber les hausses de trafic, avec d'énormes gains de productivité (maniabilité dans le port, crocs largables opérés à distance...) capables de diminuer de 30% le temps d'escale.

Problème : pensée en phase de croissance, l'infrastructure arrive à échéance en plein creux historique, alimenté par le Brexit et la pandémie. L'activité reste aujourd'hui au ralenti. « La frontière a été fermée pendant un an, nous avons perdu 90% de la clientèle », admet Benoît Rochet, directeur général de la SEPD, qui souligne les surcoûts du double test Covid pour les passagers. Son président se dit persuadé que les 8 à 9 millions de voyageurs annuels vont néanmoins revenir, « d'autant plus que nous avons ici des conditions d'accueil qui n'existent pas ailleurs ». Cerise sur le pudding, le port va pouvoir déployer une activité de duty free sur 1 000 m2 dans un nouveau bâtiment réalisé en front de mer. Le port compte aussi déployer l'arme du multimodal, déjà préparée depuis dix ans avec le ferroutage. Le « non accompagné » (les remorques seules) s'est déjà bien développé, avec du fret remontant de Perpignan, Mâcon, d'Italie, bientôt de la Turquie via Sète. Une ligne de non accompagné vient d'être lancée par DFDS entre Calais et Sheerness, tandis qu'une ligne similaire sera lancée en novembre par Blue Channel Line. Quel impact ce nouveau port aura-t-il sur la répartition du trafic transmanche ? Getlink a déjà fait savoir qu'il se battrait « jusqu'au bout » pour pouvoir offrir à son tour le duty free, qui promet d'être une source d'attractivité pour les passagers, et de revenus et d'emplois. « La compétition avec les ferries est inégale. Nous n’avons pas les mêmes armes », déplorait Yann Leriche, Dg de Getlink dans une interview à la Voix du Nord en juin dernier.

 

Le nouveau port en bref

65 ha de terre-pleins aménagés dont 45 ha gagnés sur la mer

Une nouvelle digue de 3km de long et 25 m de haut

4 MT de sable extraites

Un bassin de 90 ha navigable, de 800 m de large

Salariés de la SEPD : 600 personnes

Effectif portuaire lato sensu : 4 à 5 000 personnes

Investissement 863 M€

dont 188 M€ de retombées pour les entreprises régionales

 

 

 

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Le premier Atelier Agile est installé au Plateau Fertile à Roubaix.
Publié le 27/09/2021 Julie Kiavué Actualités

Textile : L’Atelier Agile, prémices d’une « mode à la demande » ?

Roubaix. Emanation du Fashion Green Hub, l’Atelier Agile tente de rendre possible la production textile française, en circuit-court, durable et rentable.

Publié le 27/09/2021 Olivier Ducuing Actualités

Le campus cyber lillois (presque) sur les fonts baptismaux

Le campus cyber est dans les starking-blocks. Les acteurs locaux sont déjà prêts, la structure devrait suivre vite désormais.

Publié le 27/09/2021 Olivier Ducuing Actualités

Bonduelle préserve l'essentiel malgré la crise sanitaire

Le leader mondial du légume a souffert d'un exercice 2020-2021 hors norme, maintenant malgré tout sa rentabilité. Mais Bonduelle réfléchit à l'avenir de ses activités nord-américaines Bonduelle America Long Life.

Publié le 24/09/2021 Julie Kiavué Actualités

Gigafactory : Mercedes-Benz entre au capital d’ACC

Stellantis et TotalEnergies ont annoncé ce vendredi 24 septembre l’arrivée de Mercedes-Benz en tant que nouvel actionnaire.

Au centre de l'image, le futur site logistique de Seb au cœur du parc de l'Alouette
Publié le 22/09/2021 Olivier Ducuing Actualités

Seb livre 500 emplois dans l'ex bassin minier

Bully-les-Mines. Le géant mondial de l'électroménager va implanter un centre européen de 10 ha couverts sur le parc de l'Alouette. Ouverture prévue en 2023.

Publié le 21/09/2021 Olivier Ducuing Actualités

Digital In Pulse (Huawei) distingue Bioteos et PowerofMoss

Le concours d'innovation porté par le géant chinois Huawei récompense à Lille les filtres à microalgues de Bioteos et les murs de mousse de Powerofmoss.

Publié le 16/09/2021 Olivier Ducuing Actualités

Le programme Grande Ecole de l'Edhec dans le top 10 mondial

Le programme Grande Ecole de l'Edhec fait une entrée remarquée dans le top 10 mondial selon un classement du Financial Times en gagnant 7 places par rapport à 2020.

Photo d'archive : LME.
Publié le 15/09/2021 Julie Kiavué Actualités

Conjoncture : L’effet rebond de l'activité régionale contrarié

D’après la dernière étude de la CCI Hauts-de-France, nos dirigeants craignent pour la production et la productivité de leur entreprise. En cause : la pénurie des matières premières, l’explosion des coûts de transport et des difficultés de recrutement accrues.

Pour le directeur de l'aéroport Marc-André Gennart, "l'actionnaire est toujours déterminé à investir quand le trafic sera là"
Publié le 15/09/2021 Olivier Ducuing Actualités

L'aéroport de Lesquin revient (presque) à la normale

Le beau fixe n'est pas tout à fait revenu à l'aéroport de Lille-Lesquin, mais les ratios reviennent à la normal après la tempête sanitaire.

Publié le 13/09/2021 Olivier Ducuing Actualités

Viveo recrute sans CV

Dans un contexte de grande pénurie de main d'œuvre, le groupe lié à la transition énergétique Vivéo s'offre une campagne de recrutement très décalée.