Olivier et Sophie Lebreuilly multiplient les pains et les boulangeries



 

Sophie est originaire de Calais, lui de Normandie. Mais c'est à Paris, à l'EDC Business School, que les deux jeunes étudiants trouvent l'amour et les bases de leurs carrières respectives. Lui dans la banque, dont il deviendra directeur d'agence quelques années plus tard, elle dans le marketing, chez Venteprivee.com. Mais un beau jour de 2013, ils choisissent de tout arrêter et de vendre leur appartement, pour démarrer une toute nouvelle vie, loin de Paris. C'est une discussion avec un de leurs amis, minotier de son état, qui les a convaincus de se lancer dans la boulangerie.

 

27% de vrai beurre

 

Ce sera Etaples, avec un concept simple mélangeant boulangerie traditionnelle et restauration rapide sur place avec une offre adaptée et une trentaine de places assises pour en faire un lieu de vie. Au-delà de la baguette, qui reste le best-seller, la boulangerie vend aussi des hamburgers, des pizzas, des pâtes. Mais aussi des pâtisseries, « faites maison », insiste Sophie Lebreuilly, qui revendique un positionnement «gourmand et accessible». Son mari revendique des croissants « avec 27% de vrai beurre».

 

Le succès est vite au rendez-vous. Après le premier magasin ouvert en 2014, l'idée est de lancer une véritable enseigne. Deux levées de fonds d'un total de 2,5 M€ auprès de Generis Capital et Finorpa fin octobre donnent au couple Lebreuilly les moyens de ses ambitions. Entre juin 2016 et début 2017, pas moins de 7 boulangeries voient le jour. Les deux dernières en date à Armentières et Abbeville. En un an la société est passée de 30 à 120 salariés, et le rythme est de 10 à 15 recrutements par mois, dont beaucoup d’apprentis. A Sophie le marketing, l’animation des points de vente, les nouvelles offres, à Olivier le développement et les aspects financiers. Pour assumer la croissance, un laboratoire central, riche de 15 pâtissiers, est créé à Etaples pour produire toute la pâtisserie du petit groupe. Avec des investissements substantiels. La toute dernière ligne de viennoiserie implantée cet automne aura coûté 200 K€.

Heureux d'un choix qui leur offre une aventure entrepreneuriale originale et une qualité de vie sans commune mesure avec leurs trois enfants, Olivier et Sophie Lebreuilly, 34 ans, ne regrettent rien, bien au contraire. Des projets, ils en ont plein la tête, avec pour la seule année 2018 l'intention de doubler leur parc de boulangeries, toutes en propre, avec une très grande exigence sur les lieux d'implantation. Pour l'heure, le développement reste sur leur zone de prédilection, les Hauts-de-France, où le potentiel reste important. Mais la Normandie natale d'Olivier n'est pas loin et pourrait bien offrir des opportunités un jour ou l'autre.

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 26/04/2015 Olivier Ducuing Portrait

Xavier Lucas : Il ressuscite les vieilles pierres de nos aïeux

Après les anciens hôpitaux de Valenciennes (photo) et Douai, le leader français de la promotion spécialisée dans les monuments historiques jette son dévolu, avec l'IRD, sur celui de Seclin, une merveille du XIIIe siècle.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 28/03/2013 Portrait

Yves Delnatte : Homo connectus

Le directeur-associé de la SSII Ineat Conseil, pépite d'’Euratech, connaît une croissance fulgurante. Il déménagera en septembre vers de nouveaux locaux.