Philippe Traisnel : "Les dirigeants nous demandent de plus en plus du conseil"

Le regard du président d'Ambition Capital et directeur exécutif de Crédit Mutuel Equity (ex CM-CIC Investissements) à Lille, sur le capital-investissement en Hauts-de-France.

Comment a évolué le capital-investissement dans la région ces dernières années ?

On était 25 il y a dix ans, aujourd'hui près de 65, à travers 15 structures. Les acteurs historiques sont toujours là, l'IRD et Finorpa, Picardie Investissement côté picard. Participex a été rachetée par le Crédit Agricole, et Nord Capital, acteur indépendant, a repris en gestion le véhicule de capital investissement du Crédit Agricole Nord de France. Vous avez aussi les filiales de groupes bancaires qui sont toujours là, des acteurs indépendants comme Siparex, présent à Lille depuis dix ans. Et de nouveaux fonds comme Re-Sources, NCI ou Capital Croissance. 

Plus d'acteurs donc, et plus d'opérations ?

En terme de capitaux, ça augmente régulièrement, mais pas sur une croissance à deux chiffres. On a le sentiment que de plus en plus d'entreprises lèvent de l'argent, mais c'est surtout dans l'innovation avec un nombre croissant d'opérations. C'est aussi le cas dans le domaine de la transmission et des LBO, avec des recompositions de capital.

> A lire aussi : Enquête - Le capital-investissement passe à l'offensive

Par rapport à d'autres régions, comment nous situons-nous ? N'y a-t-il pas beaucoup d'acteurs pour un marché encore restreint ?

En volume, nous sommes plus bas que notre poids en PIB national, soit environ 4% du marché contre 8% du PIB. En Hauts-de-France, j'évalue entre 100 et 120 M€ les montants investis par les acteurs régionaux, hors opérations exceptionnelles comme OVH, Kiloutou ou Cerelia. Les acteurs se diversifient, certains vont davantage financer l'innovation, d'autres les infrastructures, d'autres sont sur du sectoriel, certains comme Siparex font de la mezzanine. Les nouveaux venus comme Cap3RI, Finovam, CapTech Santé avivent la concurrence, avec des angles différents. Les métiers, notamment dans l'innovation, demandent une expertise de plus en plus forte.

On voit de grosses opérations se boucler à l'international. Faut-il le déplorer ou s'en réjouir ?

C'est le cycle normal du capital-investissement. Les acteurs régionaux, ou nationaux en région, savent faire entre 100 K€ et 50 M€. Et même dans des tours de table à 50-60 M€, on peut trouver des solutions avec des acteurs locaux, mais ce sont souvent les entreprises elles-mêmes qui font leurs choix. Prenez Vade Secure, ils auraient pu trouver en France mais ils voulaient des capitaux anglo-saxons. 

Jouez-vous le rôle d'investisseurs purs ou aussi d'actionnaires ?

Quand on entre dans une société par augmentation de capital, c'est pour donner des moyens supplémentaires, pour de la croissance externe, un plan de développement commercial, parfois on organise aussi une liquidité partielle de certains actionnaires, sans changer la majorité. Mais de plus en plus, les dirigeants nous demandent d'apporter plus de conseil. Certes l'entreprise connaît son métier. Mais dans un cas sur deux, l'information financière n'est pas structurée en interne. Les actionnaires investisseurs sont là pour mettre en place ce type d'outils. On nous demande des conseils en management, en gouvernance, même dans le recrutement, mais aussi de trouver des croissances externes. Notre métier s'élargit. D'autant plus que les capitaux sont de plus en plus une commodité. Il y a des liquidités partout, les taux sont bas : comment se distinguer dans cet environnement ? Que peut-on apporter en complément ? Nous, chez Credit Mutuel Equity, c'est le réseau de participations, avec 350 lignes nationalement. Nous avons la volonté cette année de mieux connecter entre eux les dirigeants, ce que fait très bien BPIfrance, par exemple.

> A lire aussi : Enquête - IRD versus Finorpa, le match

Certains pointent une dérive des valorisations, notamment dans le numérique. Et vous ?

Les multiples sont aujourd'hui très élevés, et ne cessent de s'accroître depuis quatre ou cinq ans, malgré tous ceux qui prédisaient un arrêt de la hausse. Comme les taux sont très bas, de plus en plus de classes d'actifs vont sur le private equity, sur les actifs de qualité. La question du numérique est complexe, car comment valorise-t-on ? On voit une augmentation des valorisations, mais qui s'explique : peu d'entreprises sont éligibles, mais quand il y en a une, tout le monde veut en être.

L'ouverture du capital était taboue dans beaucoup d'entreprises familiales et d'ETI il y a encore dix ans. Les esprits ont-ils évolué ?

La plupart des dirigeants sont convaincus aujourd'hui des bienfaits de l'ouverture, quand il y a un projet derrière, qu'il s'agisse de transmission familiale ou de croissance externe par exemple. Les Pme sont plus agiles, plus petites, plus ouvertes. Les ETI restent le segment d'entreprises où l'ouverture du capital, souvent familial, reste encore un peu taboue. Mais ça évolue.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 31/01/2020 Olivier Ducuing Grand Angle

IRD versus Finorpa, le match

Les groupes régionaux Finorpa et IRD sont les deux acteurs historiques du capital investissement régional, en direction des petites entreprises et Pme. Ils poursuivent aujourd'hui l'élargissement de leurs activités avec de nouveaux outils.

L'ensemble des acteurs s'est réuni en décembre 2019 à Entreprises & Cités. Le secteur n'a jamais été autant représenté. Crédit : Sébastien Jarry
Publié le 27/01/2020 Olivier Ducuing Grand Angle

Le capital-investissement régional passe à l'offensive

L'argent coule à flots sur nos pépites régionales. 393 M€ injectés dans 123 entreprises des Hauts-de-France en 2018. Notre enquête.

Défilé Prada en dentelle Sophie Hallette.
Publié le 27/11/2019 Julie Kiavué et Guillaume Roussange Grand Angle

Quand la région s'habille en Prada

Chanel s'apprête à créer 100 emplois dans l'Oise. A Arras, la Maroquinerie Thomas s'implante avec dans ses bagages 250 postes tandis que Superga en apporte 80 dans la cosmétique. L'occasion pour Eco121 de lever le voile sur un secteur du luxe disparate.

Crédit photos Teddy Hénin
Publié le 27/11/2019 Guillaume Roussange Grand Angle

Dans les coulisses de Saverglass

Comme chaque mois, Eco121 vous propose de découvrir en photos, les pépites de l'industrie régionale. Dans le numéro 97, zoom sur l'une des plus précieuses d'entre elles : Saverglass, le spécialiste du flaconnage premium et super premium.

Fabrice Veyron-Churlet, directeur SPL Euralille.
Publié le 29/10/2019 Anne Henry Castelbou Grand Angle

« Euralille, mission accomplie »

Depuis 2015, Fabrice Veyron-Churlet est directeur général de la SPL Société Publique Locale Euralille, en charge des projets d’aménagements urbains. Pour lui, si la « turbine tertiaire » a atteint ses premiers objectifs, d’autres défis l’attendent.

Parc Matisse © MEL - Vincent Lecigne
Publié le 29/10/2019 Anne Henry Castelbou Grand Angle

Euralille : 30 ans après, la turbine tertiaire tourne toujours

Le projet visionnaire de Pierre Mauroy est devenu en trente ans le troisième centre d’affaires de France. Après avoir failli sombrer au départ pour avoir vu trop grand.

Publié le 27/09/2019 Olivier Ducuing Grand Angle

Rev3 : à quand le grand décollage ?

Derrière l'affichage, que devient le projet régional rev3 ? Si le citoyen ignore tout de rev3, le mouvement n'en est pas moins parti, avec un bon millier d'initiatives au compteur. Notre enquête.

Crédit photos Sébastien Jarry
Publié le 27/09/2019 Guillaume Roussange Grand Angle

Dans les coulisses de CMD à Cambrai

Comme chaque mois, Eco121 vous propose de découvrir les entreprises qui font la richesse et la diversité du tissu économique régional. Coup de projecteur ce mois-ci sur CMD, filiale de CIF, spécialiste mondial des systèmes de transmission de puissance, à Cambrai.

Ci-dessus l'hydrolienne à membrane de la société Eel Energy
Publié le 26/09/2019 Julie Kiavué Grand Angle

Rev3 : Où en sont les projets initiaux ? Focus

Parmi les 1000 initiatives rev3 enregistrées depuis six ans, Eco121 en a choisi six emblématiques, pour voir comment elles ont mâturé et progressé depuis leur lancement.

"Le principal est d'avoir des projets et des gens pour les porter"
Publié le 26/09/2019 Olivier Ducuing Grand Angle

Philippe Vasseur : "Le principal est d'avoir des projets et des gens pour les porter"

Philippe Vasseur préside depuis 2017 un ovni institutionnel, la mission rev3, partagée entre Région et CCI de région. Six ans après le masterplan de Jeremy Rifkin sur la troisième révolution industrielle à l'échelle d'une région, où en est-on aujourd'hui ? Rencontre.