Le Hainaut, plus que jamais capitale du ferroviaire

Il y a dix-huit mois, les inquiétudes se faisaient très vives devant l'asséchement des carnets de commande dans le ferroviaire. Or ce secteur est très puissant dans la région, tout spécialement dans le Valenciennois, qui concentre deux grands constructeurs (Alstom et Bombardier) et une myriade de sous-traitants. Soit un volume régional d'1 milliard d'euros de chiffre d'affaires et 14 000 emplois, soit la moitié des effectifs nationaux, avec 200 entreprises, dont la moitié présentes à l'Association des Industries Ferroviaires (AIF). Autant dire que l'avenir d'un tel secteur préoccupait fortement les responsables régionaux. Mais le ferroviaire est une activité très cyclique, au gré de la commande publique,et le vent a tourné (très)favorablement. Au point que certains acteurs affichent désormais des carnets de commande avec un horizon de 10 ans, dopés notamment par les projets du Grand Paris.

Et les embauches repartent sur les chapeaux de roues : l'usine Alstom, par exemple (voir aussi notre photoreportage), aura recruté rien moins que 410 personnes ces deux dernières années !

PROJET CARE

Mais le secteur est encore atomisé, derrière les très grands donneurs d'ordre. Aussi l'Etat a-t-il décidé la création d'un comité de filière fin 2017, avec pour ambition de muscler la compétitivité du secteur, inspiré d'un programme similaire (SPACe) mis en place à Toulouse avec les sous-traitants. un projet CARE a ainsi vu le jour (pour Compétitivité Accom- pagnement Rail emploi), porté par l'AIF, associé à l'Etat, la Région, la CCI, la fédération de l'industrie ferroviaire, Alstom et Bombardier. Un appel à candidatures a été lancé pour accompagner pendant un an une première vague de six entreprises stratégiques de la filière. « Ce pilote régional a vocation à être étendu au plan national », explique Samia Buisine, secrétaire générale du comité de filière.

On notera par ailleurs que le projet de constituer une filière de la déconstruction ferroviaire, qui avait échoué suite à des désaccords entre partenaires, pourrait bien renaître. La clé du dispositif consiste à entrer dans le cercle très fermé des entreprises de désamiantage qualifiées par la SNCF. Elles ne sont que 6 ou 7 à l'échelon national sur 1000 désamianteurs.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 27/03/2019 Olivier Ducuing L'enquête

Valenciennes sur les rails d'un nouvel avenir

Ascoval a concentré les feux médiatiques et sociaux sur Valenciennes. Mais derrière l'aciérie de Saint-Saulve qui concentre l'attention, l'économie valenciennoise évolue vite. Et s'offre une diversification tous azimuts : industrielle avec l'aéronautique, tertiaire avec le numérique ou les services à la personne, et même touristique. Reste à juguler un hyper chômage très résistant.

Publié le 26/02/2019 Olivier Ducuing L'enquête

Jean-Pierre Letartre, président du Comité Grand Lille « La Métropole est à l’arrêt »

Jean-Pierre Letartre a fait de l’attractivité un thème récurrent du Comité Grand Lille qu’il préside depuis deux ans.

Publié le 25/02/2019 L'enquête

Attractivité : Jacques de Chilly "Le soutien public reste essentiel"

Jacques de Chilly est un des initiateurs de l’aventure « ONLYLYON » et l’un des spécialistes français de l’attractivité territoriale. Ex-DG de « Aderly-Invest in Lyon » (Agence pour le développement économique de la région lyonnaise) et ex-DG-adjoint de la métropole Grand Lyon, il observe le sujet lillois avec intérêt et esprit critique

Crédit : ML
Publié le 25/02/2019 L'enquête

Attractivité : que manque-t-il à la métropole lilloise ?

Barcelone, Amsterdam, Munich, Hambourg, Lyon... Autant de métropoles qui s'affichent européennes et en ont acquis la légitimité. Et Lille ? Perdante de nombreux combats comme l'Idex ou l'Agence du Médicament, peu audible au national, elle se contente trop souvent de miettes. Or la métropole a tout d'une grande, comme le prouve une étude d'EY. Alors qu'elle vient de se doter d'une marque et bientôt d'une agence de l'attractivité, à quelques mois de la capitale mondiale du design, que manque-t-il à Lille pour changer définitivement de division dans la guerre feutrée du soft power ?

Publié le 27/11/2018 L'enquête

"Aider les commerçants à tenir leur place dans les cœurs de ville"

La maire de Beauvais est devenue le porte-drapeau des villes périphériques, à travers la présidence de la Fédération des villes de France depuis 2014.

Publié le 27/11/2018 L'enquête

Commerce : Le Hainaut fait le pari du projet collectif et de l'ingénierie

Face au déclin des centres-villes et au développement du commerce de périphérie, la CCI Grand Hainaut se veut force d'expertises et de propositions.

Publié le 27/11/2018 L'enquête

La Bassée : bon élève des villes périphériques

La commune multiplie les initiatives pour dynamiser son tissu commercial et mise notamment sur le réaménagement des berges du canal et de l'ancien port.

Publié le 27/11/2018 L'enquête

Armentières : « le commerce : un enjeu, un défi, un combat »

La ville mise sur le volontarisme de long terme pour redynamiser le commerce intra-muros, entre nouveaux équipements et gestion fine de l'accès automobile.

Ci-contre la transformation du rez-de-chaussée de l'hôtel consulaire de Lille en cellules commerciales.
Publié le 27/11/2018 L'enquête

Mobilisation générale sur nos coeurs de villes

Fragilisés par les centres de périphérie et par l'essor fulgurant du e-commerce, les commerces de nos centres-villes asphyxient. Plan national, nouveaux dispositifs régional, locaux, la bataille est engagée pour régénérer nos villes.

Publié le 26/09/2018 Olivier Ducuing L'enquête

Le temps des mets : un miel de Provence ... nordiste

Le patron de Guy Demarle est un serial entrepreneur. Dans le Var, il développe une activité de produits gastronomiques dont un miel IGP de haut vol.