Benoît Henno veut incarner la logistique à taille humaine

En octobre 2017, il rachète Prestapack et Dometrans, deux entreprises de conditionnement à façon et de logistique. 18 mois plus tard, les effectifs sont passés de 7 à 18, le chiffre d'affaires a triplé.

 

Petit logisticien deviendra grand ? Benoît Henno affiche en tout cas crânement ses ambitions, à savoir proposer une offre alternative dans la logistique lilloise. En octobre 2017, le trentenaire reprend deux petites structures : Prestapack, à Tourcoing, spécialiste du conditionnement à façon, et Dometrans, à Lesquin, prestataire en logistique industrielle et de marketing opérationnel. Cette dernière structure était en grande difficulté, mais Benoît Henno avait une idée précise en tête : créer une offre globale, intégrant le transport en amont, avec une grande réactivité, et un système d'information repensé. Et une première plateforme de 6000 m2 à Croix, où a déménagé l'entreprise, qui se complète aujourd'hui de sa petite sœur à Templemars, de taille identique. La palette de services s’est en- richie depuis de deux nouvelles filiales, Dometrans Transport et Logibex (conseil). Benoît Henno veut jouer la mutualisation et les économies d'échelle. L'homme connaît son métier. Ancien de Transalliance, formé en gestion des entreprises et administration, complété en 2012 d'un executive MBA à l'Edhec, il a aussi créé la fameuse entreprise Prestapack en 2011, avant de la revendre en 2014. Retour aux sources aujourd'hui, mais avec un environnement très nettement consolidé. Le projet bénéficie de plusieurs bonnes fées : le réseau Entreprendre (30 K€), Initiative Lille Métropole (20 K€), et deux prêts de Bpifrance (90 K€) et Total Développement (30 K€). De quoi bâtir une vraie stratégie et d'afficher des ambitions.« Le fait d'avoir les tampons du réseau entreprendre et l'appui de BPI, ça aide beaucoup, au-delà des moyens financiers eux-mêmes. Mais c'est d'abord un vrai soutien, un accompagnement très utile face aux difficultés rencontrées », confirme le dirigeant, actionnaire unique du petit groupe.

 

"Tout ce qu'on gagne, on le réinvestit"

 

Les premiers résultats sont plus qu'encourageants. Au moment de la reprise, les deux structures totalisaient 7 salariés pour un chiffre d'affaires d'1 M€. Ils sont aujourd'hui 18. Et l'activité des 12 premiers mois a atteint 3 M€ contre 2 M€ en prévisionnel. Les premiers mois de 2019 sont en progression de 60%. Les références commerciales clients s'accumulent : e-commerçants, grande distribution, retail spécialisé comme Jules ou Afibel, mais aussi industriels comme Brunel (Starwax)... Et demain ? « Tout ce qu'on gagne, on le réinvestit », explique Benoît Henno, qui vise une croissance organique mais aussi de nouvelles acquisitions en fonction de ses capacités, sans viser d'ouverture de son capital. Benoît Henno imagine un premier pallier autour de 5 M€ d'activité, pour doubler ensuite, avec un effectif de 30 à 40 personnes. « a taille humaine » souligne-t-il.

Olivier Ducuing

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 26/10/2018 Guillaume Roussange Transmission

Denis Sennechael veut booster Clarilog en Europe

Depuis juin, il a pris la tête du spécialiste de la gestion de parcs informatiques. Il nourrit de fortes ambitions en France, mais aussi à l'international.

Publié le 28/02/2017 Etienne Vergne Transmission

Groupe Arkal offre une seconde vie à VM Deligny

Basée au Parcq, l’'entreprise de charpente métallique est reprise par deux ex-cadres à son ancienne maison mère belge.