LME poursuit ses investissements malgré le durcissement du marché

Trith-Saint-Léger. Après un exercice 2018 en fanfare (+17%), le sidérurgiste vit un retournement de conjoncture. Mais maintient un investissement élevé pour préparer l'avenir. 

LME rattrape son retard. La seule usine française de l'italien Beltrame, avait connu des années très difficiles entre 2008 et 2015, accumulant 100 M€ de pertes en cinq ans. Les investissements avaient été mis en standby. Depuis 2016, un vaste plan de redressement a été mis en route, assorti de 34 M€ d'investissements, permettant de ramener l'usine à la rentabilité. De quoi profiter aussi pleinement de l'embellie du secteur en 2017 (+11% de chiffre d'affaires) puis en 2018 (+17%, à hauteur de 309 M€). L'an dernier, la société et ses 535 salariés ont recyclé 650 000 tonnes de ferrailles, fondues en 532 000 tonnes de demi-produits, des billettes d'acier, destinées pour l'essentiel au marché de la construction à travers une gamme de près de 400 références. L'entreprise exporte 80% de sa production. Malheureusement, le cycle de la sidérurgie connaît aujourd'hui un tassement, tandis que les prix de l'énergie ont grimpé de 50% en un an, et que celui des ferrailles (60% du prix de revient de LME) est aussi fortement à la hausse. La facture énergétique va ainsi grimper de 5M€ entre les deux exercices. Résultat, « 2019 sera une année excessivement difficile. On va produire moins qu'en 2018 et notre chiffre d'affaires sera moindre», analyse David Iroz, directeur du site, qui souligne : « si on n'avait pas fait tout ce travail, on serait en grande difficulté. Or la rentabilité sera encore au rendez-vous en 2019, moindre qu'en 2018, mais sera bien au rendez-vous ».

La société a choisi aussi de miser sur les ressources humaines pour fidéliser ses équipes, en réduisant le volant d'intérimaires, passés de 12% des effectifs en 2016 à 2 à 3%, tandis que 120 personnes auront été recrutées en trois ans. La société entend bien poursuivre sa politique d'investissement. Cette année, LME va injecter 12 M€ dans le renouvellement des équipements, les appareils de levage, l'amélioration des conditions de travail et l'efficacité énergétique. Le four d'un des deux laminoirs sera changé en 2020-2021, soit une mobilisation de 10 M€, alors que l'énergie est l'un des axes prioritaires de la stratégie de cette entreprise électro-intensive. Avec un objectif immédiat de réduire de 3 à 4% sa consommation d'ici à 2021.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 27/06/2019 Olivier Ducuing Territoires

Forestia accueille Bpifrance et NCI

Lambersart. La société spécialisée dans le bois d'extérieur lève 3 M€ pour doubler de taille en cinq ans.

Publié le 27/06/2019 Olivier Ducuing Territoires

Vandenbulcke fait lever sa croissance dans les Weppes

Herlies. Le spécialiste de l'accessoire de boulangerie-pâtisserie espère intégrer son nouveau site fin 2020, malgré des oppositions de riverains.

Publié le 27/06/2019 Guillaume Roussange Territoires

Ageco Agencement va renforcer sa menuiserie industrielle

Amiens. Le fabricant d'aménagements pour le commerce de détail fait le pari de l'IA. Avec des premiers succès qui vont générer plusieurs dizaines d'embauches.

Publié le 27/06/2019 Guillaume Roussange Territoires

Pyromeral se diversifie dans l'aéronautique et le militaire

Une opération qui va engendrer la création d'une vingtaine d'emplois.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 27/06/2019 Olivier Ducuing Territoires

AFR Titagarh sous haute tension

L'industriel nordiste, propriété du groupe indien Titagarh, emploie 130 salariés pour un chiffre d'affaires que l'entreprise ne publie plus au greffe du tribunal de commerce depuis 2015.

Publié le 27/06/2019 Guillaume Roussange Territoires

Les Hauts-de-France lorgnent les drones logistiques

Airbus mise sur une prochaine expérimentation menée sur l'ex base BA113 de Cambrai.

Publié le 27/06/2019 Julie Kiavué Territoires

Macopharma cède son activité perfusion déficitaire

Mouvaux. Le nouvel actionnaire Verdoso, un industriel parisien, veut transformer l'outil de production et élargir la gamme produit.

Publié le 27/06/2019 Julie Kiavué Territoires

N.A.T veut sextupler en cinq ans

Seclin. L'entreprise spécialisée dans la détection de réseaux vise l'ouverture de nouvelles agences et le cap des 300 collaborateurs d'ici cinq ans.

Publié le 27/06/2019 Julie Kiavué Territoires

La bière régionale a créé 600 emplois l'an dernier

Région. Les Hauts-de-France confirment plus que jamais leur statut de deuxième région française de la bière, avec 7,1 millions d’hectolitres annuels.

Publié le 05/06/2019 Julie Kiavué Territoires

Permettez-moi de construire boucle un énième tour de table

Lille. Avec sa nouvelle levée de fonds d'1M€, la jeune pousse envisage la pose de la deuxième brique de son modèle économique : la monétisation de sa data. Avec l'objectif d'atteindre le million d'euros de chiffre d'affaires fin 2019.

Tags: