Numéro #108

Numéro #108 26/02/2021

Edito

Statist...hic

« Je ne crois aux statistiques que quand je les ai falsifiées moi-même ». On prête à Churchill cette célèbre citation à l'humour très british. Il faut bien reconnaître que la période actuelle pourrait lui donner raison. Les statistiques ont de quoi donner la migraine à une aspirine. Après la pire récession depuis la deuxième guerre mondiale, soit une baisse de la richesse nationale de 8,3% (après une évaluation initiale à -10%...), voilà que le taux de chômage recule au quatrième trimestre 2020 de 1,1 point, pour descendre à 8% de la population active. Et c'est l'Insee lui-même qui nous met en garde – très honnêtement - contre des données en trompe-l'œil, nombre de demandeurs d'emploi n'ayant pas pu engager des recherches actives du fait du reconfinement. Voici également que le nombre de défaillances d'entreprises s'effondre dans notre région de 39%, tandis que la création d'entreprise grimpe de 5%.

Dans le même temps, le nombre de dossiers de surendettement s'est littéralement affaissé en 2020, soit un quart en moins, répétons-le, la pire année économique depuis 80 ans.

Nord magnétique

Mais que se passe-t-il donc au royaume des chiffres ? La mise sous morphine de l'économie accompagnée d'une avalanche de milliards d'euros de plans de relance a manifestement fait perdre le Nord magnétique à la boussole macroéconomique. Ajoutons à cela un rallye boursier peu en phase avec la réalité économique, des mouvements de grande ampleur autour du bitcoin et des cryptomonnaies, et nous avons là un cocktail fort inquiétant. Au reste, les acteurs de la solidarité dans notre région s'attendent - sans savoir quand- et se préparent à la fameuse vague sociale, objet de notre enquête du mois.

Si un soutien public massif pendant un choc totalement exogène était une évidente nécessité, force est de reconnaître que son institutionnalisation fausse désormais en profondeur notre perception des réalités et nos repères habituels. Même si les entrepreneurs sont par nature des optimistes qui savent « prendre leur risque », pour paraphraser notre Président, la perplexité, l'incertitude voire le doute face aux prochains mois risquent de nuire à la nécessaire confiance dans l'avenir et à l'envie de se projeter.
Il serait plus que temps d’y voir clair. 

 

Olivier Ducuing

Directeur de la rédaction

Dernière édition :

Publié le 29/09/2021

Numéro #114

Télécharger