Numéro #111

Numéro #111 29/04/2021

Edito

Pesons sur notre avenir !

Le coronavirus et l'état d'urgence sanitaire depuis maintenant plus d'un an ont largement pesé sur le fonctionnement habituel de nos vies et de notre démocratie. Trois déconfinements plus tard, après avoir accepté de lourdes contraintes sur nos libertés, un nouveau rendez-vous démocratique s'offre à nous. Il ne faudrait pas le manquer à l'instar du scrutin des municipales. L'abstention y avait atteint le niveau catastrophique de 58,3%, un record sous la Ve République.

Les enjeux sont considérables, si l'on s'en tient déjà aux seuls champs de compétence du conseil régional et des conseils départementaux. Le premier dépense chaque année 3,7 milliards d'euros, excusez du peu, dans les transports, les lycées, la formation et le développement économique, pour l'essentiel. Les seconds sont les premiers opérateurs de l'action sociale, un rôle ô combien majeur pour la cohésion du pays et pour maintenir hors d'eau les plus faibles de notre société, sans oublier les collèges ou les routes. Là encore, les montants sont colossaux : le département du Nord, à lui seul, a voté un budget 2021 de 3,4 milliards d'euros.

Choix cruciaux

L'élection régionale intervient en outre après un premier mandat complet de la grande région Hauts-de-France, et devrait être un moment identitaire et de choix cruciaux pour l'avenir de cet immense territoire.

Mais il y a fort à parier que ces enjeux locaux seront sinon balayés, du moins relégués au second plan : la gestion de la crise sanitaire, la poussée de l'insécurité, la question migratoire, la crainte de la crise économique et de l'inflation, la proximité de l'élection présidentielle, sans oublier la candidature de Xavier Bertrand pour la magistrature suprême, vont sans nul doute peser.

Mais au fond, peu importe. Que l'on se déplace pour un programme régional ou pour exprimer des choix nationaux, au moins donne-t-on son avis par les urnes. Car l'histoire de ces dernières années montre que la démocratie par les réseaux sociaux, par les mouvements de rues, voire par les “conventions citoyennes” n'est guère satisfaisante, pour employer une litote. Qu'on le veuille ou non, le suffrage universel est le lien ultime qui relie le peuple aux gouvernants, encore davantage en période de convergence de crises. Les 20 et 27 juin, allons voter !

Dernière édition :

Publié le 26/08/2021

Numéro #113

Télécharger