Numéro #130

Numéro #130 03/05/2023

Edito

Double vitesse

L’économie régionale est écartelée entre des tendances très contradictoires. D'un côté, des investissements majeurs qui se confirment mois après mois, année après année : la très probable confirmation de la quatrième méga-usine de batteries Prologium Technology, l'implantation du canadien Li-Cycle, spécialisé dans le recyclage des mêmes batteries, procèdent de ces mouvements de fond. On peut y ajouter un investissement bien français cette fois, le Laboratoire de Fractionnement Biologique (LFB), qui investit plus de 700 M€ dans sa nouvelle usine d'Arras, symbole d'une forme de souveraineté sanitaire. Et pour faire bonne mesure, complétons avec la manne européenne considérable du Fonds pour une Juste Transition (FJT, lire p 25) , accompagné de 325 M€ pour les seuls départements du Nord et du Pas-de-Calais.

Mais de l'autre, la région est aussi confrontée à de vraies difficultés de pouvoir d'achat, avec des
entreprises directement impactées comme tout le secteur du retail textile, celui du bio, l'immobilier tout
comme l'intérim, indicateur avancé de la conjoncture économique. Les défaillances d'entreprise accélèrent
du reste fortement dans nos tribunaux de commerce, alors même que les URSSAF n'ont toujours pas
relancé leurs procédures d'assignation, gelées depuis la crise Covid...Or ces procédures représentaient
auparavant le tiers des défaillances enregistrées.

Destruction créatrice

Alors, bouteille à moitié vide ou à moitié pleine ? Les deux réalités sont exactes. La transition est entamée à vive allure dans certains territoires comme le Dunkerquois, très conscient de l'acuité des enjeux de la décarbonation. D'autres secteurs ou d'autres territoires semblent davantage en lévitation dans l'attente de mutations lourdes aux conséquences potentielles élevées.

Ce qui est certain en tout cas est que la période ouatée dans laquelle a vécu l'économie française depuis la crise sanitaire et les perfusions permanentes du quoi qu'il en coûte est désormais derrière nous. Le seuil de taux d'intérêt à 3% récemment franchi par les obligations du trésor à 10 ans vient nous ramener à une réalité très crue: l'Etat est financièrement exsangue et le processus de destruction créatrice décrit par Schumpeter est de retour. Gare au réveil difficile alors que les Français ont développé une addiction funeste à la dépense publique. Oubliant qu’il s’agit de leurs impôts...

Olivier Ducuing

Directeur de la rédaction

Dernière édition :

Publié le 26/01/2024

Numéro #137

Télécharger