"Le smartphone est une vraie révolution dans le monde du contrôle d'accès"

Rencontre avec Franck Chevalier, directeur général de Dény Security.

Dény Security c'est une longue aventure. Comment réinventer, sans cesse, un fleuron de la serrurerie ?

Ce qui a fait le succès de Dény, c'est d'être parvenu à mixer deux univers : la mécanique, avec nos clés et cylindres historiques, et l'électronique. Cette capacité permet de donner naissance à des produits de très haute technologie, tels que notre dernière serrure LSS, dotée de 9 points d'ancrage, destinée au secteur bancaire. Tous nos produits sont protégés et brevetés.

Ces dernières années, nous avons fortement investi dans nos activités électriques et systèmes. Nous pouvons ainsi proposer, pour un même site, des systèmes d'accès gérés par badges et contrôlés via un réseau central. Ainsi, à tout moment, on peut savoir quelle a été l'activité d'une porte, qui l’a ouverte ou tenté de l'ouvrir, supprimer un droit d'accès à une personne... ou bien ouvrir toutes les issues de secours d'un lieu en même temps.

Cette intégration d'intelligence dans vos produits vous permet- elle de vous différencier ?

Dény est sans doute l'une des seules entreprises de la sécurité et du contrôle d'accès à travailler en B to B. Pour nous la sécurité, c'est d'avoir le moins d'intermédiaires possibles dans l'élaboration des systèmes. C'est pourquoi, les clés et leurs doubles ne peuvent être fabriqués que sur notre site.

Quelles ruptures technologiques anticipez-vous ? La biométrie ?

Cela fait quinze ans que je travaille dans ce secteur et autant d'années qu'on nous annonce la révolution de la biométrie, de la reconnaissance faciale, etc. Le nombre de portes équipées dans le monde de ce type de technologies reste epsilon. En revanche, ce qui se développe fortement, c'est l'utilisation du smartphone. C'est pourquoi nous avons développé des serrures pouvant être contrôlées via un portable, soit en technologie NFC ou BLE, c'est-à-dire en bluetooth.

Nos systèmes sont ultra-sécurisés. Pour prendre une image, cela fonctionne comme une application de comptes bancaires. Et ce n'est pas parce que l'on vous vole votre smartphone que l'on peut consulter vos comptes, bien heureusement !

Quels sont les secteurs les plus porteurs ?

Evidemment dans le contexte actuel, le secteur de la sécurité tend à croître. Notamment l'installation des issues de secours, dont la gestion devient de plus en plus complexe. Nous avons investi 350 K€ durant trois ans dans le développement de logiciels de gestion de ces systèmes, utilisés dans les grands aéroports par exemple.

Nous constatons un accroissement de la demande dans le secteur bancaire. C'est d'ailleurs pourquoi nous avons développé, durant deux ans, notre serrure LSS. Nous avons vendu 600 pièces de ce modèle rien que cette année. C'est une belle success story.

Ce savoir-faire vous permet-il des succès à l’export ?

En matière de gestion de l'évacuation, les réglementations européennes ne sont pas encore harmonisées. Mais l'Europe s'intéresse de près à la norme française. Dény fait partie de la commission qui travaille sur cette harmonisation. Aujourd'hui, nous réalisons 20 à 25% de notre chiffre d'affaires à l'export, essentiellement au Moyen-Orient, en Chine, au Maghreb ou en Afrique. Avec les produits que nous vendons, la seule solution pour être performant est d'être agile, mais aussi d'offrir du service. Il est contre-productif de se battre uniquement sur la question du prix.

Recueilli par Guillaume Roussange

> A lire aussi : Photoreportage dans les coulisses de Dény Security

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 27/11/2018 Guillaume Roussange Photoreportage

Dans les coulisses de Dény Security

ECO121 vous emmène à la découverte de nos belles entreprises régionales. Aujourd’hui chez le fabricant de serrures et solutions de fermetures Dény Security à Saint-Blimont dans la Somme.

Publié le 30/03/2018 Olivier Ducuing Photoreportage

Frédéric Gaucher, Président de Minafin : «La chimie rencontre des handicaps spécifiques sur le marché français»

Le dirigeant du groupe Minafin expose sa stratégie et pointe les surcharges fiscales et administratives dont souffre l'univers de la chimie dans notre pays.

Publié le 31/01/2014 Olivier Ducuing Photoreportage

Dans les coulisses d'Api Restauration

Chaque mois Eco 121 braque ses projecteurs sur une entreprise de taille interme?diaire de la re?gion, ces socie?te?s trop rares dans notre pays qui ont atteint la masse critique pour porter de grandes ambitions. Dans ce numéro, visite chez Api Restauration, à Mons-en -Barœoeul, qui vient de signer une acquisition stratégique en Allemagne.