C?a s'est passe? cet été

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France

 

Nomad Foods engloutit Findus
L'ope?ration e?tait redoute?e par les syndicats : les activite?s surgele?es en Europe du groupe Findus, qui compte une grosse unite? a? Boulogne-sur-Mer (250 salarie?s) passent dans le giron du groupe Nomad Foods. Ce groupe, ne? il y a un an seulement de la volonte? du Britannique Martin Franklin et de l'homme d'affaires ame?ricain Noam Gottesman, a de?ja? croque? Iglo en avril, nume?ro un du poisson surgele? en Europe. Il rache?te ce nouvel ensemble aupre?s du fonds LionGem Sweden. Les syndicats craignent de?sormais pour la pe?rennite? du site nordiste, concurrence? par l'outil industriel du groupe a? Bremerhaven, en Allemagne. L'usine boulonnaise, conforte?e par un re?cent plan d'investissement, produit quelque 20 000 tonnes par an, dont le fameux Croustibat.

 

 

Anios reprend un acteur bre?silien
Et de trois ! Apre?s deux premie?res acquisitions depuis leur ra- chat par les fre?res Bertrand et Thierry Letartre, les laboratoires Anios, leader europe?en de la de?sinfection hospitalie?re, ont repris en juillet 80% du capital du bre?silien endoclear, leader domestique du marche? de la de?sinfection automatique des endoscopes. La pme emploie 40 salarie?s pour un chiffre d’affaires de 1,5 m€, mais est strate?gique, sur un marche? bre?silien juge? tre?s important (4800 ho?pitaux prive?s et 2000 publics). Anios de?veloppe un chiffre d’affaires de 206 m€, en croissance de 12% l’an dernier, pour un effectif de 700 salarie?s. le groupe familial, pre?sent dans 80 pays, compte encore mener d’autres ope?rations de croissance externe, notamment en Chine et en Inde.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crise du porc : le conflit s’enlise
Quatrie?me re?gion productrice en France, le Nord-Pas-de-Calais subit aussi la crise porcine enclenche?e cet e?te?. La tension est gravement monte?e entre les e?leveurs et les principaux acheteurs franc?ais, Bigard et Cooperl. En juin, le gouvernement avait pourtant tente? de calmer les acteurs en proposant de fixer le kilo a? 1€40. Sans pour autant satisfaire e?leveurs et acheteurs. C‘est surtout La compe?titivite? des e?levages, largement concurrence?s par les pays voisins et les re?percussions de l’embargo russe, sont au cœur des difficulte?s, qui touchent plus largement l’ensemble de l’e?levage franc?ais.

 

 

Appe?tit d'ogre pour Bonduelle ?
L'agence de presse Reuters a annonce? a? la mi juillet que le leader mondial du le?gume serait en discussion pour s’associer a? Centerview Partners pour racheter Green Giant, filiale de General Mills. une information non confirme?e par l'entreprise, qui est de?ja? fournisseur exclusif de ge?ant vert au canada. en paralle?le, le groupe familial pre?side? par Christophe Bonduelle (photo) a re?alise? une belle performance en 2014-2015, avec des ventes en progression de 4,1% a? change et pe?rime?tre constant. un re?sultat d'autant plus notable que le contexte e?tait tre?s ne?gatif : consommation morose, concentration de la distribution, embargo russe, incendie d’une usine canadienne en pleine campagne. Le chiffre d’affaires de Bonduelle tangente de?sormais les 2 milliards d’euros, a? 1,982 md€.

 

 

Michel Dervyn dépose le bilan
le nume?ro 4 franc?ais de la coiffure, fonde? par l'emble?matique Michel Dervyn en 1976, est en cessation de paiement depuis le 30 juillet. une proce?dure « technique » selon le groupe qui met en avant la ne?cessite? de restructurer sa dette, dont il ne rend pas public le montant. mais l'empire de coiffure juge que son de?veloppement n'est pas menace?, notamment en chine ou? il espe?re passer d'un premier magasin pilote (Shampoo expert a? Shanghai, photo) a? 80 salons a? court terme. mais il devra trouver les moyens ne?cessaires, aupre?s d'investisseurs. le groupe comprend pre?s de 300 salarie?s, dont 240 chez Lafayette coiffure (Shampoo, Michel Dervyn et Fifty), 45 chez coiffure de la madeleine (Alexandre de Paris et Alexandre de Paris studio), et 5 dans la holding. il re?alise un chiffre d'affaires de 17 m€.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Soldes d'été très décevants en région

L’e?tude mene?e par la CCI est sans ambiguïté. les commerc?ants sont de?c?us a? 75%, avec un chiffre d’affaires annonce? en recul pour 59% des personnes interroge?es. 41% des commerc?ants estiment que la re?duction des budgets consacre?s aux soldes par les consommateurs en est la cause, avec une baisse marque?e du panier moyen. Ils mettent aussi en cause la concurrence d’internet (pour 18%) et des ventes prive?es (pour 16%). Ne?anmoins, un commerc?ant sur trois reconnai?t en paralle?le avoir re?alise? des ventes prive?es avant les soldes, et 39% ont mis en place des promotions. A noter en revanche que les trois quarts des commerc?ants se fe?licitent de la fin des soldes flottants mis en place en 2008.

 

 

 

Le LMR recalé
Bien qu’il ait gagne? sa place sur le terrain, le Lille Me?tropole Rugby n’acce?dera pas aux pelouses de Pro D2. Le tribunal administratif de Versailles a en effet rejete? la reque?te du club nordiste. Ce dernier re?futait la de?cision de la Fe?de?ration Franc?aise de rugby qui lui refusait en appel la monte?e en raison d’une dette re?sorbe?e tardivement. Malgre? la mobilisation du staff pour assainir ses finances, des e?lus et du monde e?conomique re?gional, le match est perdu au profit de Dax.

 

 

Fin de partie pour les Galeries Lafayette
Elles avaient un instant cru pouvoir rene?gocier leur loyer. Les Galeries Lafayette de la rue de Be?thune a? Lille fermeront finalement biento?t leurs portes, laissant sur le carreau 230 salarie?s. La direction et les partenaires sociaux se re?uniront mi-septembre pour e?voquer les reclassements envisageables. L’histoire lilloise de?bute?e en 2007 se termine donc. Un coup dur l’un des axes les plus commerc?ants de France. Une partie devrait e?tre reclasse?e dans le groupe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bus appuient sur le champignon
L'encre de la loi Macron est a? peine se?che que les compagnies d'autocars se pressent de?ja? pour prendre des parts de marche? du transport de voyageurs interurbain, de?sormais ouvert. Eurolines, spe?cialiste des dessertes europe?ennes, e?largit son offre au marche? domestique, rejoint par Flixbus, IDbus, Isilines ou encore Megabus. Les offres sont souvent tre?s attractives, laissant augurer une belle guerre des prix. Exemple : Isilines propose un Lille-Paris a? partir de 5 €.

 

 

 

Horseland aux enche?res
Le feuilleton sur le complexe e?questre de Premesques se poursuit avec un nouveau rebondissement. La cour d’appel de Douai a de?cide? en juillet d’annuler sa vente (pour 1,6 M€) a? un consortium re?gional. Ce dernier, notamment porte? par le Dunkerquois Olivier Zwertvaeghere, dirigeant de Beci Immobilier, va se pourvoir en cassation. Une nouvelle proce?dure non suspensive qui n’e?vitera pas la vente aux enche?res du site cre?e? par Ge?rard Defrance. Celle-ci devrait intervenir d’ici a? la fin d’anne?e.

 

 

Logistique : Damart investit 5 m€
Le groupe au Thermolactyl engage un vaste plan de modernisation de sa plateforme logistique de Hem, a? proximite? de son sie?ge social. Pour ame?liorer de 25% ses performances ope?rationnelles et re?duire le de?lai de fabrication de la majeure partie des ses colis a? une journe?e, Damart investit pas moins de 5 M€. Le projet, qui s’e?tend sur une plateforme de 56 000 m2, consiste a? mettre en place un syste?me de type « trieur a? pochette » pour une mise en service pre?vue d’ici mars 2016. Objectif : desservir la France, la Suisse et le Royaume- Uni pour toutes les marques du groupe (Damart, Damart Sport, Happy D, Sedagyl, Jours Heureux). Outre l’ame?lioration des conditions de travail des 450 salarie?s, ce pro- gramme d’investissement s’inscrit en paralle?le du de?ploiement d’un nouveau concept de magasins. D’ici 8 ans, la marque espe?re en effet ouvrir une quarantaine de nouveaux points de vente en France pour atteindre 125 implantations. Elle doit d’ailleurs inaugurer son nouveau flagship europe?en sur l’Avenue Louise a? Bruxelles en septembre prochain.

 

 

Kiabi en Tunisie
L’enseigne de la mode a? petits prix ouvrira son premier magasin tunisien en octobre, une ope?ration re?alise?e en partenariat avec Textile Retail Company. Kiabi ouvre ainsi son 11e? pays avant de poursuivre sa strate?gie d’expansion au Maghreb. De?s 2016, la marque envisage de s’installer en Alge?rie et de passer le cap des 500 magasins dans le monde.

 

 

 

Van den Casteele triple ses capacités
Le glacier de Saint-Sylvestre Cappelle ache?vera ces prochaines semaines un programme d'investissement de quelque 1,5 M€ en vue de tripler ses capacite?s de production a? terme. L'ope?ration doit aussi lui apporter de forts gains de productivite?. L'entreprise, qui compte 12 magasins en propre dans le Nord-Pas-de-Calais et la Somme, produit aujourd'hui quelque 600 000 litres de glace par an, elle connaissait un goulet d'e?tranglement en fabrication pour son de?veloppement. Van den Casteele, qui emploie aujourd'hui 70 salarie?s, souhaite notamment se de?ployer au Nord de Paris dans les 3 a? 5 ans.

 

 

Rogers Stirk harbour + Partners, laure?ats pour les re?serves du Louvre
On connai?t de?sormais les contours du futur po?le de conservation du Louvre qui prendra place a? Lie?vin. Le ba?timent de 20 000 m2 dessine? par l’agence britannique Rogers Stirk Harbour + Partners est le grand gagnant de la consultation. La construction doit de?- marrer en 2017 pour une livraison pre?vue fin 2018. L’ambition au budget global de 60 M€, dont 35 M€ pour la construction, sera finance?e a? 51% par le muse?e du Louvre, le reste e?tant pris en charge par le Conseil re?gional Nord-Pas-de-Calais. 250 000 œuvres actuellement conserve?es dans 60 re?serves diffe?rentes seront regroupe?es au sein de ce nouveau po?le qui rencontre cependant l’hostilite? d’une partie du personnel parisien.

 

 

Naufrage pour la scop SeaFrance
Liquide?e en juillet, la scop SeaFrance, ne?e sur les de?combres de l’exploitant transmanche e?ponyme, coule a? son tour. Las des pressions des autorite?s britanniques, Eurotunnel s’est re?solu a? ce?der deux de ses trois navires a? DFDS, concurrent de MyFerryLink qui les exploitait jusqu’alors. Mais le Danois n’envisage pas de reprendre l’ensemble des quelque 500 marins. De quoi provoquer un bras de fer : depuis plusieurs semaines, deux bateaux e?taient a? quai, bloque?s par une partie du personnel. A l’heure ou? nous mettions sous presse, un protocole d’accord issu de plusieurs rencontres avec l’Etat e?tait encore en discussion entre les diffe?rents acteurs.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/09/2015 Eco121

Indiscrétions

Les indiscrétions de la rédaction.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/09/2015 Eco121

Top & Flop

Les hauts et les bas de l'été.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/09/2015 Eco121

Verbatims

Les petites phrases de la rentrée.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/09/2015 Eco121

ERIC DERELY Le patron de Sergic digitalise l'administration de biens

Dans une activité traditionnelle par nature, Eric Derely joue les cartes du numérique et du collaboratif pour donner une nouvelle impulsion à Sergic sur toute la France sur les petits immeubles.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/09/2015 Eco121

Carnets

Les nominations de la rentrée.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/09/2015 Eco121

Portraits de femmes dirigeantes en France

Nous savons peu de chose sur les femmes dirigeantes d’entreprise et sur leur e?volution ces dernie?res anne?es. KPMG s’est interroge? sur leur place dans le monde des dirigeants : Qui sont-elles ? Ou? sont-elles sur le territoire ? Dans quels secteurs ? Quels sont les acce?s au poste de direction ?

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/09/2015 Eco121

Ces chercheurs devenus patrons

Pour la rentre?e, Eco121 vous emme?ne a? la rencontre d’une dizaine de ces chercheurs a? la fibre entrepreneuriale. Comme toute se?lection, elle est arbitraire et non exhaustive. Nous aurions aussi pu vous pre?senter les dirigeants de Vekia (cf Eco n°53), de Lunginnov, d’Imabiotech, de Lipofabrick, de MC2 Technologies ou encore de VF Biosciences dont nous avons de?ja? parle? dans nos colonnes. Du labo a? l’entreprise, il n’y parfois qu’un pas. Focus.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/09/2015 Eco121

"La dépense de R&D a progressé de 23% en 5 ans en région", Stéphane Leleu, délégué régional à la recherche et à la technologie

Si la re?gion n’est pas en te?te de peloton en matie?re de recherche, elle tire son e?pingle du jeu dans certains secteurs. Mais son attractivite? se renforce avec les implantations du Cea et de l'InriaTech. Tour d’horizon avec Ste?phane Leleu, repre?sentant de l’Etat en la matie?re. Texte & Photo Julie Dumez

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/09/2015 Eco121

HPI va recycler le plastique des pare-brise

Cambrai. une usine de recyclage du plastique contenu dans les pare-brise automobile s'implante a? Cambrai, avec des ambitions europe?ennes.