EXCLU - Marc Roquette, ex-président de Roquette Frères : "L'humanité n'a besoin ni du nucléaire ni des énergies fossiles ! "

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France

Propos recueillis par Olivier Ducuing

 

Vous avez quitte? la pre?sidence de Roquette il y a deux ans. Aujourd'hui vous e?tes un ardent de?fenseur de l'efficacite? e?nerge?tique dans le cadre de la troisie?me re?volution industrielle en re?gion. Pourtant, l'e?nergie fossile reste tre?s bon marche?. Quelle est l'urgence ?

 

Elle est tre?s grande. J'ai rencontre? re?cemment l'oce?anographe Philippe Valette, directeur de Nausicaa. Il alerte sur l'acidification des oce?ans, pour lui c'est encore plus urgent que le changement climatique. Mais les solutions pour absorber rapidement le CO2, je n'en vois pas. Le sche?ma est de ralentir les e?missions au plus vite. Conside?rer que les e?nergies fossiles sont encore disponibles a? bon marche? est un raisonnement de court terme. Il faut inte?grer au plus vite les externalite?s ne?gatives des e?nergies fossiles, leurs cou?ts cache?s, dans leur prix.

 

 

Mais que faire en attendant ?

Les entreprises doivent agir dans le sens du de?veloppement durable, tout en restant dans leurs crite?res de rentabilite?. Car on peut se ruiner avec le de?veloppement durable ! Mais tout ce qui est a? porte?e de main et rentable, faisons- le ! Il y a un e?norme gaspillage car beaucoup d'acteurs ne se rendent pas compte qu'ils peuvent avoir des retours sur investissement tre?s rapides. Sinon, c'est a? la puissance publique de changer les re?gles pour orienter les ope?rateurs dans le sens de l'inte?re?t commun. La taxation de l'e?nergie est un sujet qui me trotte dans la te?te depuis quinze ans.

 

 

Il y a de?ja? beaucoup de mesures fiscales lie?es a? l'e?nergie. Ce n'est pas suffisant ?
Non. Cela va dans le bon sens, mais de manie?re partielle. On a ainsi cre?e? les prix de rachat sur les e?nergies renouvelables. Avec le gros inconve?nient qu'ils impriment dans l'esprit des citoyens que l'e?nergie renouvelable cou?te cher. Alors que si la puissance publique augmente le prix des e?nergies fossiles par les taxes, on conscientisera que les e?nergies renouvelables sont bon marche?, moins che?res que l'e?nergie fossile ou nucle?aire. J'ai e?volue? moi-me?me en participant de pre?s aux travaux sur le masterplan de Rifkin (le sche?ma directeur de la re?gion Nord- Pas-de-Calais sur la TRI, sous la hou- lette de l'e?conomiste ame?ricain Jeremy Rifkin, ndlr). L'humanite? n'a besoin ni du nucle?aire ni des e?nergies fossiles, on peut satisfaire ses besoins avec les seules e?nergies renouvelables en allant dans le sens de l'efficacite? e?nerge?tique.

 

 

Ce discours venant d'un industriel tre?s e?nergivore est pour le moins surprenant...
Ce n'est pas le discours que je tenais il y a trois ans. Je ne voyais pas comment faire tourner des grandes unite?s avec
des e?oliennes ou des panneaux solaires. Mais aujourd'hui j'ai la conviction que vers 2050 une usine comme celle de Roquette a? Lestrem, mais aussi toutes les autres, tourneront 100% a? l'e?nergie renouvelable sans pour autant
que les actionnaires mettent un sou. Les e?nergies renouvelables sont comme Lagarde?re. Si on ne va pas a? elles, c'est elles qui viendront a? nous. Nous sommes alle?s a? elles dans notre usine de l'est (Beinheim) par des investissements rentables : nous sommes sur la voie d'une unite? 100% neutre en carbone, avec une chaudie?re au bois comple?te?e par la ge?othermie, ainsi que du biogaz avec les re?sidus de l'usine.

 

 

Tous les industriels ne sont pas capables de de?ployer des solutions aussi sophistique?es ...
Non, et d'ailleurs a? Lestrem, nous n'avons pas de solution. Ce sera donc Lagarde?re qui viendra a? nous. Les e?nergies renouvelables et notamment l'e?lectricite? pourra e?tre demain tre?s abondante, ce que dit d'ailleurs Rifkin. On peut capter cette e?nergie de manie?re de?centralise?e, le secteur sera tre?s concurrentiel. Une e?tude Virage Énergie relevait qu'avec 0,5% du territoire de la re?gion couvert en photovoltai?que, on pourrait produire 20% de sa consommation e?nerge?tique en ayant double? l'efficacite? e?nerge?tique. J'ai la conviction que les performances vont encore doubler d'ici 2050, ce qui porterait la production a? 40% de la consommation re?gionale. Et rien n'empe?che de doubler les surfaces de photovoltai?que, ce qui ame?nerait a? 80% de l'e?lectricite? re?gionale ! Sans compter l'e?olien.

 

 

 

 

Admettons, mais on ne sait pas encore stocker l'e?lectricite?. Que se passe-t-il sans soleil ni vent ?

L'e?lectricite? ne doit pas se stocker selon moi, sauf pour la mobilite?. Je crois beaucoup a? la voiture e?lectrique. Pour le reste, il faut « cueillir» l'e?lectricite? quand elle est la?, sans oublier qu'elle est extre?mement simple a? utiliser. On peut de?velopper des solutions bi-e?nergie comme e?lectricite?-biogaz, par exemple. Ainsi, pour contrer la difficulte? de l'intermittence des e?nergies renouvelables, il faut une mise en re?seau europe?enne, voire au-dela? vers l'Afrique et la Russie. La mutualisation intracontinentale permet de transformer l'intermittence en base. La deuxie?me parade est le smart grid : mettre l'ordinateur derrie?re toute production et toute consommation d'e?lectricite?. En fonction du prix du marche?, l'ordinateur augmente la consommation e?lectrique ou de?clenche l'e?nergie de substitution.

 

 

Ce n'est pas de la science fiction ?

Des signaux faibles montrent clairement qu'on se dirige vers ces solutions. Des socie?te?s de courtage d'e?nergie acquie?rent des capacite?s e?lectriques importantes pour les pe?riodes de forte consommation ou? l'e?lectricite? est la plus che?re. Ils ache?tent ces capacite?s d'effacement qu'ils viennent mettre dans le re?seau. C'est la? ou? une unite? comme Roquette a? Lestrem montre son potentiel. Nous avons de?ja? la possibilite? de produire l’essentiel de notre e?lectricite? base gaz par la coge?ne?ration. Avec quelques investissements relativement peu importants, on peut imaginer l'usine fonctionnant soit en tout gaz, soit en tout e?lectrique. D'ailleurs,cette perspective est en phase avec GRT Gaz qui e?voque de son co?te? un re?seau de?fossilise? entie?rement a? l'horizon 2050, par le biogaz et la me?thanation.

 

 

L'usine serait ainsi une variable d'ajustement du re?seau e?lectrique de la re?gion ?
Oui, mais tout le monde pourrait devenir variable d'ajustement, particuliers comme entreprises, avec ce pilotage informatique, qui ajustera le syste?me e?nerge?tique en fonction de l'e?lectricite? disponible sur ce grand maillage europe?en, en fonction des exce?dents et des de?ficits re?gionaux. Il y aura d'e?normes investissements a? re?aliser sur le re?seau.

 

 

Comment acce?le?rer le mouvement ?
La puissance publique doit traduire les externalite?s ne?gatives par des taxes pour que la transition et l'efficacite? e?nerge?tiques deviennent syste?miques, ce qui rendra aussi l'e?conomie circulaire, sobre en e?nergie, syste?mique. Le nucle?aire commence a? e?tre plus cher que certaines e?nergies renouvelables. La baisse des prix du renouvelable ira vite avec les effets d'e?chelle et d’expe?rience.

 

 

L'augmentation de quelques centimes sur le litre de gazole fait de?ja? bondir les professionnels...

Les dispositions prises aujourd'hui sont du bricolage. Il ne faut pas cibler une population pluto?t qu'une autre. L'impo?t sur l'e?nergie pour moi c'est l'e?galite? de tous devant la consommation d'e?nergie. L'ide?e serait de supprimer la TVA, devenue anachronique, car elle taxe en fait l'emploi, et de reporter cet impo?t paye? par les consommateurs contribuables vers l'e?nergie. L'e?lectricite? d'origine fossile ou nucle?aire serait taxe?e a? 150 € le MW, trois fois plus que l'e?lectricite? renouvelable (e?olien, photovoltai?que, hydraulique) a? hauteur de 50 €. Et les e?nergies fossiles (charbon, gaz, pe?trole) seraient aussi taxe?es trois fois plus que les e?nergies provenant de la biomasse, le bois et le biogaz, car ces dernie?res ont de?ja? capte? dans l'air, pendant leur de?veloppement, le CO2 qu'elles e?mettent lors de leur combustion. Elles sont donc neutres en carbone.

Les recettes globales seraient e?quivalentes a? la TVA. C'est la moitie? des ressources de l’État : c'est e?norme, mais c'est neutre pour le consommateur. Et quel est l'effet ? On rend plus e?conomique le travail et plus che?re l'e?nergie notamment celle d’origine fossile et nucle?aire. Le travail est a? consommer sans mode?ration - il contribue a? la dignite? de l’homme, mais l'e?nergie avec une extre?me mode?ration ! Ce sujet doit e?tre source de convergence pour le couple franco-allemand, la France devant sortir du nucle?aire, l'Allemagne du charbon.

 

 

Si l'incitation fonctionne et que tout le monde bascule sur le renouvelable, les recettes de l'Etat s'e?puiseraient vite ...

La parade pour l’État est simple, par un ajustement progressif de la taxe de 50€ pour assurer ses ressources, pour monter a? terme peut-e?tre autour de 150 € /mW.

 

 

Ce qui parai?t e?leve? ...

Pas tant que c?a. Dans les anne?es 50, le citoyen franc?ais payait son mW l'e?quivalent de 450 € avec un contenu de taxes tre?s re?duit. L'e?volution de la technologie a conside?rablement fait chuter les prix de revient. En revanche, je ne suis pas aussi optimiste que Jeremy Rifkin qui imagine l'e?lectricite? gratuite a? terme.

 

 

Le syste?me ne risque t-il pas de tuer les tre?s grands consommateurs d'e?nergie, comme les producteurs d'aluminium?

On a rapidement objecte? que si l'Europe taxait l'e?nergie, son industrie ne serait plus compe?titive. C'est faux. Toute l'industrie agroalimentaire le de?montre, Roquette en particulier. Dans le cadre de la Politique Agricole Commune, par le jeu des syste?mes de restitution a? l'exportation et des pre?le?vements a? l'importation, notre entreprise s'est de?veloppe?e malgre? des prix de mai?s deux a? trois fois plus chers que le marche? mondial. La taxe doublerait le prix du pe?trole. On pourra alors utiliser de la me?me fac?on ce syste?me de compensations aux frontie?res de l'Europe. Et on verrait aussi sans doute l'utilisation de l'aluminium diminuer en Europe du fait de la taxe, tandis que le bois ne serait pas taxe? et donc tre?s utilise?, ce qu'on souhaite.

 

 

Prenons un autre exemple : le secteur ae?rien, qui aujourd'hui ne paie pas de taxe sur les e?nergies fossiles...

L'avion volera renouvelable aussi! Ils voleront avec nos poubelles. On y trouve du plastique et des carbones ve?ge?taux. En Allemagne, ils ont de?veloppe? une technique qui lessive les poubelles et les de?chique?te avec des patouilleurs. Ainsi la matie?re soluble migre dans l'eau. Cette matie?re est re?cupe?re?e par me?thanisation, tandis que ce qui est insoluble peut e?tre gaze?ifie?. Les Allemands ont mis au point il y a de nombreuses anne?es la re?action Fischer Tropsch capable de fabriquer avec cette matie?re soit du diesel, soit du ke?rose?ne. Les poubelles sont dans les grandes villes, les ae?roports aussi. Plusieurs e?quipes dans le monde, y compris en France, travaillent de?ja? sur cette conversion des de?chets en carburant.

 

 

La re?gion se positionne aussi fortement sur la chimie verte, un autre pan de la troisie?me re?volution industrielle.

Ou? en est-on ?

La chimie organique est encore domine?e par le pe?trole, et elle consomme pre?s de 10% du pe?trole mondial. Pour moi, la proble?matique est la me?me car tout produit utilise? par la chimie organique finit en CO2 en fin de cycle. L'humanite?, pour assurer sa pe?rennite?, doit s'inte?grer dans l'e?quilibre thermodynamique de la terre : entre une source chaude, le soleil, et une source froide, le froid interstellaire. La terre est un organisme vivant qui a les moyens de faire vivre l'humanite? sur cette base. Le syste?me de taxation que je propose donnerait un coup de booster e?norme a? la chimie du ve?ge?tal.

 

 

Comment se de?veloppe-t-elle aujourd'hui malgre? les contraintes ?

Depuis la premie?re moitie? du XXe sie?cle, le rapport de prix s'est inverse? entre le ble? et le pe?trole. Dans le ble?, il y a l'e?quivalent de 4 mW, dans le pe?trole, il y en a 12. En 2008, pour la premie?re fois de l'histoire, il y a eu parite? de prix au mW et on peut penser que cette tendance se poursuivra. Le meilleur exemple d'un basculement important de la chimie du pe?trole vers celle du ve?ge?tal, c'est l'e?thanol, non pas pour le carburant, mais pour la chimie. Ce sont des centaines de milliers de tonnes qui sont de?sormais produites entie?rement a? partir de canne a? sucre, be teraves ou ce?re?ales. On a eu la me?me e?volution sur les acides lactique et succinique (re?sines, utilisation alimentaire, plastiques biode?gradables). Malgre? les prix du pe?trole encore extre?mement bas, il y a des avance?es dans la chimie du ve?ge?tal. On produit aussi l'isosorbide (de?rive? du sorbitol) avec d'excellentes caracte?ristiques pour produire des re?sines transparentes (e?crans, tableaux de bord...). Il y a d'autres perspectives sur certains produits dans des applications bien pre?cises, en concurrence avec les produits pe?troliers. A terme la chimie du ve?ge?tal prendra le dessus, a? un rythme de?pendant de la difficulte? d'extraire les matie?res fossiles et du cadre fiscal.

 

 

Justement, avec la rue?e sur le gaz de schiste, on a le sentiment d'un certain recul...
Je suis moi-me?me surpris du discours de l'Union des industries chimiques (UIC) qui s'inquie?te des faibles performances de notre industrie europe?enne par rapport a? la chimie ame?ricaine etqui pre?conise d'aller dans la me?me voie, en oubliant le changement climatique. Il faut e?tre bien plus proactif vers la chimie biosource?e. On a l'opportunite? avec cette taxation nouvelle de permettre a? l'Europe d'inventer la chimie de demain qui sera respectueuse de l'environnement et qui apporte une re?ponse majeure aux enjeux de l'humanite?. Les Ame?ricains se comportent comme le drogue? qui avait pris de bonnes re?solutions et qui allait mieux mais qui de?couvre une cachette de 10 kilos d'he?roi?ne et qui s'en injecte a? triple dose.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 30/10/2014 Eco121

La diaspora nordiste rayonne-t-elle assez ?

4 millions d'habitants. Une identite? conviviale et accueillante. Une des re?gions les plus exportatrices de France et tre?s ouverte a? l'international. Des dizaines de milliers d'expatrie?s nordistes de par le monde : les ingre?dients sont re?unis pour jouer a? fond la carte de la diaspora. Mais hormis la Ch'tribu et son Ch'ti day, le paysage reste tre?s limite? et pas a? la dimension du Nord-Pas-de-Calais.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 30/10/2014 Eco121

Pierre Mathiot : “J'ai le sentiment que ça ressemble à du marketing”

3 QUESTIONS A?... PIERRE MATHIOT directeur de Sciences Po Lille

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 30/10/2014 Eco121

L'industrie re?gionale entre inquie?tude et espoir

Plusieurs fleurons industriels ont mordu la poussie?re ces dernie?res semaines, mais les indicateurs d'activite? s'ame?liorent.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 30/10/2014 Eco121

Roquette s'offre un centre de de?veloppement pour doper son activite? pharmacie

Lestrem. Gros fabricant mondial d'excipients de me?dicaments, Roquette se dote d'un labo haut de gamme de?die? aux nouveaux besoins des “big pharma”.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 30/10/2014 Eco121

Sahut-Conreur agglome?re son nouveau sie?ge a? la Sentinelle

Raismes. L'entreprise familiale cent-cinquantenaire investit 6 M€ et va cre?er 17 emplois.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 30/10/2014 Eco121

Après le Bangladesh, Texeurop investit en Europe

Wambrechies. Le fabricant textile, qui emploie 4000 salarie?s dans le monde, s'appre?te a? racheter une entreprise en Italie apre?s avoir construit une usine au Portugal en 2013.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 30/10/2014 Eco121

Pocheco : La TRI pour les nuls

Les mots e?conomie circulaire, troisie?me re?volution industrielle (TRI), transition e?nerge?tique vous donnent la migraine ? Pocheco, leader franc?ais de l'enveloppe, a de?veloppe? sa recette qui conjugue performance e?conomique, pre?servation de la ressource et bien-e?tre au travail.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 30/10/2014 Eco121

La strate?gie des TPE sur un Plato

L'isolement et le rythme intense des petits patrons ne leur donnent souvent pas les moyens de penser leur strate?gie en profondeur. Le re?seau Plato a mis en place une ope?ration pilote dans le Hainaut sur ce sujet.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 30/10/2014 Eco121

Les deux soeurs se jettent a? l'eau de Sowai?

Audrey Branly et Alison Duthoit. Boude? au de?part par les banques, leur concept de centre d'aquasports rencontre un succe?s fulgurant