Olivier Talbert et Olivier Bonneval, Le duo gagnant des business clubs

Olivier Talbert et Olivier Bonneval2 fe?vrier, golf de Bondues, midi. 130 patrons se pressent. Ils attendent avec impatience la confe?rence de Christophe Bonduelle, pdg du leader mondial du le?gume. Un mois plus to?t, ils jouaient des coudes pour voir Patrick Dutartre, ge?ne?ral d'arme?e et ex-leader de la patrouille de France, apre?s Didier Leroy, nume?ro deux mondial de Toyota, Fre?de?ric Motte, pre?sident re?gional du Medef, Philippe Vasseur ou encore le chef Thierry Marx. A Valenciennes, Xavier Bertrand, le journaliste Henri Sannier, l'ex-star du ballon rond Jean-Pierre Papin, l'acteur Ge?rard Darmon ou le patron de la Voix du Nord Jacques Hardoin sont e?galement venus plancher devant un parterre de chefs d'entreprises autour d'un bon repas. Et biento?t sont attendus Franc?ois Fillon et un astronaute franc?ais, Michel Tognini. Et les chefs d'entreprise toquent toujours plus nombreux a? la porte des trois business clubs nouvellement apparus dans le paysage re?gional.

Cette recette gagnante est le fruit de la rencontre de deux Olivier, en juin 2012, au Club House du TSB (Tennis Squash Badminton) de Valenciennes. Olivier Talbert, 50 ans, distributeur de mobilier de jardin, « autodidacte a? 300 %! », golfeur (handicap 9) et Olivier Bonneval, 46 ans, bac + 5 en RH, ex tennisman de haut niveau, (encore classe? 2/6) et coach de dirigeants a? Saint-Amand, apre?s une carrie?re de ressources humaines (OPAC de Valenciennes, Caisse d'Epargne, KPMG, Arvato). En discutant, ils estiment que malgre? la profusion de clubs et de re?seaux, il manque a? Valenciennes un lieu d'e?changes de?tendus entre dirigeants, dans un esprit de club sportif, pour permettre aux gens de se connai?tre et de faire du business, trouver des sous-traitants dans la re?gion et non a? l'autre bout de la France. « On a e?crit 13 projets diffe?rents, rencontre? des tas de gens, des pre?sidents de clubs, des politiques, on est alle? en Belgique faire du benchmarking », raconte Olivier Talbert qui e?voque les commentaires entendus alors : « Vous n'allez pas y arriver les gars, il y a trop de monde ». APM, E6, Re?seau Entreprendre, Club Gagnants ou Wine business club, pour n'en citer que quelques-uns, les clubs en tous genres sont en effet le?gion dans le Nord, grande terre de re?seaux. « On nous a beaucoup dit « bon courage », en nous tapant sur l'e?paule ! », sourit Olivier Bonneval.

 

 

Franchise

Le 23 septembre 2013, les deux amis lancent pourtant au Stade de Valenciennes leur premier Business club, avec 20 K€ d'e?conomies personnelles, et 250 patrons du Hainaut au rendez-vous. Le succe?s est imme?diat, avec quelques ide?es simples : un acteur par me?tier tous les 40 membres, une priorite? a? l'industrie (un acteur de service doit coopter deux industriels pour entrer), une animation (tre?s) de?tendue, des te?tes d'affiche, et la possibilite? pour chaque membre de demander a? e?tre assis a? co?te? d'autres participants et d'inviter une personne. Le business club des Flandres suivra quelques mois plus tard. Puis celui d'Artois, en septembre 2014, qui affiche de?ja? 100 membres qui se re?unissent chaque mois au stade Bollaert, malgre? la pre?existence de 38 clubs dans ce territoire. « Je suis inge?nieur Gadzarts, mais dans ce re?seau on ne fait pas de business, c'est une maladie honteuse. Je suis aussi dans un club APM, mais on n'y fait pas non plus de business », explique Jean-Luc Perrot, dirigeant de la To?lerie du Nord, fide?le de la premie?re heure du Flandres Business Club.


Au-dela? des trois clubs cre?e?s sous forme associative (pre?side?s par Ve?ronique Hiolle a? Valenciennes, Pascal Boulanger a? Lille, Didier Bouttemy a? Lens), le concept se de?veloppe de?sormais a? travers la cre?ation d'une socie?te?, Business O2, pour franchiser le concept. D'abord a? Amiens tre?s rapidement puis Saint-Omer et Dunkerque, puis « sur toute la France a? moyen long terme ». La structure a d'ailleurs embauche? une assistante pour ge?rer l'organisation ne?cessairement tre?s huile?e du dispositif qui comprend de?ja? 500 membres. Et dont la croissance interroge les deux Olivier sur leur capacite? a? pre?server a? terme leur activite? professionnelle.

Olivier Ducuing

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/03/2016 Eco121

Indiscrétions

Les derniers indiscrets glanés en février.

Publié le 01/03/2016 Eco121

Top et Flop

Les hauts et les bas du mois.

Publié le 01/03/2016 Eco121

Verbatims

Les morceaux choisis du mois.

Publié le 01/03/2016 Eco121

Portraits express

Publié le 01/03/2016 Eco121

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Publié le 01/03/2016 Eco121

Interview de Jean-René Lecerf: " Si nos départements se retrouvent sous tutelle, cela veut dire que nous sommes la Grèce."

Le Nord, premier de?partement franc?ais par la taille et par le budget -supe?rieur a? celui de la nouvelle grande re?gion- est en situation de quasi-faillite. Un an apre?s son e?lection, son pre?sident Jean-Rene? Lecerf e?voque le plan de redressement de la collectivite?, mais aussi le bras de fer sans merci engage? avec l'Etat. Rencontre.

Publié le 01/03/2016 Eco121

Enquête: L'automobile régionale remonte en puissance

Apre?s la grande embolie de l'anne?e 2009, suite a? la faillite de Lehman Brothers, l'industrie automobile mondiale a failli e?tre engloutie. Elle reprend vigueur. Et la re?gion, terre automobile depuis les anne?es 60, en prend aujourd'hui toute sa part.