Thaddée Segard, le rêve du consensus littoral

Il est né à Lille. Il a travaillé en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis puis en Tunisie. Mais c'est sur la Côte d'Opale que Thaddée Segard a posé ses valises et pris racine depuis bien longtemps, au point d'en devenir un chantre inlassable. Et plus encore, il est devenu le porte voix du lien franco-britannique incarné par le tunnel sous la Manche. Il en a d'ailleurs fait son business, via sa société French Deals qui siège à Calais mais dont les bureaux sont à Thardinghen. À l'ouest de Wissant. Il y représente le groupe de presse Kent Messenger pour commercialiser des espaces pub aux annonceurs qui veulent communiquer de l'autre côté du Channel.

Mais à 66 ans, il a fait une large place à des activités associatives qui occupent désormais 50% de son temps et font de lui une figure incontournable du littoral. Cela a commencé avec le Cercle Côte d'Opale Synergie, sorte de think tank de la société civile, plutôt boulonnais, qui organise tous les deux à trois ans un grand débat. Tourisme, pêche, mais aussi l'emploi, via un partenariat ancien avec la communauté d'agglo, l'administration locale, la Direccte. Depuis novembre, cet homme jovial au look très british a du reste pris la présidence de la structure. A cela s'ajoute un autre combat mené depuis plusieurs années pour défendre un « métro » transmanche, à travers l'association Opale Link. En clair, un TER transfrontalier cadencé qui permettrait de développer l'activité économique de part et d'autre du Détroit. Avec des arguments puissants : le plein emploi est éclatant côté Kent (4% de chômage environ) alors que le Calaisis fait grise mine. Thadée Segard s'est aussi fait le porte drapeau d'un projet très ambitieux pour le Boulonnais, d'une très vaste Marina (lire ci-dessous).

Aujourd'hui s'ouvre un autre chantier d'envergure pour ce tisseur de liens : le Comité Grand Littoral. Porté sur les fonts baptismaux il y a 18 mois, il est vraiment né il y a quelques semaines à Calais lors d'une plénière courue par les décideurs de la Côte d'Opale. Les fondateurs sont 11 réseaux du littoral, dont le Cercle Synergie de Boulogne. Si l’initiative démarre sur un format très orienté business, Thaddée Segard caresse l'idée de lui donner le même horizon que le Comité Grand Lille : agitateur d'idées et visionnaire sur l'avenir du territoire. « Il faut encore laisser une année pour donner une impulsion. Il est essentiel de créer un consensus autour de la côte d'opale »

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une Marina XXL

Le dernier cheval de bataille de Thaddée Segard est le projet de Marina imaginé par un certain nombre de personnalités régionales et l'architecte Pierre-Louis Carlier au fond de la rade de Boulogne. Dans l'esprit des promoteurs du projet, réunis au sein du GEIE Port Marina Boulogne, un nouveau quartier qui s'apparente presque à une nouvelle station balnéaire avec 2 à 3000 anneaux de plaisance, 6000 logements, un pôle économique d'excellence autour de la mer. Reste un petit souci : Le maire Frédéric Cuvillier n'est pas du tout favorable à ce projet qu'il juge surdimensionné. Pour autant, le concept fondé sur l'économie résidentielle, potentiellement très attractif pour les Belges ou les Néerlandais, ne manque pas de partisans fort influents, de Laurent Degroote (Ceser) à Eric Derely (Sergic) en passant par Claude Lenglet, Bruno Bonduelle, Jean-Claude Branquart (Autrement Dit) ou encore Jean-Christophe Minot, parmi bien d'autres.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 26/04/2015 Olivier Ducuing Portrait

Xavier Lucas : Il ressuscite les vieilles pierres de nos aïeuux

Après les anciens hôpitaux de Valenciennes (photo) et Douai, le leader français de la promotion spécialisée dans les monuments historiques jette son dévolu, avec l'IRD, sur celui de Seclin, une merveille du XIIIe siècle.