60 000 rebonds : savoir se relever apre?s une faillite

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France

«c’e?tait en juillet dernier. J’e?tais perdu, assis dans la salle d’attente du mandataire judiciaire, lorsque j’ai remarque? une affiche sur 60 000 rebonds. Je les ai contacte?s. Depuis, je tente de soigner mes blessures avec l’aide d’un coach avant de trouver une solution pour rebondir ». Chaque anne?e, 60 000 entreprises font faillite en France. Comme Jean-Philippe qui a souhaite? garder l’anonymat, leurs dirigeants se trouvent de?munis face a? cette situation qui engendre un traumatisme professionnel, financier et personnel.

Fonde?e a? Bordeaux en 2012, l’association compte une vingtaine d’antennes sur le territoire national. Bruno Tesson, pre?sident du Campus du dirigeant a? Roubaix, ancien DG du re?seau Entre- prendre, en a pris la pre?sidence pour les Hauts-de-France. « Militant de la cause entrepreneuriale, je trouve cela juste d’aider celui qui tombe a? se relever, un peu comme le boxeur qui tire les lec?ons du K.O et qui a besoin d’encouragements. » Libe?rer la cole?re pour se reconstruire La me?thode est de?ja? bien huile?e. Cet accompagnement post-liquidation d’une dure?e maximale de deux ans est totalement gratuit. Il se de?compose en deux phases : d’abord une se?rie de sept ateliers individuels de coaching pour libe?rer la cole?re, les angoisses, parfois le de?sespoir, en vue d’aider a? la re- construction personnelle. Un parrain prend ensuite le relais pour aider la personne a? rebondir vers un emploi salarie? dans 30 % des cas ou a? mettre en œuvre un nouveau projet. Entrepreneurs, coach et parrains be?ne?voles se re?unissent chaque mois dans les locaux d’EY a? Lille pour partager les expe?riences. L’objectif de la structure re?gionale est d’accompagner vingt-cinq personnes par an.

60 000 rebonds joue e?galement un ro?le de lobbying. Un premier succe?s a e?te? ob- tenu avec la suppression de la cotation attribue?e par la Banque de France a? la personne de l’entrepreneur. « Comment vouliez-vous reconstruire avec cet indicateur qui vous empe?chait d’ouvrir un compte bancaire ? », s’insurge Bruno Tesson. L’Association me?ne d’autres combats, notamment sur la caution personnelle.

Armelle Roussel

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/12/2016 Eco121

Indiscrétions

Les indiscrets glanés en novembre.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/12/2016 Eco121

Arnauld Dubois, pdg de Dhimyotis

La discre?te ascension d’un champion de la confiance nume?rique.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/12/2016 Eco121

Des hauts et des bas

Le top et le flop du mois.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/12/2016 Eco121

Verbatims

Les petites phrases du mois.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/12/2016 Eco121

Portraits express

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/12/2016 Eco121

Mouvements

Les dernières nominations en région.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/12/2016 Eco121

Photoreportage: dans les coulisses de Sasa Industrie

Chaque mois, Eco 121 braque ses objectifs sur une ETI de la re?gion. Ce mois-ci, focus sur Sasa industrie, fabricant de supports de cuisson anti- adhe?sifs pour les professionnels de la boulangerie et de la pa?tisserie.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 01/12/2016 Eco121

"Nous véhiculons de la french touch"

Questions à Rudy Boussemart, directeur général de Sasa Industrie