Cocorette met de la matière grise dans l’œuf

 

Cocorette Gluszak ArrasThierry et Jérôme Gluszak ne mettent pas tous leurs œufs dans le même panier. L’entreprise qu’ils dirigent se lance dans l’innovation. Précurseurs il y a bientôt 30 ans en misant sur les œufs fermiers pondus sur de la paille par des poules élevées en plein air, leurs parents ont transformé une pratique traditionnelle à l’échelle locale en modèle économique d’élevage et de distribution très porteur. Cocorette se lance aujourd’hui dans le snacking et la restauration hors foyer. Le produit commercialisé dès ce mois de mai : un pack de deux œufs durs avec leur coquille accompagné de mayonnaise.

« L’idée était de revaloriser l’œuf dur, expose Thierry Gluszak. Nous sommes partis du constat d’un marché qui a un peu disparu, avec des œufs devenus insipides et caoutchouteux. » Outre le côté « comme à la maison » et le clin d’œil au zinc du bistrot, la coquille permet une date limite de consommation de 25 jours. Surtout, le goût et l’onctuosité sont préservés grâce à une cuisson vapeur, selon un procédé développé avec Adrianor. Le centre de ressources technologiques pour l’agroalimentaire a également aidé à la définition du produit par rapport aux attentes en mettant l’entreprise en contact avec le groupe de restauration Elior. Le procédé de cuisson est exploité par un sous-traitant, Cocorette s’est équipée d’une operculeuse et conditionne les œufs durs avec une mayonnaise produite à Cambrai par Daniel-Dessaint et un astucieux couvert. Le tout pour un investissement de quelque 60 K€, avec l’appui d’Oséo. « On souhaite développer l’activité traiteur mais en sortant de ce qui se fait déjà », indique l’ancien pharmacien.

 

Croissance de 35% sur le bio

Alors que ça caquette fort dans les poulaillers industriels depuis l’entrée en vigueur de la directive européenne qui les oblige à mieux traiter leurs pensionnaires, et que l’agroalimentaire crie à la pénurie, l’entreprise créée à Arras en 1983 et installée à Sainte-Catherine depuis 2004 ne s’est jamais aussi bien portée. Avec une croissance annuelle de 10 à 12% sur le conventionnel (label Rouge) et de 35% sur le bio, le groupe Cocorette (40 M€ de CA) récolte ce qu’il a semé : un réseau de 5 Pme indépendantes, à Nancy, Valence, Montauban et Laval, en plus d’Arras, qui collectent les œufs auprès de 350 fermes. Des fermes qui respectent un strict cahier des charges et sont accompagnées par le centre de gestion de l’entreprise. Une présence dans le centre de la France est espérée d’ici un an ou deux. Avec 43 salariés et 150 producteurs, Arras totalise 1,7 million d’œufs ramassés, conditionnés et expédiés chaque année, à 90% dans la grande distribution. L’entreprise n’attend plus qu’un signe du marché pour sortir ses œufs de leurs boîtes : à quand les biscuits aux œufs Cocorette ?

Sophie Pecquet

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 03/05/2012 Eco121

Beaucamps-Ligny : la petite prépa qui monte

Avec ses 18 élèves pour sa toute première promo, la prépa scientifique de Sainte-Marie a encore tout à prouver. Sa référence ? Ginette, sur laquelle elle s’est calquée.

Publié le 03/05/2012 Eco121

La Banque Populaire du Nord élargit encore son périmètre

La Banque Populaire du Nord affiche un exercice 2011 de très bonne facture.

Publié le 03/05/2012 Eco121

Doublet hisse son drapeau sur le teuton BOFA

Avelin. Après un rachat aux Etats-Unis il y a deux ans, le major du drapeau reprend un gros concurrent allemand.

Publié le 03/05/2012 Eco121

Blandine Lejeune : « J'ai horreur du trash »

La ténor du barreau lillois nous a reçus sans cérémonie chez elle pour dévoiler un peu de son jardin secret. Et nous annoncer son prochain polar. Rencontre.

Publié le 03/05/2012 Eco121

Keycoopt veut révolutionner le recrutement

Antoine Perruchot, Nicolas Crestel. La cooptation en XXL.

Publié le 03/05/2012 Eco121

Burie dopée par son affichage d’éco-conception

Pérenchies. La société centenaire a pris le tournant du développement très durable. Son CA a doublé en 2011.

Publié le 03/05/2012 Eco121

Freddy Décima sort ses munitions

A 63 ans, il promet de mettre le feu aux poudres : son projet de data center et de pépinière numérique est un de ceux qui vont ranimer la citadelle d’Arras. Portrait d’un ancien mécano de l’aviation qui carbure au service technologique.

Publié le 03/05/2012 Eco121

Mediama crée une filiale dédiée à l'hôtellerie

Neuville-en-Ferrain. L'imprimeur numérique sur textile se diversifie pour croître.

Publié le 03/05/2012 Eco121

Le PMU poursuit le maillage de la région

Marcq-en-Barœul. La direction régionale veut implanter une boutique test dans l'hypercentre lillois.