Arc France met les gaz sur la productivité

Le directeur d'Arc France Tristan Borne présente la nouvelle marque Le verre Français, bientôt en vente dans les linéaires Le directeur d'Arc France Tristan Borne présente la nouvelle marque Le verre Français, bientôt en vente dans les linéaires

Arques. Grâce aux 120 M€ obtenus fin mars, le géant des arts de la table déroule un plan de productivité 360°. Les résultats sont déjà palpables.

 

Oubliée la crise de trésorerie... et de nerfs en début d'année. Le major mondial des arts de la table va mieux, beaucoup mieux.
Le double accord social et de financement du début d'année porte ses fruits. 2019 devrait en effet s'achever avec un chiffre d'affaires (Arc France) de 491 M€ (+2,7%) et un Ebitda à 54 M€, en hausse de 25%. Pas encore de quoi pavoiser car l'objectif est d'atteindre les 70 M€ d'Ebitda pour retrouver l'autonomie financière. Mais tous les indicateurs – hormis l'export, plombé par une géopolitique contraire- sont au vert. A commencer par la performance industrielle, en forte amélioration. Fin mars, le groupe a obtenu un accord portant sur 120 M€, associant l'actionnaire américain, les pouvoirs publics et plusieurs fonds souverains (français, russe, et du Moyen-Orient). 86,5 M€ ont déjà été versés, et le reste le sera d'ici au premier trimestre 2020. La vente de la filiale distribution en Espagne devrait notamment ramener 14 M€, tandis qu'un prêt consenti en 2018 par les Américains sera transformé en capitaux propres. On notera d'ailleurs que ces modalités ont permis de ne pas laisser filer la dette, qui s'est alourdie de 25 M€ seulement.

 

8,6 M€ d'économies déjà obtenues

 

Dans le cadre du plan de redressement Synergie 2020, Arc aura pu injecter 49 M€ cette année dans son outil de production, tant dans la réfection de deux fours d'opale que dans l'optimisation des procédés. 10 lignes de production ont fait l'objet de transformations lourdes, mais au total, 150 chantiers plus ou moins gros, de la robotisation à l'installation de quais de chargement, auront été lancés. La direction chiffre déjà à 8,6 M€ les économies obtenues. L'an prochain, l'usine va en outre profiter de l'extension à tout le site d'une grosse innovation technologique qui permet, grâce à un travail sur la composition des matières, de réduire de 20% la consommation énergétique des fours. Or l'énergie est le premier coût d'Arc (40%), l'impact sera donc très significatif.

L'accord social produit lui aussi ses effets, sur fond de réduction rapide des effectifs : Arc France n'emploie plus que 4630 personnes, une décrue qui devrait se stabiliser à 4200 salariés en 2021, présenté comme un effectif cible. Produire, c'est bien, vendre c'est mieux. Là encore, la situation est encourageante. Arc a lancé de nouvelles gammes, tout en modifiant son « mix produits » en mettant l'accent sur la valeur. Exemple : une gamme d'opale couleur, qui a nécessité de grosses innovations industrielles, a pu être commercialisée. Avec un gros succès puisqu'elle a décroché plus de 12 M€ de ventes pour sa première année. Et en entrée de gamme, le groupe lance une nouvelle marque « Verres de France » (photo), qui actionne les leviers vintage sur les verres iconiques d'Arc, tout en surfant sur la vague du made in France, ringarde il y a quelques années, très tendance aujourd'hui. Les retours des distributeurs seraient très positifs, indique Tristan Borne, dirigeant d'Arc France. De bon augure pour la pérennité du huitième site industriel français 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 30/08/2019 Olivier Ducuing Entreprises

En redressement, Tim se cherche un repreneur d'urgence

Le fabricant de cabines d'engin Tim va-t-il survivre à son nouveau redressement judiciaire? Les 310 salariés de l'usine de Quaëdypre sont très inquiets.

Karine Charbonnier, dirigeante de Beck Industries, est aussi vice-présidente du conseil régional au côté de Xavier Bertrand
Publié le 07/08/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Beck Industries rejoint l'anglais Cooper & Turner

Armentières. L'anglais Cooper & Turner reprend le groupe familial de boulonnerie de sécurité, dont les dirigeants entrent au capital et dans l'exécutif du nouvel ensemble.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 04/06/2019 Entreprises

Straton IT lève 1 M€

L'entreprise spécialisée dans la mise en place de référentiels d'infrastructures informatiques fait monter l'IRD, Autonomie & Solidarité et NFA.

Publié le 03/06/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Bonduelle met la main sur une usine de surgelés en Russie

Le groupe familial renforce un peu plus ses positions en Russie et s'affranchit des contraintes de l'embargo.

Publié le 30/05/2019 Julie Kiavué Entreprises

Exélience sème sur le Grand Nord-Ouest

La plus grande station de semences de France entrera en activité fin juin, après 30 M€ d’investissements. Capacité : 45 000 tonnes/an.

Publié le 30/05/2019 Julie Kiavué Entreprises

Mecajet grossit dans le sillage ferroviaire

Le mécano-soudeur formalise une étroite collaboration avec le canadien Bombardier. De quoi presque doubler le chiffre d'affaires cette année.

Publié le 30/05/2019 Julie Kiavué Entreprises

Supermarché Match s'offre un renouveau à 26 M€

L'enseigne de grande distribution se remet en selle, notamment avec son concept Good Food.

Publié le 29/05/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Turenne prend la majorité de Cousin Medical

Wervicq. Les fondateurs de Cousin Biotech laissent la place à Turenne Capital et Altur Investissement, avec des ambitions renforcées pour le fabricant d'implants médicaux.

Publié le 28/05/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Doctegestion reprend l'association à domicile Cambrésis

Le TGI de Cambrai a décidé de confier la gestion des activités de l'AAC, en redressement judiciaire depuis 2018, au groupe Doctegestio.

Publié le 28/05/2019 Olivier Ducuing Entreprises

“Notre indépendance crée une nouvelle attractivité” 3 QUESTIONS à David Vanalderwerelt, président régional d'In Extenso

Alors que le cabinet d'expertise comptable et conseil In Extenso reprend son indépendance, vis-à-vis de Deloitte, son président régional depuis cinq ans, David Vanalderwerelt, nous explique le sens de cette opération.