AlzProtect sur tous les fronts contre Alzheimer

innover dans le nordPhase pré-clinique, ouverture du capital, intégration à des programmes collaboratifs de premier plan : Philippe Verwaerde, PDG d'Alzprotect a le sourire. La biotech lilloise qu'il dirige arrive à un moment charnière de sa jeune histoire débutée en 2007. Elle développe des candidats médicaments destinés à prévenir, ralentir et, qui sait, guérir la maladie d'Alzheimer. La perspective est suffisamment sérieuse pour avoir séduit des business angels qui doivent apporter d'ici au moins de juin près de 200.000 euros au tour de table. Ils rejoignent les précédents actionnaires, parmi lesquels Inovam ou Finorpa, aux côtés des scientifiques fondateurs : André Delacourte, directeur de rercherche de l'Inserm, un des pionniers en France sur Alzheimer et Patricia Melnyk, directrice du groupe de pharmacochimie de l'Institut de biologie de Lille. Leur synergie a débouché sur le dépôt d'un brevet par les équipes de recherche et leurs tuteurs, l'Inserm et l'Université de Lille II, sur lequel Alzprotect, cofondée par les deux chercheurs, a les droits exclusifs.

Préserver l'activité neuronale des malades.

Près d'un million de français sont touchées par la maladie d'Alzheimer et apparentées. Ils seront 1,2 million en 2020 et 2 millions en 2040.
Alzprotect compte 8 salariés et doit tripler dans les trois à cinq ans.

L'originalité de la découverte lilloise ? Les molécules préservent la vitalité et l'activité des neurones des personnes développant Alzheimer. La solution sort des sentiers scientifiques battus. "On agit au plus tôt, pour prévenir la dégénérescence des neurones. Les thérapies classiques visent à éviter la formation de plaques dans le cerveau. Pour nous, ces plaques sont un effet, pas une cause" , décrypte le PDG. L'entreprise débute ce mois-ci la phase préclinique réglementaire. Cette étape lourde elle peut coûter jusqu'à un million d'euros vise à s'assurer que les candidats médicaments n'ont ni effet toxique ni effet secondaire néfastes sur l'animal. "Nous avons prouvé que nos molécules sont actives chez l'animal, qu'elles ne sont pas toxiques, et jusqu'à présent nous n'observons pas d'effets secondaires qui pourraient tout remettre en cause" , s'enthousiasme le dirigeant, un scientifique lillois qui a rejoint Alzprotect l'an dernier après dix-huit ans d'expérience internationale dans l'industrie pharmaceutique et les biotechs. La phase clinique 1 (chez l'homme) devrait suivre en 2011, après autorisation de Bruxelles.

Un potentiel de 10 à 20 millions d'euros.

L'objectif affiché est de valoriser les molécules sous forme de licence auprès des grands labos. Le potentiel se chiffre à 10 ou 20 millions d'euros voire davantage, compte tenu des attentes colossales autour de cette pathologie galopante. Cette voie thérapeutique intéresse déjà. Elle est au coeur du programme " Alzappim ", labellisé par le pôle de compétitivité NSL l'an dernier, agréé par l'Agence nationale pour la recherche dans son appel à projets Biotecs. L'investissement atteint 2,6 millions d'euros dont 300.000 pour Alzprotect. Très récemment, elle vient d'être retenue par le Fonds Unique Interministériel dans un programme d'envergure baptisé Medialz, d'un montant global de 4,5 millions. Le dossier emmené par une autre pépite d'Eurasanté, Genoscreen, fédère de nombreuses compétences régionales, depuis Cellial en passant par les équipes du professeur Amouyel et du CHRU de Lille. Ce n'est pas tout. Alzprotect a aussi intégré un consortium européen qui travaille sur l'un des deux plus gros projets mondiaux sur Alzheimer, Pharmacog. Un chantier qui vaut une subvention de près de 650.000 euros à la pme lilloise au titre de la recherche de biomarqueurs, destinés à déceler la maladie au plus tôt. Membre du bureau exécutif de Pharmacog, le Pdg y côtoie les plus grands. "Je dialogue en direct avec les représentants de GlaxoSmithKline, Roche, Merck, Johnson et Johnson, et c'est une porte ouverte à des partenariats qui nous feront grandir," relève t-il. Avant d'afficher une volonté pour le moins ambitieuse : "transformer Alzprotect en une entreprise leader dans le domaine des maladies neuro-dégénératives en France, voire en Europe." Chiche !

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 07/04/2010 Eco121

Droit au but

Publié le 07/04/2010 Eco121

Yves Besse de Laromiguière

Le fondateur du leader français de la décoration murale Plage SA dévoile un peu de sa personnalité pour Éco121.

Publié le 07/04/2010 Eco121

Damart sur les starting blocks pour un nouveau départ

Comme la Lainière de Roubaix ou la filature Saint-Liévin, Damart aurait pu être un grand nom de plus au Panthéon des victimes de la déprise textile. Malgré des pertes abyssales à la fin des années 90 puis une sérieuse rechute, le spécialiste du sénior relève aujourd'hui le gant de l'innovation et le défi de l'image.

Publié le 07/04/2010 Eco121

Des résultats économiques très encourageants

+29,73% :les actionnaires de Damartex (code DAR) ont fait un triomphe le 26 février aux résultats de l'enseigne, dont la valorisation boursière s'est envolée de près d'un tiers ce jour là.

Publié le 07/04/2010 Eco121

Etablir son bilan carbone :

Réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays de 14% d'ici 2020 et de 75% d'ici 2050 : l'objectif de "facteur 4", même éloigné dans le temps, a un niveau d'exigence tel que nombre d'entreprises ont commencé à s'en soucier. Les spécialistes sont unanimes : le bilan carbone est un excellent outil pour une première approche environnementale.

Publié le 07/04/2010 Eco121

Le bilan carbone dépasse largement la problématique environnementale

Pour Alain Verrier, directeur du cabinet conseil Per4mances, né à Valenciennes en 2002 et présent dans plusieurs régions françaises et en Belgique, la démarche bilan carbone participe à un objectif global de rentabilité.

Publié le 07/04/2010 Eco121

Groupe Supinfocom s'offre un campus à l'américaine en Inde

Après Arles, le groupe consulaire de formation de managers en création numérique attend beaucoup de son nouveau campus dans l'Oxford de l'Inde, à Pune.

Publié le 07/04/2010 Eco121

Les étudiants de Supinfocom volent

Témoignage.Shelley Page, cofondatrice du studio californien Dreamworks, membre du conseil scientifique.

Publié le 07/04/2010 Eco121

Un portefeuille de marques segmentées

Qui connaît les marques Sédagyl, Jours heureux ou Maison du Jersey ? Grandies dans l'ombre de Damart, leur notoriété est encore modeste. Mais leur potentiel est très important...

Publié le 07/04/2010 Eco121

Focus : La griffe de Patrick Seghin

Patrick Seghin a la simplicité discrète des esprits brillants. A 45 ans, ce Belge natif de Charleroi a pris la présidence du directoire de Damart à l'automne 2008, apportant une méthode de travail inconnue jusqu'alors rue de la Fosse aux chênes à Roubaix.