Dans les coulisses du ... MITI

Incubateur d'entreprises innovantes, le Miti a participé à l'éclosion d'une trentaine de projets régionaux liés aux laboratoires de recherche publics. Visant ainsi à fertiliser l'économie par le transfert des technologies.

Pas facile de trouver le Miti dans le campus de Lille 1 à Villeneuve d'Ascq. Quelques panneaux de signalisation installés depuis peu guident heureusement le visiteur. Même discrétion à l'intérieur du bâtiment dédié aux masters qui abrite cette structure. Enfin, au premier étage, tout au bout d'un long couloir, s'achève le suspens.
Encore méconnu malgré une efficacité éprouvée, cet incubateur est né en 1999, dans le cadre de la loi Allègre sur l'innovation. Labellisé par le Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, il appartient au réseau national des 30 incubateurs d'entreprises innovantes, comme Eurasanté, spécialisé en biologie santé. Le Miti, lui, est généraliste pour les porteurs de projets innovants issus de la recherche publique.

Un écrémage drastique

Spécificité : le Miti est une pépinière sans murs. Les entreprises ne sont pas incubées dans ses locaux mais chez ses membres fondateurs : universités régionales - le Miti est présidé par Marie-Pierre Mairesse, la présidente de l'Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis-, conférence régionale des grandes écoles, Aditec, réseau des ruches d'entreprises, CRCI et Entreprises et Cités. Soit un potentiel d'une centaine de labos. " Les chercheurs créateurs d'entreprises ont besoin d'être à proximité de leurs laboratoires. Centraliser des locaux à Lille serait inutile ", explique Frédéric Blin, directeur du Miti depuis 2008.

" Nous souhaitons être l'accompagnateur référent de nos projets.
Nous n'apprécions pas l'attitude de certains porteurs de projets qui nous prennent pour un chéquier et non comme un accompagnant..."

Frédéric Blin, directeur du Miti

Sous forme associative, le Miti est une structure légère de cinq personnes, dont deux chargés d'affaires. Il intervient dix-huit mois à deux ans en amont de la création.
Première mission : détecter des projets au sein des laboratoires. En dix ans, 232 dossiers ont fait l'objet d'un diagnostic. Mais 90 seulement ont été présentés au comité d'engagement.
Pourquoi si peu ? Car ils doivent répondre aux critères de sélection du Miti dont le principal est la valorisation de la recherche publique. Les projets retenus bénéficient d'un accompagnement et d'une avance remboursable de 30 à 35.000 . 33 des 80 projets accompagnés ont donné naissance à une entreprise. " Problèmes techniques, analyse du marché, étude sur la propriété industrielle, identification des besoins financiers, mise en relation avec des partenaires,... la période d'incubation sert à se poser les bonnes questions. " Applications industrielles du son 3D, maisons à ossature bois à éléments modulaires, chariot de golf intelligent, Game agency, technologie laser... les créations sont eclectiques.

L'avenir en question

Prenons l'exemple de Menapic, société de mesures mécaniques à échelle nanoscopique créée en mars. Le projet est issu de travaux de chercheurs de l'IEMN hébergés à l'ISEN. L'étude financée par le Miti a permis de déceler un nouvel axe commercial , le secteur verrier.
Autre illustration ? En incubation depuis mai 2009, Windisplay, est porté par trois centraliens. En lien avec le laboratoire de Mécanique de Lille et l'Ensam, ils mettent au point le premier support de communication producteur d'énergie renouvelable. Un projet gourmand en capitaux. Le Miti les a aidés à remplir leur dossier du concours national d'aide à la création d'entreprise innovante (catégorie émergence).
S'ajoutent encore l'animation d'un club, l'organisation de formations, la sensibilisation à l'entrepreneuriat... La tâche du Miti est vaste. Mais Frédéric Blin s'inquiète sans langue de bois de l'avenir de sa structure dans le cadre du PRES, plan régional de l'enseignement supérieur. " Quelle place occupera le Miti dans le cadre de la création d'une cellule de valorisation de la recherche ? "

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 19/05/2010 Eco121

Le développement durable en a-t-il encore pour longtemps ?

Depuis trois ans, nous assistons à une profusion de salons consacrés au développement durable. Salons de professionnels, mais aussi salons destinés à tout à chacun, afin de créer sa maison durable, organiser ses vacances équitables, choisir sa voiture écolo...

Publié le 19/05/2010 Eco121

La chartreuse de Neuville engage sa résurrection

A l'abandon depuis 2004, la chartreuse de Neuville située à quelques kilomètres de Montreuil-sur-Mer, entame une nouvelle vie. Grâce à une poignée de passionnés dont l'objectif est d'en faire un lieu privilégié pour " donner du sens à l'homme qui entreprend ".

Publié le 19/05/2010 Eco121

Antoine Devilder : une reprise bien cadrée

Antoine Devilder a repris en décembre la société Boirama à Saint-Amand, le leader régional du négoce de menuiseries bois, PVC et aluminium. A 52 ans, cet entrepreneur dans l'âme relève un nouveau challenge.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Byook : le livre ré-inventé

Manea Castet, Jean-Louis Delmotte et Adrian Narcisi. Entre le livre et le jeu vidéo, trois jeunes diplômés de Supinfogame à Valenciennes révolutionnent la manière de lire avec la création de Byook.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Deprat, champion du dépôt de brevets

90 brevets en portefeuille dont plus de la moitié ont moins de cinq ans : Deprat, spécialiste des systèmes de fermetures de volets roulants et de menuiseries coulissantes, figure parmi les PME les plus innovantes de la région.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Le printemps biosourcé de MAUD

MAUD fait partie des 13 pôles de compétitivité qui ont dû passer " un ultime examen de passage " mi-avril pour sauver leur label. Sa montée en puissance et son positionnement sur l'enjeu stratégique des matériaux biosourcés nourrissent l'optimisme.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Les pneus redonnent de l'air à l'Audomarois

Saverglass, Logistic Equipment, et aujourd'hui Entyrecycle : l'Audomarois est incontestablement devenu terre d'implantation industrielle. La valorisation de pneus va amener 240 emplois dès 2011.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Jean-Michel Hiolle

Jean-Michel Hiolle, fondateur du groupe éponyme à Valenciennes, spécialiste des transferts et services industriels, des équipements dédiés à l'environnement et logisticien, dévoile un peu de sa personnalité pour Eco 121.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Universités-entreprises

"Avec la crise, le décalage entre la formation des jeunes et les besoins des entreprises saute aux yeux". Ainsi s'exprimait récemment dans la presse Carlos Goncalves, co-fondateur du site de recrutement en ligne Jobintree. Pourtant, dans le même temps, tout bouge dans le milieu de l'éducation, les campus se forment et se reforment, les formations se diversifient et s'intensifient, les étudiants sont de plus en plus nombreux à partir à l'étranger pour des années entières... D'où vient cette perception ? Nous avons eu envie d'en savoir plus.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Trenois Decamps choisit finalement Lesquin

Le groupe familial de Wasquehal investit 10 millions dans ce projet qui va desserrer son étau logistique alors qu'il connaît une croissance rapide.