Deprat, champion du dépôt de brevets

90 brevets en portefeuille dont plus de la moitié ont moins de cinq ans : Deprat, spécialiste des systèmes de fermetures de volets roulants et de menuiseries coulissantes, figure parmi les PME les plus innovantes de la région.

Imaginez une baie coulissante qui s'ouvre toute seule. Non, vous ne rêvez pas ! C'est possible depuis peu grâce au système de motorisation à distance mis au point par le bureau d'étude de Deprat. Quinze de ces " Deprat Win " ont d'ailleurs été installés dans un centre de rééducation en Bretagne, permettant ainsi aux personnes handicapées de retrouver une certaine indépendance. Attanches anti-intrusion pour les volets, motorisation de plafonds de vérandas, nouveaux automatismes autour du moteur : Deprat invente sans arrêt.
" Nous déposons chaque année une dizaine de brevets excepté en 2009 où nous avons ralenti le rythme avec seulement trois demandes, " affirme Arnaud de Contenson, Pdg depuis cinq ans de cette Pme leersoise d'une centaine de salariés dont sept en R&D. Celui-ci a été à bonne école en matière d'innovation chez Magimix dont il était responsable export. L'homme idéal pour poursuivre le programme de développement accéléré en matière d'innovation lancé en 2004 chez Deprat. Avec pour objectif  de retrouver une position de leader sur tous ses marchés.

L'innovation dans l'ADN

Née en 1929, la société est à l'origine de nombreuses avancées technologique dont les fameuses persiennes roubaisiennes. Mais au fil du temps, d'innombrables brevets ont été déposés, puis parfois... oubliés.
Spécificité de Deprat : il est à la fois fabricant de moteurs et de composants. Un généraliste dont les deux gammes totalisent 6500 références. Pour prendre des parts de marché, la société a développé des produits adaptables sur les systèmes concurrents d'où la nécessité d'innover.

Séduire les clients -900 professionnels- demande des trésors d'ingéniosité car ceux-ci ne changent pas facilement de process. Certaines pièces sont fabriquées depuis pas moins de 40 ans. Pour les convaincre d'innover, Deprat invente des produits plus intelligents, qui réduisent les stocks, sont plus faciles à monter et procurent un réel avantage commercial.
Si l'innovation est une condition de survie, le dépôt de brevet aussi. " C'est le seul moyen qui nous permet de protéger efficacement nos idées dans le temps car le lancement d'un nouveau produit peut mettre jusqu'à trois ans, ". A comparer aux trois mois habituels dans le secteur de l'électroménager qu'Arnaud de Contenson connaît bien.

Les idées naissent des remarques des clients ou du bureau d'études. Chaque développement donne lieu systématiquement au dépôt d'une enveloppe Soleau. Deprat en dépose une vingtaine par an, certaines écrites sur un simple papier quadrillé. Leur prix est modique : une quinzaine d'euros l'unité. " Nous obtenons ainsi le droit d'exploiter nos idées sans être gêné par la concurrence et de préparer tranquillement un brevet. ", explique Arnaud de Contenson. Deprat fait appel à deux cabinets spécialisés : Duthoit et Beau de Lomenie, car il est arrivé à la société de déposer trois ou quatre brevets en même temps. Les conseils donnent le recul nécessaire à la réflexion.

L'innovation n'a pas de prix pour Deprat, mais elle a un coût. En-dehors des brevets eux-mêmes, Deprat investit de 350 à 500.000  par an dans le développement des idées. Une somme qui comprend la conception des dessins et prototypes, la fabrication des moules et des outils, les près-séries, les tests, les échantillons et les dossiers techniques... A cela s'ajoutent environ 100.000 annuels pour les dépôts des nouveaux brevets et le maintien en France et en Europe des brevets en cours. La société bénéficie d'aides à l'innovation d'Oseo (avances remboursables), jusqu'à 60 000 pour certains dossiers. Mais le total reste lourd pour une PME.
Et lorsqu'un indélicat se risque à copier une idée, Arnaud de Contenson démarre au quart de tour : " Il y a 15 ans, nous avons été pillés. Aujourd'hui, nous réagissons mais il est parfois plus intelligent de discuter que d'aller en justice. " 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 19/05/2010 Eco121

Le développement durable en a-t-il encore pour longtemps ?

Depuis trois ans, nous assistons à une profusion de salons consacrés au développement durable. Salons de professionnels, mais aussi salons destinés à tout à chacun, afin de créer sa maison durable, organiser ses vacances équitables, choisir sa voiture écolo...

Publié le 19/05/2010 Eco121

La chartreuse de Neuville engage sa résurrection

A l'abandon depuis 2004, la chartreuse de Neuville située à quelques kilomètres de Montreuil-sur-Mer, entame une nouvelle vie. Grâce à une poignée de passionnés dont l'objectif est d'en faire un lieu privilégié pour " donner du sens à l'homme qui entreprend ".

Publié le 19/05/2010 Eco121

Antoine Devilder : une reprise bien cadrée

Antoine Devilder a repris en décembre la société Boirama à Saint-Amand, le leader régional du négoce de menuiseries bois, PVC et aluminium. A 52 ans, cet entrepreneur dans l'âme relève un nouveau challenge.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Byook : le livre ré-inventé

Manea Castet, Jean-Louis Delmotte et Adrian Narcisi. Entre le livre et le jeu vidéo, trois jeunes diplômés de Supinfogame à Valenciennes révolutionnent la manière de lire avec la création de Byook.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Dans les coulisses du ... MITI

Incubateur d'entreprises innovantes, le Miti a participé à l'éclosion d'une trentaine de projets régionaux liés aux laboratoires de recherche publics. Visant ainsi à fertiliser l'économie par le transfert des technologies.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Le printemps biosourcé de MAUD

MAUD fait partie des 13 pôles de compétitivité qui ont dû passer " un ultime examen de passage " mi-avril pour sauver leur label. Sa montée en puissance et son positionnement sur l'enjeu stratégique des matériaux biosourcés nourrissent l'optimisme.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Les pneus redonnent de l'air à l'Audomarois

Saverglass, Logistic Equipment, et aujourd'hui Entyrecycle : l'Audomarois est incontestablement devenu terre d'implantation industrielle. La valorisation de pneus va amener 240 emplois dès 2011.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Jean-Michel Hiolle

Jean-Michel Hiolle, fondateur du groupe éponyme à Valenciennes, spécialiste des transferts et services industriels, des équipements dédiés à l'environnement et logisticien, dévoile un peu de sa personnalité pour Eco 121.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Universités-entreprises

"Avec la crise, le décalage entre la formation des jeunes et les besoins des entreprises saute aux yeux". Ainsi s'exprimait récemment dans la presse Carlos Goncalves, co-fondateur du site de recrutement en ligne Jobintree. Pourtant, dans le même temps, tout bouge dans le milieu de l'éducation, les campus se forment et se reforment, les formations se diversifient et s'intensifient, les étudiants sont de plus en plus nombreux à partir à l'étranger pour des années entières... D'où vient cette perception ? Nous avons eu envie d'en savoir plus.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Trenois Decamps choisit finalement Lesquin

Le groupe familial de Wasquehal investit 10 millions dans ce projet qui va desserrer son étau logistique alors qu'il connaît une croissance rapide.