Jean-Michel Hiolle

Vos activités chez Hiolle Industries vous laissent elles du temps libre ?

J'ai du temps disponible dans la tête! On peut être présent sans être là. Le temps qui me reste, je le consacre à la chasse au petit gibier, surtout pour la marche en pleine nature et la rencontre avec des gens d'autres milieux. Le jardinage prend le relais quand la chasse est finie, à partir de février-mars. Je suis fils de fermier, vous savez, je reste proche de la terre.

Vous en tirez des leçons comme chef d'entreprise ?

Oui, il ne faut pas improviser, mais toujours beaucoup préparer, prendre une multitude de précautions, semer seulement quand la terre est réchauffée, tenir compte des lunes... et prendre garde aux ravageurs !

Préservez vous du temps pour la vie de famille ?

On essaie, mais elle a souffert au détriment du travail, et des préoccupations de l'activité de l'entreprise au quotidien. On a sacrifié la vie familiale, les enfants et les petits enfants, que je n'ai pas vraiment vus grandir. Si aujourd'hui il fallait refaire mon parcours, je crois que je ne le referais pas. J'ai trop donné. Il faut être un peu inconscient et il faut la santé derrière!

Qu'est-ce qui vous fait courir dans la vie?

Je suis parti de rien. Mes parents étaient très pauvres. Nous avions 17 ha de terres... Aujourd'hui, j'ai 17 ha de bâtiments, imaginez un peu ! J'ai voulu prouver que même sans rien au départ, on pouvait arriver à quelque chose. Ce qui me motive, c'est de créer, de bâtir, le profit n'étant pas une fin en soi. L'important est la reconnaissance des gens qui vous estiment.

Vous voyagez beaucoup.. Y a-t-il des pays qui vous font rêver ?

J'ai visité presque tous les pays du monde pour les affaires. Les plus beaux pour moi, c'est la Polynésie et Bali! Il faudrait être difficile. De là à m'y installer, ça non. J'y passerai une semaine ou quinze jours, mais je serai bien content de rentrer! J'ai besoin de saisons et de racines.

Allez-vous au cinéma ou à des expos ?

J'y vais assez rarement. Ceci étant j'adore les sculpteurs, et je sculpte moi-même, sur pierre et sur bois, et je peins aussi. Comme pour l'entreprise, j'ai appris en autodidacte.

Qu'est ce qui peut vous mettre en colère ?

Le comportement des médias, quand ils montent en épingle des sujets subalternes. La dernière histoire du mari polygame, c'est du fait divers, ça me scandalise qu'on y consacre toute l'actualité alors qu'il y a d'autres sujets tellement plus importants ! Ce qui m'irrite aussi c'est quand les médias évoquent la vie économique alors qu'ils n'y comprennent absolument rien. Un autre truc m'énerve, ce sont les cost killers. Tirer les prix toujours vers le bas va finir par tuer l'économie. Automobile, grande distribution, ça s'applique dans tous les domaines et c'est une spirale infernale. Regardez aussi les enchères inversées, quelle invention !

Quel est pour vous le pire défaut ?

L'intolérance. J'aime bien les gens ronds avec un certain charisme.

Vous qui dirigez une entreprise cotée en bourse après avoir monté tous les échelons, comment vivez-vous les excès de certains patrons?

Les patrons voyous, il y en a, comme il a des voyous dans toutes les catégories humaines. Mais il y en a beaucoup moins qu'on ne pense chez les patrons. Paradoxalement, plus vous montez haut dans la hiérarchie, plus ils sont modestes, plus ils sont conscients. Je parle de vrais patrons avec leur mise à eux, pas les dirigeants salariés. Patrons voyous... et pourquoi pas aussi syndicats voyous ?

Quelle est votre devise dans la vie ?

Je me retrouve dans cette phrase de Voltaire, que j'ai apprise en 6ème : " le travail éloigne de nous trois grands maux, l'ennui, le vice et le besoin ". Les valeurs du travail ne sont plus reconnues, ce n'est pas normal. La finance n'est que la résultante, elle a pris trop d'importance, on a oublié l'homme.

Qu'emporteriez-vous sur une île déserte ?

Je prendrais de l'eau et des graines. Et à partir de là, c'est bon, on redémarre !

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 19/05/2010 Eco121

Le développement durable en a-t-il encore pour longtemps ?

Depuis trois ans, nous assistons à une profusion de salons consacrés au développement durable. Salons de professionnels, mais aussi salons destinés à tout à chacun, afin de créer sa maison durable, organiser ses vacances équitables, choisir sa voiture écolo...

Publié le 19/05/2010 Eco121

La chartreuse de Neuville engage sa résurrection

A l'abandon depuis 2004, la chartreuse de Neuville située à quelques kilomètres de Montreuil-sur-Mer, entame une nouvelle vie. Grâce à une poignée de passionnés dont l'objectif est d'en faire un lieu privilégié pour " donner du sens à l'homme qui entreprend ".

Publié le 19/05/2010 Eco121

Antoine Devilder : une reprise bien cadrée

Antoine Devilder a repris en décembre la société Boirama à Saint-Amand, le leader régional du négoce de menuiseries bois, PVC et aluminium. A 52 ans, cet entrepreneur dans l'âme relève un nouveau challenge.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Byook : le livre ré-inventé

Manea Castet, Jean-Louis Delmotte et Adrian Narcisi. Entre le livre et le jeu vidéo, trois jeunes diplômés de Supinfogame à Valenciennes révolutionnent la manière de lire avec la création de Byook.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Deprat, champion du dépôt de brevets

90 brevets en portefeuille dont plus de la moitié ont moins de cinq ans : Deprat, spécialiste des systèmes de fermetures de volets roulants et de menuiseries coulissantes, figure parmi les PME les plus innovantes de la région.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Dans les coulisses du ... MITI

Incubateur d'entreprises innovantes, le Miti a participé à l'éclosion d'une trentaine de projets régionaux liés aux laboratoires de recherche publics. Visant ainsi à fertiliser l'économie par le transfert des technologies.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Le printemps biosourcé de MAUD

MAUD fait partie des 13 pôles de compétitivité qui ont dû passer " un ultime examen de passage " mi-avril pour sauver leur label. Sa montée en puissance et son positionnement sur l'enjeu stratégique des matériaux biosourcés nourrissent l'optimisme.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Les pneus redonnent de l'air à l'Audomarois

Saverglass, Logistic Equipment, et aujourd'hui Entyrecycle : l'Audomarois est incontestablement devenu terre d'implantation industrielle. La valorisation de pneus va amener 240 emplois dès 2011.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Universités-entreprises

"Avec la crise, le décalage entre la formation des jeunes et les besoins des entreprises saute aux yeux". Ainsi s'exprimait récemment dans la presse Carlos Goncalves, co-fondateur du site de recrutement en ligne Jobintree. Pourtant, dans le même temps, tout bouge dans le milieu de l'éducation, les campus se forment et se reforment, les formations se diversifient et s'intensifient, les étudiants sont de plus en plus nombreux à partir à l'étranger pour des années entières... D'où vient cette perception ? Nous avons eu envie d'en savoir plus.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Trenois Decamps choisit finalement Lesquin

Le groupe familial de Wasquehal investit 10 millions dans ce projet qui va desserrer son étau logistique alors qu'il connaît une croissance rapide.