Universités-entreprises

Interrogés par Market Audit, environ 160 décideurs de la région nous donnent leur avis sur ce sujet avec un premier constat frappant : notre région semble bien mieux lotie que les autres en matière d'offre éducative. La moitié d'entre eux considère que le niveau de formation prodigué par nos établissements supérieurs est supérieur à celui que l'on trouve dans les autres régions de France. Quant à l'autre moitié, elle estime simplement que ce niveau est équivalent aux autres écoles et universités. Et c'est vrai que notre région n'a pas à rougir en terme d'offre : de grandes universités : Lille, Valenciennes, Artois... des écoles de commerces : Edhec, Skema, Ieseg... des formations d'ingénieur : Mines de Douai, Hei, Isen... sans parler des écoles spécialisées comme l'ISA !

Ces cycles de formation, ou plutôt les étudiants qui en sortent, donnent, pour 88% de nos décideurs, une image positive de leur école ou université. Lorsque les étudiants sont dans leur cours, ou lorsqu'ils viennent juste de sortir de leur cursus, tout va bien !

C'est le passage de la frontière qui complique tout, et qui provoque une remise en question forte de la part des personnes que nous avons interrogées.

Ils sont nombreux du côté du monde professionnel à demander aux écoles et aux universités de mieux communiquer, de favoriser les échanges. L'impression générale est plutôt que les espaces de formations fonctionnent dans leur monde, avec leurs contraintes et leurs objectifs, sans trop se soucier des réalités économiques.

De là, un premier chiffre tombe sur l'opérationnalité de nos jeunes diplômés : si deux tiers des personnes interrogées les trouvent " plutôt opérationnels " en entreprise, il n'en reste pas moins d'un bon tiers qui ne les trouvent " plutôt pas " ou " pas du tout " opérationnels.

 

Les étudiants de la région Nord-Pas-de-Calais sont-ils, selon vous...

" Permettre à l'étudiant de mieux appréhender la réalité de la vraie vie... "

C'est dans cette scission que nos décideurs ont le plus à dire. Au niveau des prétentions des étudiants d'une part, et en particuliers des attentes de salaires des jeunes diplômés, mais aussi au niveau des responsabilités : " Un jeune diplômé ne peut pas prétendre à un poste de cadre lors de son premier emploi" cite l'un des interviewés. Il est clair que dans la lutte fratricide que se livrent écoles et universités, les aspects de rémunération à la sortie ou de niveau de responsabilité sont des points qui permettent des classifications. " Arrêter de parler de niveau de salaires sous lesquels il est inacceptable de travailler. Il faut faire ses preuves. "

Au delà de cette première remarque, c'est aussi le corps professoral qui est visé : " Remettez les profs en entreprise ! ", " Certains n'ont jamais visité une entreprise ou y ont mis les pieds... ". C'est l'abstraction théorique qui est critiquée, car elle ne retrouve pas son pendant dans la réalité du monde économique au quotidien. On reproche la " fabrication quantitative d'étudiants ", voire même la création de filières inappropriées au monde de l'entreprise, alors que tous, d'une même voix, réclament des personnels qualifiés dans le monde du travail.

D'où cette demande, récurrente, de partenariats, d'échanges, dans un sens comme dans l'autre : les professeurs dans les entreprises, les décideurs dans les écoles. Du côté des professionnels, ils réclament ces échanges à cor et à cri. " Parlons nous ! ", " Développez les échanges avec le monde industriel ", " développez les partenariats ". A coup sûr, du temps peut être libéré, des programmes peuvent être construits... encore faut-il en avoir envie !

 

Enfin, un grand rêve transparaît au travers de ces propos... celui d'une grande Université unie, véritable pôle d'excellence de la région, qui transcenderait les querelles de clochers que tous perçoivent, et qui serait un véritable atout pour notre région... Tous ensemble pour que les étudiants soient le mieux formé possible pour répondre aux attentes de nos entreprises ! Mais n'est-ce pas là la véritable mission des écoles et des universités ?

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 19/05/2010 Eco121

Le développement durable en a-t-il encore pour longtemps ?

Depuis trois ans, nous assistons à une profusion de salons consacrés au développement durable. Salons de professionnels, mais aussi salons destinés à tout à chacun, afin de créer sa maison durable, organiser ses vacances équitables, choisir sa voiture écolo...

Publié le 19/05/2010 Eco121

La chartreuse de Neuville engage sa résurrection

A l'abandon depuis 2004, la chartreuse de Neuville située à quelques kilomètres de Montreuil-sur-Mer, entame une nouvelle vie. Grâce à une poignée de passionnés dont l'objectif est d'en faire un lieu privilégié pour " donner du sens à l'homme qui entreprend ".

Publié le 19/05/2010 Eco121

Antoine Devilder : une reprise bien cadrée

Antoine Devilder a repris en décembre la société Boirama à Saint-Amand, le leader régional du négoce de menuiseries bois, PVC et aluminium. A 52 ans, cet entrepreneur dans l'âme relève un nouveau challenge.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Byook : le livre ré-inventé

Manea Castet, Jean-Louis Delmotte et Adrian Narcisi. Entre le livre et le jeu vidéo, trois jeunes diplômés de Supinfogame à Valenciennes révolutionnent la manière de lire avec la création de Byook.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Deprat, champion du dépôt de brevets

90 brevets en portefeuille dont plus de la moitié ont moins de cinq ans : Deprat, spécialiste des systèmes de fermetures de volets roulants et de menuiseries coulissantes, figure parmi les PME les plus innovantes de la région.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Dans les coulisses du ... MITI

Incubateur d'entreprises innovantes, le Miti a participé à l'éclosion d'une trentaine de projets régionaux liés aux laboratoires de recherche publics. Visant ainsi à fertiliser l'économie par le transfert des technologies.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Le printemps biosourcé de MAUD

MAUD fait partie des 13 pôles de compétitivité qui ont dû passer " un ultime examen de passage " mi-avril pour sauver leur label. Sa montée en puissance et son positionnement sur l'enjeu stratégique des matériaux biosourcés nourrissent l'optimisme.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Les pneus redonnent de l'air à l'Audomarois

Saverglass, Logistic Equipment, et aujourd'hui Entyrecycle : l'Audomarois est incontestablement devenu terre d'implantation industrielle. La valorisation de pneus va amener 240 emplois dès 2011.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Jean-Michel Hiolle

Jean-Michel Hiolle, fondateur du groupe éponyme à Valenciennes, spécialiste des transferts et services industriels, des équipements dédiés à l'environnement et logisticien, dévoile un peu de sa personnalité pour Eco 121.

Publié le 19/05/2010 Eco121

Trenois Decamps choisit finalement Lesquin

Le groupe familial de Wasquehal investit 10 millions dans ce projet qui va desserrer son étau logistique alors qu'il connaît une croissance rapide.