ïdgroup offre ses compétences à la petite enfance

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France

Okaïdi, Jacadi, Obaibi, Oxybul ... Autant de noms bien connus par les mamans pour y dénicher les vêtements de leurs bambins. Ïdgroup l'est beaucoup moins pour sa politique originale de mécénat de compétences. "J'étais directeur des travaux chez ïdgroup depuis dix ans lorsque j'ai eu l'opportunité dans ce cadre de consacrer la moitié de mon temps à l'association Rigolo comme la vie", raconte Stéphane Brabant. L'association, gestionnaire de structures d'accueil, voulait prendre un nouvel élan. "Ce projet porteur de sens est arrivé à un moment de ma carrière où j'avais besoin de me ressourcer". Comme Laurence Sautai, directrice de la communication d'ïdgroup et présidente de l'association ou Olivier Ravaut, directeur financier, ce cadre dirigeant du groupe assume pleinement ses deux casquettes. "J'ai délégué. Mes équipes se sentent également impliquées par le sens de cette mission." Objectif : créer une relation gagnant gagnant entre l'association, les collaborateurs et ïdgroup.

Des projets plein les cartons


Le mécénat de compétences est une mise à disposition de personnel qui ouvre droit à une réduction d'impôt de 60 %, à hauteur de 0,5 % du chiffre d'affaires. 30 % des entreprises mécènes le pratiquent.

Cette politique de mécénat de compétence dans la cité a démarré en 2004 alors que la fondation du groupe OK World finançait déjà des actions à travers le monde pour le respect et la protection de l'enfant. L'entreprise fait alors l'acquisition d'un nouvel entrepôt à quelques pas de son siège roubaisien. "Nous n'étions pas décidés sur l'affectation de la maison de gardien. Fallait-il en faire des parkings ou autre chose ? L'idée de créer une crèche d'entreprise nous trottait dans la tête. C'était l'occasion". En lien avec la Mairie de Roubaix, la CAF et le conseil général, le projet a été monté en moins de six mois. Le label Rigolo comme la vie était né. Sur les 16 places de cette première entité, dix sont réservées aux habitants du quartier, favorisant la mixité sociale. L'année suivante, Rigolo comme la vie reprend la gestion d'une crèche rue Carpeaux, ainsi que celle d'un centre de loisirs. Les ouvertures se succèdent: en 2008, à Hem, en 2009, derrière la mairie de Roubaix en partenariat avec Mobilis. En août 2010 ouvrira une crèche dans les locaux de Jules, le spécialiste du prêt à porter homme.

Pour favoriser l'intégration d'enfants que l'on dit différents, Rigolo comme la vie projette d'ouvrir en 2011 avec l'association Noemi une structure où huit des 25 places seront réservées à des polyhandicapés. Le budget de construction est de 650 000 dont 250 000 financés par le conseil général et la CAF. Rigolo comme la vie recherche d'autres partenaires pour le reste...Autre projet : la construction d'une crèche à côté de la résidence pour personnes âgées des Orchidées, toujours dans un but de mixité, intergénérationnelle cette fois.

Bonnes pratiques du secteur marchand

Chez ïdgroup, le mécénat de compétences répond à une volonté de transposer les bonnes pratiques du secteur marchand vers le secteur social. "Le management des équipes, le service au client, la rigueur budgétaire, on sait faire. Nous apportons nos compétences professionnelles à l'association notamment par la mise à disposition de collaborateurs qui en assurent la gouvernance." Ce transfert est une réalité de terrain. "Je travaille depuis 15 ans dont deux chez Rigolo comme la vie", relève Myriam, auxiliaire de puériculture . "Ici, c'est différent, nous sommes encadrés par des réunions d'équipes chaque semaine. Nous travaillons dans le même sens autour du respect et de l'autonomie de l'enfant." Professionnaliser l'association permet aussi d'en assurer la pérennité.

Outre la fierté de participer à un projet porteur de sens pour le groupe, les collaborateurs mis à disposition développent aussi de nouvelles compétences. "Quand je reviens sur mes missions de base, j'apporte une vision nouvelle. Je suis plus efficace."

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Droit au but

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Yves Besse de Laromiguière

Le fondateur du leader français de la décoration murale Plage SA dévoile un peu de sa personnalité pour Éco121.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Damart sur les starting blocks pour un nouveau départ

Comme la Lainière de Roubaix ou la filature Saint-Liévin, Damart aurait pu être un grand nom de plus au Panthéon des victimes de la déprise textile. Malgré des pertes abyssales à la fin des années 90 puis une sérieuse rechute, le spécialiste du sénior relève aujourd'hui le gant de l'innovation et le défi de l'image.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Des résultats économiques très encourageants

+29,73% :les actionnaires de Damartex (code DAR) ont fait un triomphe le 26 février aux résultats de l'enseigne, dont la valorisation boursière s'est envolée de près d'un tiers ce jour là.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Etablir son bilan carbone :

Réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays de 14% d'ici 2020 et de 75% d'ici 2050 : l'objectif de "facteur 4", même éloigné dans le temps, a un niveau d'exigence tel que nombre d'entreprises ont commencé à s'en soucier. Les spécialistes sont unanimes : le bilan carbone est un excellent outil pour une première approche environnementale.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Le bilan carbone dépasse largement la problématique environnementale

Pour Alain Verrier, directeur du cabinet conseil Per4mances, né à Valenciennes en 2002 et présent dans plusieurs régions françaises et en Belgique, la démarche bilan carbone participe à un objectif global de rentabilité.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Groupe Supinfocom s'offre un campus à l'américaine en Inde

Après Arles, le groupe consulaire de formation de managers en création numérique attend beaucoup de son nouveau campus dans l'Oxford de l'Inde, à Pune.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Les étudiants de Supinfocom volent

Témoignage.Shelley Page, cofondatrice du studio californien Dreamworks, membre du conseil scientifique.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Un portefeuille de marques segmentées

Qui connaît les marques Sédagyl, Jours heureux ou Maison du Jersey ? Grandies dans l'ombre de Damart, leur notoriété est encore modeste. Mais leur potentiel est très important...

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Focus : La griffe de Patrick Seghin

Patrick Seghin a la simplicité discrète des esprits brillants. A 45 ans, ce Belge natif de Charleroi a pris la présidence du directoire de Damart à l'automne 2008, apportant une méthode de travail inconnue jusqu'alors rue de la Fosse aux chênes à Roubaix.