Pascal Gradt : une reprise partie d'un bon pli

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France

De l'épingle à nourrice à la machine à sec en passant par les cintres, les gaines ou housses plastiques, carnets et autres chariots, paniers... CPN, le comptoir des professionnels du nettoyage, fournit tout ce dont les pressings et les blanchisseries ont besoin pour exercer leur métier. Plus de 2500 clients sur 4 sites, un savoir-faire reconnu, une bonne santé financière et un vrai potentiel de développement, c'est ce qui a séduit Pascal Gradt. " Après plusieurs expériences en Alsace dont l'une en création d'entreprise, je suis arrivé dans le Nord en 2001 pour diriger Agrotronix, société spécialisée dans l'électronique embarquée qui venait de rejoindre un grand groupe. Rapidement, j'ai eu envie de chercher une entreprise à reprendre pour mon propre compte. "

Climat de transparence

Ce passionné de bonzaï est un homme engagé. Ancien du CJD en Alsace, ex-membre d'un club APM dans le Nord, il est aujourd'hui animateur de la commission coup de coeur du Club Gagnant. " Chez Réseau Entreprendre Nord, j'accompagnais de futurs repreneurs. Aujourd'hui, je me retrouve de l'autre côté de la barrière ". Ce diplômé d'un MBA de Reims Management School est même retourné sur les bancs de l'école pour suivre le stage " 5 jours pour reprendre " organisé par le bureau de rapprochement des entreprises à la CCI Grand Lille.

Parmi les objectifs que se fixe Pascal Gradt :
redorer le blason d'une profession qui pâtit encore d'une mauvaise image
en raison des produits utilisés, notamment le perchloréthylène.
"Beaucoup d'actions ont été menées mais trop peu le savent ! "

L'affaire lui a été présentée par l'expert comptable d'Agrotronix. Entre le cédant et le repreneur, le courant est immédiatement passé. Jean-Pierre Bricout voulait prendre une retraite méritée après un demi-siècle de vie professionnelle. Il a également été rassuré de laisser deux fils dans l'entreprise, l'un à la direction commerciale, l'autre à la tête des différents sites. " Nous nous sommes rencontrés en mars 2008 et avons mis 9 mois pour signer la lettre d'intention. Le cédant a eu le temps de faire son deuil. CPN était son bébé. Il avait racheté l'entreprise en 1984 alors qu'elle ne comptait que 4 personnes, contre 46 aujourd'hui. Il avait eu des propositions plus avantageuses que la mienne émanant de groupes, mais il les a refusées ayant trop peur de voir son entreprise désossée . Jean-Pierre Bricout travaille dans l'entreprise à mi-temps pendant les six premiers mois de la reprise afin d'assurer le passage de flambeau en douceur. Nos relations reposent sur une transparence totale. "

Parmi les partenaires financiers réunis autour de la table : Finorpa, le fonds privé Massaï, LMI, Réseau Entreprendre Nord, Oseo et les banques. Ces dernières n'ont pas été faciles à convaincre. " J'ai présenté mon dossier à 10 établissements. Certains ne m'ont jamais répondu. J'ai dû revoir ma copie plus d'une fois... ce fut le parcours du combattant. "

Développer de nouveaux marchés

CPN a grandi au fil des ans par croissance externe. La société est organisée en 4 sites : Templemars, Dijon, Beauvais, et Massy en région parisienne. L'ambition de Pascal Gradt est d'élargir le rayon d'activité vers l'est qu'il connaît bien et le sud. " Quand on est à Dijon, Lyon n'est plus très loin. " Il entend développer aussi certains marchés comme les établissements d'hébergement pour personnes âgées - dont le taux de croissance avoisine les 10 % - et les hôtels de luxe qui possèdent une blanchisserie en interne. Une nouvelle organisation des quatre sites et une clarification de l'offre devrait permettre d'attaquer ces nouveaux marchés. Ces opportunités donneront à ce repreneur les moyens d'atteindre son objectif de 9,5 M de CA, en progression de 2% sur 2009.

Autre axe de la stratégie : l'environnement, au coeur des préoccupations du dirigerant qui entend bien poursuivre les démarches entamées dès 1991. Garantie d'une pureté de produit à 99,9 %, ramassage des boues chargées de solvant, système de remplissage automatique sécurisé : CPN, installation classée, n'a eu de cesse d'innover pour la santé des utilisateurs.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Droit au but

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Yves Besse de Laromiguière

Le fondateur du leader français de la décoration murale Plage SA dévoile un peu de sa personnalité pour Éco121.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Damart sur les starting blocks pour un nouveau départ

Comme la Lainière de Roubaix ou la filature Saint-Liévin, Damart aurait pu être un grand nom de plus au Panthéon des victimes de la déprise textile. Malgré des pertes abyssales à la fin des années 90 puis une sérieuse rechute, le spécialiste du sénior relève aujourd'hui le gant de l'innovation et le défi de l'image.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Des résultats économiques très encourageants

+29,73% :les actionnaires de Damartex (code DAR) ont fait un triomphe le 26 février aux résultats de l'enseigne, dont la valorisation boursière s'est envolée de près d'un tiers ce jour là.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Etablir son bilan carbone :

Réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays de 14% d'ici 2020 et de 75% d'ici 2050 : l'objectif de "facteur 4", même éloigné dans le temps, a un niveau d'exigence tel que nombre d'entreprises ont commencé à s'en soucier. Les spécialistes sont unanimes : le bilan carbone est un excellent outil pour une première approche environnementale.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Le bilan carbone dépasse largement la problématique environnementale

Pour Alain Verrier, directeur du cabinet conseil Per4mances, né à Valenciennes en 2002 et présent dans plusieurs régions françaises et en Belgique, la démarche bilan carbone participe à un objectif global de rentabilité.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Groupe Supinfocom s'offre un campus à l'américaine en Inde

Après Arles, le groupe consulaire de formation de managers en création numérique attend beaucoup de son nouveau campus dans l'Oxford de l'Inde, à Pune.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Les étudiants de Supinfocom volent

Témoignage.Shelley Page, cofondatrice du studio californien Dreamworks, membre du conseil scientifique.

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Un portefeuille de marques segmentées

Qui connaît les marques Sédagyl, Jours heureux ou Maison du Jersey ? Grandies dans l'ombre de Damart, leur notoriété est encore modeste. Mais leur potentiel est très important...

Image par défaut Eco121, mensuel des décideurs des Hauts de France
Publié le 07/04/2010 Eco121

Focus : La griffe de Patrick Seghin

Patrick Seghin a la simplicité discrète des esprits brillants. A 45 ans, ce Belge natif de Charleroi a pris la présidence du directoire de Damart à l'automne 2008, apportant une méthode de travail inconnue jusqu'alors rue de la Fosse aux chênes à Roubaix.