Numéros

Publié le 29/11/2021

Numéro #116

Edito

Oui, l'industrie à de l'avenir !

Lorsque, comme l'auteur de ces lignes, on a assisté impuissant il y a 25 ans à la disparition inéluctable de l'industrie textile régionale, on peine à croire au rebond de l'industrie. A l'époque, les accords multifibres laissaient entrer sur le sol communautaire des produits bon marché réalisés dans le monde entier, endehors de toutes les normes sociales et environnementales qui pesaient sur nos textiliens régionaux. Combien d'entre eux sont-ils alors partis au tapis, faute de pouvoir financer une station d'épuration ou de pouvoir réinvestir dans des productions d'avenir.

Et pourtant ! Le climat a d'abord profondément évolué : comme pour le nucléaire, l'opinion s'est retournée. 20 ans de désindustrialisation ont beaucoup enseigné des excès du tout tertiaire. L'ambiance est à nouveau propice à l'industrie. La crise sanitaire a montré combien la souveraineté d'un pays passait aussi par la capacité à faire lui-même. Le plan France Relance a donné un véritable coup de fouet à la fois technique mais aussi psychologique à l'industrie.

A juste titre ! Les savoir-faire et l'inventivité technique qui se déploient derrière les murs de nos usines sont souvent

exceptionnels. Les carrières y sont belles, les salaires souvent meilleurs. On y trouve aussi une solidarité, un esprit de proximité voire de famille à part. D'un point de vue macroéconomique, la richesse créée par le monde de la production rejaillit sur le territoire, les sous-traitants, l'écosystème pour reprendre un mot un peu galvaudé. Un emploi industriel en génère au moins 2,5 en aval, voire bien plus dans certains secteurs comme la pharmacie. Même les collectivités, dont beaucoup se pinçaient le nez en parlant d'industrie il y a encore quelques

années, ont bien compris à quel point ces activités étaient stratégiques pour la dynamique globale de leur territoire. D'autant que l'industrie d'aujourd'hui, 4.0, digitalisée, respectueuse de l'environnement, sobre, n'a plus rien à voir avec le monde de Germinal.

La renaissance industrielle que nous vivons n'est certes qu'un début, mais il faut à tout prix entretenir ce retour de flamme et le faire prospérer, c'est un gage de rebond pour le pays tout entier. A condition de ne pas surimposer ou surréglementer nos producteurs face à la concurrence mondiale.

Ce sujet méritait bien un numéro d'Eco121.

Bonne lecture.

Olivier Ducuing

Directeur de la rédaction

Anciennes parutions :

Dernière édition :

Publié le 29/11/2021

Numéro #116

Télécharger