La route du Louvre

Bruno Bonduelle Bruno Bonduelle

D'Eugène Motte au XIXe à Octave Klaba au XXIe en passant par Ferdinand Béghin et Gérard Mulliez au XXe siècle, on les compte par milliers les entrepreneurs dans Lille-Métropole. C'est dans l'ADN de ce territoire. Dans l'ex-bassin minier, on les cherche. La raison ? La mine ! De père en fils, elle procurait le travail, le logement, le charbon. Pourquoi chercher ailleurs un autre métier ? La même malédiction frappe les pays où un sous-sol généreux dissuade de changer les habitudes. En Russie, en Algérie, le pétrole permet d'importer tout ce dont le bon peuple a besoin. Pourquoi créer, innover ? Voyez Israël dont le Néguev ne produit pas une goutte de pétrole mais attire les start-up du monde entier.

La mine, c'est fini. Lorsque dans la forêt, le chêne est foudroyé, la clairière qu'il laisse mettra un siècle avant que la végétation ne reprenne... grâce à des graines venues d'ailleurs. Même la Route du Louvre est née à Lille. Elle fut boudée par les élus de la Gohelle à ses débuts, à l'exception notable du maire de Loos,... un marathonien ! Aujourd'hui, ils se battent pour être sur la photo car cette route connaît un succès grandissant, alors même que les retombées économiques de cet exceptionnel musée se font encore attendre. Je vais encore vous lasser avec ce RER Grand Lille qui permettra d'arrimer le bassin minier à la Métropole et lui faciliter l'accès à l'économie mondialisée du XXe siècle. Qui va relancer ce projet au point mort depuis le départ de Daniel Percheron qui avait poussé très loin les études ? Lesquin, Seclin, Carvin, Hénin : quand le sot voit quatre gares à la rime riche, le sage voit quatre villes nouvelles bâties autour de ces gares, totalisant cinquante mille nouveaux Grand-Lillois heureux de quitter les bouchons des petits matins blêmes sur l'A1. Quand le sot dit « on n'a pas les moyens d'une telle ambition », le sage fait le calcul de la plus-value engendrée par la métamorphose de ces hectares agricoles en mètres carrés urbains.

Le Président de la Région ne peut tout faire car il est sollicité par la Somme et l'Aisne qui crient famine elles aussi. Alors pourquoi la Mel ne prendrait-elle pas sa part ? Les deux présidents seront bientôt voisins et n'auront que quelques mètres à parcourir pour en discuter. Ne doutons pas qu'ils seront tous les deux dans la tribune d'honneur le jour de l'inauguration. Feu le truculent Notebart adorait répéter cette phrase : « In infant qu'est biau, ch'a minqu'pas d'père ».

P.S. J'écris ce billet un 8 mai férié, chômé. Sur le calendrier mon petit fils a lu Victoire 1945. Quelle victoire ? demande-t-il. Je lui réponds: « De Gaulle a fait croire aux Français qu'ils avaient gagné la guerre. Adenauer a fait croire aux Allemands qu'ils n'avaient jamais été nazis. Alors, ensemble ils ont fait l'Europe »

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Pascaline De Ruyver, Directrice associée Quintesens
Publié le 29/05/2019 Tribunes libres

50 ans, et alors ?

"A 45 ans, dans les entreprises en France, nous entrons dans cette catégorie très joliment nommée "séniors" (...) Pour les études Marketing, c’est à 50 ans (...) Pour l’Etat, c’est à 60 ans (...) Bref, nous sommes vite considérés comme vieux"

Vincent Colas, Président de Place de la Communication. Crédit Barbara Grossmann
Publié le 29/05/2019 Tribunes libres

Et si les métiers du marketing et de la communication ne faisaient plus qu’un ?

"Depuis les années 50, communication et marketing ont très souvent été opposés. Dans les entreprises, il y a fréquemment des services distincts avec des profils très différents."

Jacques Dufour, associé KPMG à Lille
Publié le 29/04/2019 Tribunes libres

Les entreprises à mission vers un nouvel engagement des entreprises ?

"Cette nouvelle « orientation » des entreprises qui s’engagent permet aux sociétés de définir dans leur statut un objet social élargi à des enjeux sociétaux, de transformer leur modèle économique et de façonner avec leurs parties prenantes de nouvelles règles de gouvernance et d’opposabilité."

Philippe Larivière, avocat Bignon Lebray
Publié le 26/04/2019 Tribunes libres

A vos marc 2 !

"Nous avions consacré cette même chronique, en 2018, aux Modes Alternatifs de Résolution des Conflits (MARC), l’un des thèmes du « chantier de la Justice » visant à l’amélioration et à la simplification de la procédure civile. Une première pierre de ce chantier vient d’être posée."

Le Barème Macron en danger ?
Publié le 26/04/2019 Tribunes libres

Le Barème Macron en danger ?

"La résistance de certains Conseils de Prud’hommes génère néanmoins de l’incertitude."

Cédric Pozniak, consultant RH chez Quintesens
Publié le 26/04/2019 Tribunes libres

« Ce soir, j’invite mon problème à dîner ! »

"Il était autrefois de coutume de laisser une place vide à table. Cette coutume permettait bien sûr de laisser une place à un invité de dernière minute (...) Moi aussi, je laisse systématiquement une place libre lors des sessions de coaching professionnel."

Publié le 12/04/2019 Tribunes libres

"Qui t'a fait roi ? " Le dernier billet de Bruno Bonduelle

Où l'ancien président de la CCI Grand Lille plaide pour l'élection au suffrage universel du président des intercommunalités, afin de leur conférer une légitimité qu'il juge aujourd'hui insuffisante.

Jean-Baptiste Dubrulle et Kévin Holterbach Avocat et avocat associé Bignon Lebray
Publié le 27/03/2019 Tribunes libres

Code de la commande publique : du neuf avec du vieux ?

"Il n’aura échappé à un aucun observateur de la sphère publique que la France s’est dotée d’un « Code de la commande publique », entrant en vigueur au 1er avril 2019." Explications.

Patricia Pouillard Avocat associé Capstan
Publié le 27/03/2019 Tribunes libres

Patricia Pouillard Avocat associé Capstan

"La loi Avenir Professionnel du 5 septembre 2018, complétée par le décret du 8 janvier 2019, impose aux entreprises un dispositif d’évaluation des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes."

Publié le 27/03/2019 Tribunes libres

Le Hainaut : terre de l'industrie du futur

"Le Hainaut est un territoire de tradition industrielle. Fort d’un savoir-faire du travail des métaux, les industries ferroviaires et automobiles se sont substituées à la production d’acier et de charbon. Quels sont les enjeux du secteur industriel aujourd’hui ?"