DOMINIQUE DURAND, DIRECTEUR DE STELIA AEROSPACE MEAULTE

Dominique Durand-Stelia Aerospace 

 

 

Le marché de l'aérien bat des re- cords. Quelles conséquences pour l'usine de Méaulte ?
Il y a 7 200 avions dans les carnets de commandes actuellement, ce qui représente 10 ans de production aux cadences actuelles. Evidemment il s'agit d'une moyenne et il existe des différences entre les programmes. Si l'A320 et l'A350 offrent beaucoup de visibilité, des incertitudes existent sur l'A380 et l'A400M, comme chacun sait. Notre montée en charge est constante avec 740 pointes-avant produites en 2016, 823 en 2017 et 850 prévues cette année.

 

Les sous-traitants estiment que cette montée en charge provoque des tensions sur les appareils productifs. Comment les accompagnez-vous ?

Nous leur donnons une visibilité en contractualisant un maximum afin de leur permettre d'investir et de nous accompagner dans ces challenges. Ces durées de contractualisation sont variables en fonction des typologies d'entreprises, de produits, de programmes... Ces contrats couvrent plusieurs années quoi qu'il en soit. Nous essayons surtout que nos partenaires ne soient pas mono-produit, de manière à leur garantir une volume d'activité satisfaisant.

 

70 embauches à Méaulte en 2017, combien cette année ?

Nous serons dans les mêmes ordres de grandeur : 70 à Méaulte, autour de 400 pour Stelia.

 

Estimez-vous qu'il faudrait structurer la filière aéronautique au niveau du nouveau périmètre régional ?

Je pousse et je milite dans ce sens là. Nous sommes la dernière région à ne pas disposer d'un cluster aéronautique. Nous souhaitons que cette filière aéronautique se structure dans les Hauts-de-France, car elle est représentative. Nous ne sommes absolument pas ridicules comparé aux autres régions, surtout en termes d'emploi. Se doter d'une stratégie commune est important notamment vis-à-vis de certaines instances comme le GIFAS par exemple. Il faut que l'on construise cette vitrine, c'est fondamental.

Recueilli par Guillaume Roussange

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 01/03/2018 Eco121

L'agroalimentaire, pilier majeur de l'économie des Hauts-de-France

La Région affiche une puissance de feu considérable dans le domaine de l'agroalimentaire, qui pèse 43 300 emplois, compte de nombreux leaders, et affiche une bonne dynamique.

Publié le 01/03/2018 Eco121

Nucléaire : la Centrale de Gravelines à plein régime

La Centrale nucléaire de Gravelines va investir 300 M€ en 2018, et vise un prolongement de ses réacteurs jusqu'à 50 voire 60 ans.

Publié le 01/03/2018 Eco121

Crédit Agricole : très bon cru 2017

Lille. La banque verte a injecté 5 mds € dans l'économie régionale l'an dernier, un record. Et sort près de 160 M€ de résultat net.

Publié le 01/03/2018 Eco121

Euralille : le projet Euraflandres veut unifier le quartier des gares lilloises

Damien Castelain, président de la MEL et Martine Aubry, maire de Lille ont donné ce jeudi le coup d'envoi du projet Euraflandres. Une investissement de 13 M€ pour réaménager les dessertes et les espaces publics du secteur des gares.

Publié le 01/03/2018 Eco121

Christian Noyer décode les opportunités du Brexit

L'ancien gouverneur de la Banque de France était l'invité de Lille Place Financière pour décrypter les enjeux du Brexit.

Publié le 01/03/2018 Eco121

Troisième révolution industrielle : Cap3RI monte en régime

L'outil de financement en haut de bilan de dossiers dédiés à la troisième révolution industrielle devrait investir 10M€ par an en rythme de croisière.

Publié le 01/03/2018 Eco121

Lille Grand Palais vise la catégorie internationale

Lille. Reconduite pour 10 ans de concession, la SEM a reçu 1 million de visiteurs lors de sa saison 2016-2017. Elle part à la conquête de l'international.

Publié le 01/03/2018 Eco121

Betterave : campagne euphorique pour Tereos

Le sucrier affiche des rendements historiques pour cette campagne 2017-2018, la première post- quotas européens

Publié le 01/03/2018 Eco121

Decathlon France se réinvente

Lille. L'enseigne veut se rapprocher du sportif, tout en déconcentrant ses structures.