Xavier Vincent veut fédérer un petit groupe industriel

"Ce n'est pas le travail qui manque mais plutôt les bras ! » Xavier Vincent "Ce n'est pas le travail qui manque mais plutôt les bras ! » Xavier Vincent

En pleine crise sanitaire, il vient de boucler la reprise de Regiprocess, à Roubaix, spécialiste des appareils à pression de grande taille. Avec pour idée de fédérer un petit groupe sur des créneaux de niche.

 

Depuis sa formation initiale d'ingénieur à l'Ensiame (devenue INSA Hauts de France), à Valenciennes, Xavier Vincent a le goût de l'univers de la production. C'est pourtant vers d'autres horizons que ses premiers pas le portent : il démarre son premier boulot ... à la Caisse d'Epargne. Avant de rejoindre le groupe Bertelsmann (Arvato), dans la prestation de service et la logistique, où il restera quinze ans. Il y touchera un peu à tout, du contrôle de gestion (après une formation chez Skema) puis la direction administrative et financière, la stratégie et le développement. Jusqu'à participer au projet de cession d'un morceau central de son périmètre, la CRM.

«Ca ne m'allait pas trop, sourit-il. J'ai voulu revenir sur ma formation de base, l'industrie». Après avoir tenté de chercher tout seul une cible à acquérir, il se rend compte que c'est sans espoir pour identifier les dossiers cachés et toque vite à la porte d'In Extenso, qui va le guider avec son programme Target. Sur ses critères (petite industrie manufacturière, de 5 à 10M€d'activité, dans les Hauts-de-France, parmi d'autres), 300 entreprises sontidentifiées, rapidement criblées et ramenées à 30. Le choix s'arrêtera finalement sur Regiprocess, à Roubaix. Une PMI de 48 salariés pour un chiffre d'affaires de 5,5M€, et spécialisée dans les appareils à pression dits "soumis", en inox, tels les évaporateurs ou les régulateurs, pour des secteurs aussi exigeants que la chimie, la pharmacie ou l'agroalimentaire, mais aussi la tuyauterie industrielle sur chantiers. Les deux associés de l'entreprise, qui n'étaient pas spécialement vendeurs, se laissent convaincre après une première rencontre en juillet 2019, mais c'est enpleine pandémie, le 1er décembre dernier, que l'opération sera finalement conclue après des négociations à rallonge du fait du confinement.

Une transition douce est programmée, l'ancien président restant quatre mois pour accompagner, le second associé, expert technique, restant quant à lui un an. Xavier Vincent a financé l'opération par apport personnel, endettement (Banque populaire et Crédit coopératif, BPI) et un recours obligataire à Finorpa.

Réseau Entreprendre Nord


Il décroche aussi le soutien du réseau EntreprendreNord via son programme Warm Up. «J'ai pu rencontrer une dizaine de dirigeants industriels sur la métropole. C'est essentiel, ça permet de bénéficier des retours d'expérience, d'affiner »

Installé aux commandes de l'entreprise le jeune quadra (42 ans) n'entend pas dormir sur ses lauriers, mais développer. Le potentiel estlà. La capacité aussi, avec pas moins de 11 ponts roulants, et 5000 m2 d'ateliers, permettant de réaliser des pièces aussi lourdes qu'encombrantes. «On va jusqu'à 6 mètres de diamètre et 22 mètres de long. on peut densifier la production en atelier et développer surtout l'activité chantier. Ce n'est pas le travail qui manque mais plutôt les bras ! », s'exclame-t-il, alors que l'entreprise recherche 4 à 5 postes actuellement, même en reconversion, quitte à en assurer la formation. Pour sa première année, il vise prudemment une petite progression de 2-3% de l'activité. Au-delà, Xavier Vincent envisage surtout de croître par acquisitions, afin de créer un petit groupe industriel sur des métiers de niche. Une première cible est déjà en vue

Ces articles peuvent également vous intéresser :

"Je m'inscris dans la durée", déclare le nouveau dirigeant
Publié le 27/01/2021 Olivier Ducuing Transmission

Interor : l'alchimie fine d'une reprise à forte ambition

La famille fondatrice passe la main à Turenne Santé, qui devient majoritaire, et à Geoffroy Waroqueaux, un nouveau président bien décidé à doper ce spécialiste de chimie fine méconnu.

"La reprise est un projet de vie", juge le nouveau patron de Verbièse, Daniel Allais
Publié le 26/06/2020 Olivier Ducuing Transmission

Des stations Shell à la PME centenaire

Après trente ans dans des multinationales, Daniel Allais a jeté son dévolu sur le petit fabricant de solutions de produits chimiques Verbièse, à Merville.

Publié le 27/08/2019 Guillaume Roussange Transmission

Métaux : Votat veut accélérer à l'international

Philippe Marillaud, cadre dirigeant de la métallurgie, reprend cette PME spécialiste du travail des métaux. Il veut s'appuyer sur son expérience à l'international pour développer l'entreprise.

Charles Dernoncourt, entouré de Bruno Roye et Thierry Choteau
Publié le 29/04/2019 Anne Henry Castelbou Transmission

Serame déroule ses nouvelles ambitions

Charles Dernoncourt reprend les rênes de cette PME familiale, spécialiste nordiste de la conception et fabrication de dérouleurs et d’enrouleurs non-stop. Rencontre avec ce jeune dirigeant de 29 ans qui veut faire de Serame un leader sur son marché.

Publié le 27/02/2019 Olivier Ducuing Transmission

Benoît Henno veut incarner la logistique à taille humaine

En octobre 2017, il rachète Prestapack et Dometrans, deux entreprises de conditionnement à façon et de logistique. 18 mois plus tard, les effectifs sont passés de 7 à 18, le chiffre d'affaires a triplé.

Publié le 26/10/2018 Guillaume Roussange Transmission

Denis Sennechael veut booster Clarilog en Europe

Depuis juin, il a pris la tête du spécialiste de la gestion de parcs informatiques. Il nourrit de fortes ambitions en France, mais aussi à l'international.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 28/02/2017 Transmission

Groupe Arkal offre une seconde vie à VM Deligny

Basée au Parcq, l’'entreprise de charpente métallique est reprise par deux ex-cadres à son ancienne maison mère belge.