Aquarese va découper plus grand

Douvrin. Après son rachat par l'américain Shape, le Nordiste est en phase de croissance météorique, notamment dans l'aérospatial. Elle investit dans un nouveau site de 9 000 m2.

C'est un nouveau départ pour Aquarese. Née en 1988 sous la houlette de trois ingénieurs dont Patrick Dargent, actuel Pdg, l'entreprise a développé un savoir-faire de niche dans l'univers de la découpe à l'eau à haute pression. Installé sur le parc Artois-Flandres depuis 2000, l'industriel a failli mourir lorsque la crise mondiale a ébranlé violemment le secteur automobile. Sur deux exercices, Aquarese perd la moitié de son chiffre d'affaires ! L'occasion d'une prise de conscience et d'un virage radical : si l'automobile demeure un marché important, la société s'est beaucoup diversifiée, au profit d'un autre secteur beaucoup plus porteur, l'aéronautique et le spatial. Une activité devenue très majoritaire (85% d'un chiffre d'affaires de 12 M€ attendu cette année, dont 50% à l'export) et internationale. Car depuis 2016, la société appartient à un fonds d'investissement américain, AIP. Par rachats successifs de onze sociétés dans le monde, dont Aquarese, celui-ci a bâti un groupe international spécialisé, Shape Technologies. Patrick Dargent est resté aux commandes de son entreprise et s'est vu confier en parallèle la direction d'une filiale allemande, Flow International, où il passe une semaine sur deux. « La pérennité de l'entreprise et du site et son développement étaient nos enjeux lors de la vente », résume le Pdg. Pari plus que gagnant : alors qu'Aquarese réalisait 6 M€ lors du rachat, avec 40 salariés, l'entreprise compte déjà 75 collaborateurs et vise les 100 dans deux ans. Et le chiffre d'affaires pourrait atteindre 20 M€ dans les deux ans. Car l'adossement au groupe américain représente un levier commercial puissant, pour suivre les clients français hors des frontières, et pour attaquer de nouveaux marchés, auprès de donneurs d'ordre mondialisés, qui souhaitent une réponse planétaire et non saucissonnée entre de nombreux fournisseurs.

Conquête de Mars

La société vient d'engranger la vente de deux machines de découpe auprès de Space X, société d'Elon Musk. Aquarese va ainsi participer depuis Douvrin à la conquête de Mars. Plus localement, elle livre aussi la nouvelle usine Safran de Sars & Rosières, qui sera spécialisée dans la maintenance des ailettes de réacteurs. La croissance et la stratégie de l'entreprise justifient aujourd'hui un projet immobilier majeur : la construction d'une nouvelle usine, sur 9 000 m2 (contre 4 000 m2 aujourd'hui) sur le même parc d'activités. La société ne sera que locataire, mais va accompagner le transfert de 3 M€ d'investissements en équipements. L'emménagement devrait s'opérer au début de l'été prochain.          « L'usine est calibrée pour 30 M€ de chiffre d'affaires », s'enthousiasme son Pdg

Olivier Ducuing

 

L'intérêt du jet d'eau à haute pression

Le jet d'eau à haute pression délivre une puissance considérable. Au départ, cette technique était réservée à des niches mais les applications se généralisent de plus en plus. L'eau peut servir aussi bien à découper (par exemple des pièces en titane de 300 mm) mais aussi usiner, décaper, avec une grande rapidité. C'est un procédé à froid qui n'altère pas la matière, la pièce traitée ne reçoit pas d'effort mécanique. Le procédé est propre, utilisant de l'eau, recyclée dans la plus grande majorité des cas. Le nouveau site permettra à Aquarese de se doter d'un vrai démonstrateur marquant un saut technologique

 

 

 

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 14/01/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Log's passe (encore) la surmultipliée

450 000 m2 de nouveaux programmes, développement international, 1500 recrutements : Log’s change de braquet et s’en donne les moyens financiers.

Publié le 27/11/2018 Guillaume Roussange Entreprises

Injection plastique : FMB Technologies s'adjuge GIH

Le rachat d'un de ses concurrents plasturgistes donne naissance à une ETI de 300 personnes pour 35 M€ de ventes, baptisé Plastitek, avec une levée de 10 M€ en prime.

Publié le 27/11/2018 Guillaume Roussange Entreprises

Symatese se lance dans la fabrication d'implants mammaires

Six ans après la fin de Pérouse Plastie, les fondateurs du laboratoire relancent la fabrication de prothèses mammaires.

Publié le 27/11/2018 Julie Kiavué Entreprises

Cathelain invente le boulon connecté C-Bolt

Doté de la fibre optique, il permet la surveillance et le contrôle d'un assemblage à distance. Et ouvre des perspectives économiques importantes.

Publié le 25/10/2018 Guillaume Roussange Entreprises

Tiamat lève 3,6 M€ pour industrialiser des batteries révolutionnaires

Amiens. La start-up accélère le développement de ses batteries à base de sodium avec l’appui de Finovam Gestion, Picardie Investissement et CNRS Innovation.

Publié le 25/10/2018 Olivier Ducuing Entreprises

Airflux grossit dans le GNV, Chaumeca trébuche

Lille. L'acquisition de Cirrus et une logique de croissance interne et de rachats devaient porter le groupe à 85 M€ de chiffre d'affaires dans trois ans. Mais le dépôt de bilan de Chaumeca complique la donne.

Publié le 25/10/2018 Olivier Ducuing Entreprises

Altifort va produire des cobots dans l'Aisne

Chateau-Thierry. Le groupe industriel va transformer l'usine de GEA Westfalia en un centre de production de robots collaboratifs pour l'industrie.

Publié le 25/10/2018 Olivier Ducuing Entreprises

Cèdres Industries absorbe le groupe ESPO

Bondues. 20% de nouveaux effectifs qualifiés, trois sites, de nouveaux clients : la dernière croissance externe du groupe de Frédéric Motte est très stratégique.

Publié le 25/10/2018 Olivier Ducuing Entreprises

Au Fût et à Mesure : la croissance à toutes pompes

Lille. Née il y a dix ans, l'enseigne de bar à bière en carte pré-payée pèse 130 salariés et 15 M€ de chiffre d'affaires. Ambition : 100 bars dans 10 ans.

Le dirigeant, représentant de la 4e génération, veut pousser la création de valeur plus que la croissance à tout prix
Publié le 25/10/2018 Olivier Ducuing Entreprises

Rabot-Dutilleul ouvre une nouvelle phase de développement

Lille. Projet stratégique, 51 M€ levés, création d'une foncière, ambitions parisiennes renforcées... Le groupe de construction bientôt centenaire passe la surmultipliée.

Tags: