Verbrugge prépare son usine du futur à Templemars

Lille. Le spécialiste du revêtement de surfaces va investir 6,2 M€ dans une usine entièrement automatisée aux capacités fortement accrues.

 

Le déménagement doit intervenir en septembre 2020. Verbrugge coupera alors le ruban de sa nouvelle usine de 4500 m2 à Templemars, aux lieu et place de ses vieilles installations de Lille Sud.

 

Saut qualitatif

 

Mais plus qu'un déménagement, il s'agit d'un saut qualitatif important pour l'entreprise de chromage, nickelage et anodisation. Labellisé usine du futur, le projet vise à transformer les deux lignes actuelles, l'une automatique, l'autre manuelle, en une seule ligne complètement automatisée, conjuguant de gros gains de productivité, le confort du personnel et une prise en compte améliorée de l'environnement, avec une division par trois des consommations d'eau ou un traitement complet des effluents.« L'objectif, c'est zéro rejet », expose Jean-Louis Verbrugge, unique actionnaire depuis la scission du groupe familial : son frère pilote désormais en solo l'usine en Normandie. Le transfert de l'usine et de ses 45 salariés a aussi une facette commerciale stratégique. L'activité historique du chromage est jusqu'à présent au ralenti du fait de la directive Reach qui pointe le chrome 6 comme substance dangereuse. Verbrugge va être un des tout premiers en France à le remplacer par le chrome3. De quoi faire repartir à la hausse ce chiffre d'affaires du chromage. En parallèle, l'activité nickelage va être dopée par des capacités accrues de 40%.

De quoi répondre à une demande en forte augmentation, mais aussi d'aller chercher de nouveaux marchés. Enfin, Verbrugge complète son offre de services de l'oxydation anodique dure (OAD), un traitement anti-corrosion et anti-usure de l'aluminium. La technique n'est pas innovante, mais tous les artisans régionaux qui le proposaient ont cessé cette activité.
Ces projets, qui pourraient justifier une ouverture du capital – des discussions sont en cours- doivent doper le chiffre d'affaires de 3,5 M€ en 2018 à 5 M€ à horizon 2021

OD

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 28/01/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Ingénierie : Elysis met le turbo

Villeneuve d’Ascq. Le cabinet d'ingénierie s'implante à Paris puis Nantes et Le Havre en 2019. Avant d'attaquer l'international.

Publié le 28/01/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Aluminium Dunkerque repart pour 25 ans avec GFG

Loon Plage. Le britannique GFG reprend les clés de la première fonderie d’aluminium d’Europe. Et annonce 100 à 140 M€ d’investissements en trois ans.

Le dirigeant du groupe, Paul Lhotellier
Publié le 28/01/2019 Guillaume Roussange Entreprises

Lhotellier se lance dans la promotion immobilière

Amiens. Le groupe familial spécialisé dans le BTP intègre de nouvelles activités amont. Il vise une cinquantaine d’opérations via sa nouvelle filiale Valcity.

Publié le 28/01/2019 Guillaume Roussange Entreprises

Cheveux STMM poursuit sa croissance dans le matériel de tri

Mesnil-Saint-Nicaise. Reprise il y a trois ans par le petit-fils du fondateur, l'ex-filiale de RosRoca se refait une place sur le marché des machines de convoyage et de tri.

Publié le 28/01/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Le groupe Baron complète sa palette dans la robotique automobile

Calais. L’ETI familiale reprend le denaisien DIC Technology, avec de fortes synergies attendues.

Publié le 28/01/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Peignage Dumortier retrouve confiance et croissance

Tourcoing. Le tout dernier peignage textile de France repart avec de belles ambitions.

Publié le 28/01/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Aquarese va découper plus grand

Douvrin. Après son rachat par l'américain Shape, le Nordiste est en phase de croissance météorique, notamment dans l'aérospatial. Elle investit dans un nouveau site de 9 000 m2.

Publié le 14/01/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Log's passe (encore) la surmultipliée

450 000 m2 de nouveaux programmes, développement international, 1500 recrutements : Log’s change de braquet et s’en donne les moyens financiers.

Publié le 27/11/2018 Guillaume Roussange Entreprises

Injection plastique : FMB Technologies s'adjuge GIH

Le rachat d'un de ses concurrents plasturgistes donne naissance à une ETI de 300 personnes pour 35 M€ de ventes, baptisé Plastitek, avec une levée de 10 M€ en prime.

Image illustrative Eco121, mensuel des décideurs des hauts de France
Publié le 27/11/2018 Guillaume Roussange Entreprises

Symatese se lance dans la fabrication d'implants mammaires

Six ans après la fin de Pérouse Plastie, les fondateurs du laboratoire relancent la fabrication de prothèses mammaires.