Le groupe Baron complète sa palette dans la robotique automobile

 Calais. L’ETI familiale reprend le denaisien DIC Technology, avec de fortes synergies attendues.

Baron poursuit sa discrète et très sûre ascension. Spécialiste des machines spéciales et des lignes de fabrication pour l’ensemble des secteurs industriels, le groupe est né en 1983, sous les auspices de Philippe Baron. Au fil des années, il a grossi, s’est implanté sur de nouveaux sites, pour arriver à 11 entités, dans la région mais aussi à Paris et en région Rhône-Alpes, avec 350 salariés. Il vient d’engranger un douzième site en reprenant DIC Technology, à Denain, opération accompagnée par Nord Transmission. Nord Création et Grand Hainaut Expansion, qui étaient entrés comme minoritaires chez DIC Technology, cèdent aussi leurs parts, tandis que le dirigeant Christian Saleix reste aux commandes. Cette entreprise tout aussi discrète que Baron est un spécialiste des installations de soudure robotisées dans l’automobile. « Ils ont des compétences similaires aux nôtres mais sur des marchés complémentaires, celui des îlots robotisés dans l’automobile notamment », souligne Stéphanie Baron, dirigeante du groupe au côté de son père, et qui souligne la communauté de valeurs et de vision des deux structures. L’adossement à Baron va permettre à l’entreprise de se positionner sur des dossiers beaucoup plus importants, puisque le groupe est aujourd’hui capable de prendre des lignes complètes jusqu’à 5 à 10 M€. Le potentiel de DIC Technology devrait ainsi largement dépasser les 7 M€ de chiffre d’affaires qu’elle apporte dans la corbeille avec ses 17 salariés.

Baron atteint désormais 370 salariés pour un chiffre d’affaires pro forma de 45 M€ en 2018, à comparer aux 31 M€ de 2017. Pour ce nouvel exercice, la direction de Baron table sur 51 M€ de chiffre d’affaires, avec un carnet de commandes déjà bien rempli. « Nos perspectives sont bonnes. L’avantage est qu’on travaille dans plusieurs métiers : ils baissent rarement tous en même temps », relève Philippe Baron. Les principaux marchés de l’ETI calaisienne sont l’automobile, l’aéronautique et la pharmacie

O.D.

Ces articles peuvent également vous intéresser :

Publié le 28/01/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Peignage Dumortier retrouve confiance et croissance

Tourcoing. Le tout dernier peignage textile de France repart avec de belles ambitions.

Publié le 28/01/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Aquarese va découper plus grand

Douvrin. Après son rachat par l'américain Shape, le Nordiste est en phase de croissance météorique, notamment dans l'aérospatial. Elle investit dans un nouveau site de 9 000 m2.

Publié le 14/01/2019 Olivier Ducuing Entreprises

Log's passe (encore) la surmultipliée

450 000 m2 de nouveaux programmes, développement international, 1500 recrutements : Log’s change de braquet et s’en donne les moyens financiers.

Publié le 27/11/2018 Guillaume Roussange Entreprises

Injection plastique : FMB Technologies s'adjuge GIH

Le rachat d'un de ses concurrents plasturgistes donne naissance à une ETI de 300 personnes pour 35 M€ de ventes, baptisé Plastitek, avec une levée de 10 M€ en prime.

Publié le 27/11/2018 Guillaume Roussange Entreprises

Symatese se lance dans la fabrication d'implants mammaires

Six ans après la fin de Pérouse Plastie, les fondateurs du laboratoire relancent la fabrication de prothèses mammaires.

Publié le 27/11/2018 Julie Kiavué Entreprises

Cathelain invente le boulon connecté C-Bolt

Doté de la fibre optique, il permet la surveillance et le contrôle d'un assemblage à distance. Et ouvre des perspectives économiques importantes.

Publié le 25/10/2018 Guillaume Roussange Entreprises

Tiamat lève 3,6 M€ pour industrialiser des batteries révolutionnaires

Amiens. La start-up accélère le développement de ses batteries à base de sodium avec l’appui de Finovam Gestion, Picardie Investissement et CNRS Innovation.

Publié le 25/10/2018 Olivier Ducuing Entreprises

Airflux grossit dans le GNV, Chaumeca trébuche

Lille. L'acquisition de Cirrus et une logique de croissance interne et de rachats devaient porter le groupe à 85 M€ de chiffre d'affaires dans trois ans. Mais le dépôt de bilan de Chaumeca complique la donne.

Publié le 25/10/2018 Olivier Ducuing Entreprises

Altifort va produire des cobots dans l'Aisne

Chateau-Thierry. Le groupe industriel va transformer l'usine de GEA Westfalia en un centre de production de robots collaboratifs pour l'industrie.

Publié le 25/10/2018 Olivier Ducuing Entreprises

Cèdres Industries absorbe le groupe ESPO

Bondues. 20% de nouveaux effectifs qualifiés, trois sites, de nouveaux clients : la dernière croissance externe du groupe de Frédéric Motte est très stratégique.